Cantons du Grand-Quevilly

Grand-Quevilly (Le)

26 100 hab. (Grand-Quevillais) dont 200 à part, 1 111 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l'arrondissement de Rouen, 5 km au SO du centre de Rouen sur la rive gauche de la Seine, face au coteau que domine la forêt de Roumare. Le fief socialiste, longtemps dirigé par Tony Larue puis son successeur Laurent Fabius, associe habitat et industrie et vante ses réalisations architecturales et sociales (v. le site officiel http://www.grand-quevilly.fr avec un plan bien renseigné. L. Fabius n'est cependant que le premier adjoint, le maire étant Marc Massion, sénateur socialiste, ancien inspecteur général des PTT et ancien député.

Toute la partie de la plaine proche du fleuve est affectée aux installations portuaires et industrielles. Deux grands ensembles industriels se distinguent. L’un est au nord, autour des emprises ferroviaires et de la gare de marchandises, partagées avec Petit-Quevilly; il est surtout occupé par l’usine d'engrais azotés de la Grande-Paroisse (GPN, 340 sal., groupe Total); y sont également Greif (fûts métalliques pour l’industrie, passé du groupe hollandais Van Leer à un groupe états-unien, 225 sal.), électronique Siemens (70 sal.), tissus techniques et caoutchoucs Bobet (60), siège et base logistique des Coopérateurs de Normandie (250), qui ont deux Super-U dans la commune (170 et 30 sal.); mais la fabrique de batteries VB (Varta et Bosch, 280 sa. en 2005) a fermé en 2009 après son rachat par l'états-unien Johnson.

L’autre gros ensemble est au sud, notamment sur la zone d’activités du Grand-Launay et les anciens terrains de l’usine à gaz: Lincoln Electric (matériel de soudage, groupe états-unien, 120 sal.); peintures ICI Paints Deco (130 sal., anciens vernis Valentine) au groupe britannique ICI; Crown Cork, emballages métalliques légers (190 sal., ex-Carnaud); fabrique de cacao, chocolat et confiserie Cargill (120 sal.).

Sur ces zones ou dispersés dans la ville, Grand-Quevilly accueille aussi la fabrique de médicaments Ethypharm (190 sal.), les gaz industriels L'Air Liquide (45 sal.), les emballages en bois ECN (35 sal.), les chaudronneries SIRM (65 sal.) et AEEE (30 sal.), les réparations électriques SNT-Duriez (40 sal.) et l'Atelier régional de bobinage (électromécanique, 30 sal.) et les matériels de protection antifeu Chubb (30 sal.); plus des entreprises de service à l’industrie comme Ponticelli (chaudronnerie et maintenance industrielle, 75 sal.), les installations électriques Desormeaux (80 sal.), Oisselec (45 sal.) et GBM (35 sal.), l’isolation Plurisol (100 sal.), l'Apave (55 sal.), l'ingénierie ETC (30 sal.), l'informatique SQLI (40 sal.).

Dans la distribution et les transports figurent les négoces de quincaillerie Descours et Cabaud (Prolians, 80 sal.), de médicaments Planetpharma (85 sal.), Continental Pharmaceutique (50 sal.) et EP Dis (30 sal.), de fruits, légumes et surgelés Pomona (45 sal.), de surgelés Thiriet (30 sal.), de viandes SEV (30 sal.) et Lemarchand (30 sal.); des entreprises de transport, manutention et logistique comme les cars Périer (45 sal.), les transporteurs defret amat (230 sal.), Carpentier (100 sal.), Gefco (45 sal.), Wincanton (40 sal.), Sarens (35 sal.), Trans FL (30 sal.), les bases et entrepôts Darty (160 sal.), Rubis Terminal (40 sal.). Dans le bâtiment, la maçonnerie Mineral Service (65 sal.), les travaux publics SPIE-Batignolles (75 sal.), TPR (45 sal.), Toffolutti (35 sal.) et Lennuyeux-Le Foll (30 sal.), les espaces verts Lemire (30 sal.), le nettoyage urbain Coved (80 sal.), le traitement de déchets Vesta (55 sal.), le nettoyage Prévoteau (30 sal.). La société d’HLM Quevilly Habitat occupe 220 personnes.

Au nord de la commune s’est installé le grand ensemble commercial du Bois-Cany animé par le Géant Casino (360 sal.) et complété par un multiplexe de cinéma Gaumont (35 sal.) et une zone d’activités avec des grands garages. France-Télécom déclare 170 salariés, GDF-Suez 45 et sa filiale le transport de gaz GRTgaz 45 également; restaurant La Malterie (45 sal.).

La ville a aménagé au centre en 1997 un parc des Provinces de grande allure, avec un théâtre de verdure de 3 000 places. Un long mail arboré, aux noms de Laatzen et de Morondava, villes allemande et malgache jumelées, va du centre vers le SSO jusqu’au bois dit forêt du Chêne à Leu (36 ha, parcours sportif). Plusieurs parcs s’y ajoutent, dont le parc Lévis en centre-ville, du nom d’une ville québécoise jumelée, et vers l’ouest le long «parc naturel Ness Ziona» qui porte le nom d’une ville d’Israël jumelée au Grand-Quevilly depuis 1964, mais qui est fermé. L’angle SO a reçu également une plaine de jeux et des terrains de sports, et conserve des jardins ouvriers. Le grand parc des expositions de l’agglomération de Rouen est installé dans l’angle SE de la commune et flanqué d’un Zénith. Un cimetière militaire britannique est partagé avec le Petit-Quevilly au NE, près du Monument des Fusillés.

Le Grand-Quevilly accueille une maison des Arts, trois collèges, un lycée général et un lycée professionnel, tous publics; une clinique, un établissement pour polyhandicapés, des maisons de retraite dont Les Jardins de Matisse (55 sal.); le métro va jusqu’au centre de Rouen. La commune avait 2 000 hab. en 1900 et a crû après la première guerre, montant à 9 000 hab. en 1937, puis 14 000 en 1955, et culminant à 32 000 (sdc) en 1975; elle a perdu 6 000 hab. depuis, dont 800 entre 1999 et 2008. Le canton ne compte qu’une partie de la commune (20 100 hab., contre 21 300 hab. en 1999), le reste relevant du canton de Grand-Couronne.