Canton de Goderville

Goderville

2 910 hab. (Godervillais), 798 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement du Havre, 28 km au NNE du Havre et 13 km au sud de Fécamp, sur le plateau; un collège public, quelques petites entreprises dont la menuiserie métallique CSTP (35 sal.), plâtrerie ENP (20 sal.), Réseaux Environnement (30 sal.), travaux publics Sodesam (45 sal.), transports Lecanu (25 sal.); négoce de crèmerie (Benoist Lair, 30 sal.); ambulances Coquelet (35 sal.); hypermarché Leclerc (160 sal.) et supermarché Carrefour (55 sal.). La commune a absorbé Crétot en 1825. Elle avait 1 400 hab. en 1900, comme en 1962; elle croît depuis et a passé le cap des 2 000 hab. en 1990; elle a gagné 600 hab. de 1999 à 2006, plus d'un quart. Elle est le siège de la communauté de communes Campagne de Caux, qui correspond au canton.

Le canton a 12 500 hab., 22 communes, 14 527 ha dont 488 de bois; le plateau de Caux y est massif et n’est entaillé par une rivière que tout au NE, où s’enfonce la Durdent à Bec-de-Mortagne (620 Bec-de-Mortagnais, 1 194 ha), 10 km au NE de Goderville; la commune avait absorbé celle de Baigneville en 1824. Le finage de Daubeuf-Serville (390 Daubeuvais, 775 ha), 11 km au NE de Goderville, est aussi traversé par la Durdent; la commune est issue d'une fusion de 1823. Le château du Grand Daubeuf (17e et 19e s., classé) est au-delà de la vallée, avec l'ancien village de Daubeuf, Serville au sud-ouest. La commune a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Angerville-Bailleul (210 Angervillais, 459 ha), 7 km au NE de Goderville, est connue pour le château classé de Bailleul, de 1553 et de style renaissance, avec parc; le double nom est antérieur à 1789.

Bretteville-du-Grand-Caux (1 300 Brettevillais, 1 141 ha) est un gros village à 3 km au nord-est du chef-lieu; la commune a gagné 140 hab. depuis 1999 et a deux châteaux du 19e s. Saint-Maclou-la-Brière (420 hab., 496 ha), 2 km au SE d’Angerville, a un écomusée de la pomme avec des vergers. Grainville-Ymauville (420 Grainvillais, 629 ha), 4 km à l'est du chef-lieu, a une gare sur la ligne de Rouen à Fécamp, et le château de Trébons (18e s.); Grainville-l'Alouette et Ymauville avaient fusionné en 1825. Bréauté (1 100 Bréautais, 1 391 ha), 3 km au SE de Goderville, bénéficie d’une gare en rase campagne, tout au sud à la limite du canton; la commune avait absorbé celle du Hertelay, à l'ouest, en 1825.

Écrainville (1 040 Écrainvillais, 1 282 ha) est à 3 km à l'ouest de Goderville et a gagné 90 hab. après 1999; la commune avait absorbé celle de Rennemare en 1825 et a une église inscrite. Saint-Sauveur-d'Émalleville (1 200 Saint-Sauveurois-Émallevillais, 748 ha) est un gros village au sud-ouest du canton sur la route du Havre, 7 km au sud-ouest de Goderville; la commune résulte d'une fusion de 1824 entre Saint-Sauveur-la-Campagne au sud et Émalleville au nord; elle a gagné 220 hab. de 1999 à 2008; église d'un ancien prieuré (inscrite).

Manneville-la-Goupil (1 000 Mannevillais, 875 ha) est à 5 km au sud de Goderville, s'orne du château de Bourdemare (16e s., inscrit) au nord-ouest et a gagné 60 hab. après 1999; la Goupil, intégrée au 19e s., subsiste comme petit hameau au nord-est. La petite Virville (320 Virvullais, 246 ha), 2 km plus au sud, a une église classée du 18e s.; elle a également gagné 60 hab. depuis 1999.