Canton de Lorrez-le-Bocage-Préaux

Lorrez-le-Bocage-Préaux

1 300 hab. (Lorréziens), 1 990 ha dont 490 de bois, chef-lieu de canton de Seine-et-Marne dans l'arrondissement de Fontainebleau, 26 km au sud-est de celle-ci. Le village est dans la vallée du Lunain; il a une église inscrite à haut clocher, une tour ruinée, une croix de justice du 17e s., le château de la Motte (16e s.) et son parc; un collège public. Le finage s'étend des deux côtés de la vallée. Au nord sont les hameaux du Grand et du Petit Creilly. Au sud, l'ancien village de Préaux, sur la route de Nemours à Sens (D 225), a une église inscrite; il a fusionné avec Lorrez en 1972, avec 90 hab. La commune avait 700 hab. ou un peu moins entre 1920 et 1970, contre 900 un siècle avant; elle croît depuis la fusion.

Le canton a 11 100 hab., 16 communes, 21 319 ha. Vaux-sur-Lunain (200 hab., 847 ha) est à 3 km en amont du chef-lieu dans la vallée; son finage s'étire vers l'est jusqu'aux abords de Chéroy (Yonne); hameau de Villeniard et domaine de Lunain (maison de retraite) tout à l'est. Villebéon (470 Villebéonais, 1 645 ha dont 487 de bois) est à 4 km au SE du chef-lieu, sur la route de Sens; elle n'avait que 250 hab. en 1975 (plus de 600 autour de 1870). Le finage contient le hameau de la Villeneuve au sud, celui de Vauredennes au sud-est, et le gros hameau de Passy à l'ouest, qui a une chapelle du 12e s.; bois de la Brandelle au sud. Égreville est un village-centre équipé, à 8 km au SSO du chef-lieu. Un projet de treize éoliennes est très contesté.

Remauville (440 Remauvillois, 1 088 ha) est à 7 km au sud-ouest du chef-lieu; la commune contient les hameaux de Savigny et de Bouchereau à l'ouest, une église inscrite à clocher carré (15e-16e s.); elle avait 310 hab. de 1931 à 1975 et a crû ensuite. Paley (440 Paleysiens, 920 ha dont 197 de bois) est dans la vallée du Lunain, 4 km à l'ouest du chef-lieu. Elle se signale par un château des 14e et 18e s., son église inscrite (12e s.), les polissoirs de la Forêt Noire et de la Roche au Diable; elle a plusieurs menus hameaux dont Hautibœuf et Hardy au sud, Tesnières au nord, le Gros-Orme à l'est. Elle n'avait plus que 260 hab. environ entre 1954 et 1975 (550 un siècle auparavant).

Villemaréchal (860 Villemarchais, 1 423 ha dont 220 de bois) est à 4 km au nord-ouest de Lorrez et contient les hameaux de la Fontaine à l'ouest, Boisroux au nord; elle avait moins de 400 hab. entre 1960 et 1975 (720 en 1856) et a repris depuis. Saint-Ange-le-Viel (230 Saintangevins, 323 ha) ne dispose que d'un très petit finage à 3 km au nord de Lorrez mais contient néanmoins les hameaux de Charassans et du Carrefour, sa population était tombée au-dessous de 100 hab. entre 1960 et 1975.

Chevry-en-Sereine (460 Chevriots, 2 281 ha dont 792 de bois) est à 4 km au nord-est du chef-lieu. Elle a une église classée, en partie du 12e s., un château du 17e s. avec parc et ferme du château; à l'est, le hameau de Villechasson conserve des restes d'une ancienne abbaye (16e s.), dont les bois ourlent le sud de la commune et le coteau qui domine la vallée du Lunain. Grand Courcelles et Villefranche sont des hameaux de la partie méridionale de la commune. Celle-ci n'avait que 300 hab. en 1975 (670 au maximum de 1861).

Blennes (550 Blennois, 2 029 ha dont 392 de bois) est à 11 km ENE de Lorrez, dans la haute vallée de l'Orvanne; son église est inscrite (12e et 15e s.). La commune a un finage étendu surtout au sud de la vallée, jusqu'aux abords même de Chéroy dans l'Yonne; une quinzaine d'exploitations agricoles y disposent d'une moyenne de 100 ha de labours chacune. Au sud sont les hameaux de Villemaugis, Maurepas et Villeneuve-les-Ormes, au centre ceux de Villoiseau, la Roustière, au nord celui des Chapelles. Blennes n'avait que 260 hab. en 1975, contre 820 en 1846 et environ 500 dans la première moitié du 20e siècle, mais sa population croît sensiblement depuis (+70 hab. de 1999 à 2006).

Highslide JS
Le bourg de Voulx, dans son ellipse de boulevards de l'ancienne enceinte
Le bourg de Voulx, dans son ellipse de boulevards de l'ancienne enceinte

Quatre communes suivent la vallée de l'Orvanne vers l'aval. Diant (210 Daiginiots, 1 094 ha dont 260 de bois) est à 10 km NE de Lorrez, 4 km en aval de Blennes au bord de l'Orvanne. Son finage comprend un château des 13e et 15e s. au village, avec parc et douves; les hameaux de l'Aunoy, Cornoy et Épigny en amont; le menhir de la Pierre-aux-Couteaux au nord-est; les hameaux des Joncheries et des Noues sont au nord. Diant est la seule commune qui soit à son minimum de population en 2006; elle avait 370 hab. au milieu du 19e s., 250 dans l'entre-deux-guerres. Voulx (1 800 Voulxois, 1 260 ha dont 387 de bois) est un gros village au bord de l'Orvanne, rive gauche, à 8 km au nord-est de Lorrez sur la route de Montereau, son centre dessine une ellipse entourée d'un boulevard. La commune a une église inscrite, une maison des Dîmes (17e s.); c'est un village-centre avec maison de retraite, commerces de proximité et marché hebdomadaire, garages. Au nord, le finage atteint la butte de la Montagne Guérin; le hameau de Lichiot est en aval, sur la rive droite de l'Orvanne. Les îles de l'Orvanne sont considérées comme espace naturel sensible sur 2 ha. Voulx n'avait que 960 hab. environ entre 1920 et 1955 (1 200 à son maximum vers 1870), puis sa population a augmenté assez régulièrement.

Thoury-Férottes (610 Férottois, 1 649 ha dont 453 de bois) est à 7 km au NNE de Lorrez, sur la rive gauche de l'Orvanne; Thoury est une annexe au nord de Férottes, mais leur réunion est ancienne. Le menhir de la Pierre Cornoise est à l'ouest, le hameau de Bichereau au nord-ouest, le bois de la Montagne (152 m) sur une butte au nord. La commune avait 400 hab. en 1975 et 1982. Flagy (630 Flagiens, 721 ha dont 300 de bois) est à 3 km en aval, 10 km au nord du chef-lieu; ce «village de charme» en site classé est sur la rive gauche de l'Orvanne. Son plan quadrillé tient à sa création ex nihilo au 12e siècle à la limite du domaine royal; il conserve un vénérable moulin du 13e s. Au nord, le château de Belle Fontaine (19e s.) est au pied d'une butte boisée.

Noisy-Rudignon (580 Noisy-Rudignonnais, 416 ha) est à la pointe nord du canton au-delà de Flagy, mais à l'écart de l'Orvanne et à 6 km au sud de Montereau. La commune se nommait Noisy-le-Sec jusqu'en 1910; Rudignon est un hameau à l'est de Noisy. Tous deux sont au pied d'un talus qui regarde vers le nord et que longe au pied l'aqueduc de la Vanne. La commune n'avait que 210 hab. en 1954 et croît surtout depuis 1975. Montmachoux (230 hab., 443 ha) est au pied d'une butte, 5 km au NNE de Voulx et 8 km au SSE de Montereau; son église est inscrite, la commune dessine une autre pointe du canton vers le nord.


Égreville

2 100 hab. (Égrevillois), 3 184 ha dont 287 de bois, commune de Seine-et-Marne dans le canton de Lorrez-le-Bocage-Préaux à 8 km au SSO du chef-lieu. C'est un village-centre équipé, et «village de charme» orné d'une église des 13e et 15e s. à clocher-tour, de halles du 16e s. en bois à toiture à forte double pente, d'un château du 16e s. avec parc; elle abrite un jardin-musée départemental Bourdelle. L'A 6 passe près du village au sud et offre une aire de repos à la limite sud de la commune, qui est aussi la limite régionale et suit l'ancienne route romaine d'Orléans à Sens, notamment au hameau de Bouttecourt. Les hameaux du Coudray au nord-ouest, de la Borde et de Tanchères à l'est près du bois de la Brandelle, du Ruth au sud-est, du Crimeau au sud, complètent l'habitat du village. La commune avait atteint 1800 hab. au 19e s., puis sa population avait diminué, jusqu'à 1 200 hab. vers 1970; elle augmente depuis (1 800 hab. en 1999).