Canton du Pecq

Pecq (Le)

16 000 hab. (Alpicois) dont 300 à part, 284 ha, chef-lieu de canton des Yvelines dans l'arrondissement de Saint-Germain-en-Laye, juste au sud de celle-ci. La commune associe deux parties distinctes, de part et d'autre de la Seine. La plus étendue s'étire sur plus de 4 km du NNE au SSO; elle borde au nord la rive gauche de la Seine, et s'étire au sud-ouest dans le vallon affluent de Montval, en direction de L'Étang-la-Ville entre les territoires de Port-Marly et de Mareil-Marly, où est l'urbanisation du domaine de Grandchamp. Le château de Grandchamp (19e-20e s. sur un site du 15e s.) et son parc, qui accueillent un centre médico-social, sont l'ornement de cet appendice, qui inclut aussi le petit quartier des Vignes Benettes avec le jardin de l'Europe. La N 13 traverse presque en étrangère (un seul accès latéral) la partie nord de l'appendice et en sépare le quartier de l'Hermitage (ou l'Ermitage).

L'ancien centre villageois, devenu centre-ville, est dans la partie nord. Il est face au pont de la D 196, construit en 1963, qui est le principal accès de Paris à Saint-Germain et auquel a été attribué le nom de Georges Pompidou: le centre du Pecq, qui réunit de nombreux services publics administratifs, scolaires et culturels, est donc en même temps la porte de Saint-Germain-en-Laye. Plus au nord s'étend le quartier de la Cité, traversé par le RER de Saint-Germain-en-Laye qui traverse la Seine par un long viaduc en courbe, mais sans station, et complété en bord de Seine par le parc Corbière et l'île Corbière, inhabitée et protégée comme relais d'oiseaux migrateurs. Toute la partie centrale est en immeubles collectifs, les deux extrémités sont en pavillons sauf aux Vignes Benettes.

Le reste de la commune est sur la rive droite de la Seine et s'organise autour du pont Pompidou, vers lequel convergent au rond-point de la République trois routes qui traversent Le Vésinet. Ce secteur de rive droite, bien moins étendu, associe les quartiers du Canada au nord et du Mexique au sud, celui-ci pourvu de terrains de sports le long du fleuve. Il été jadis et jusque vers les années 1950 un lieu de bains, comprenant un établissement de bains dans l'île Corbière, des plages et des bains à partir des sources sous Saint-Germain; il contient aujourd'hui un puissant centre de captage et traitement des eaux de la Lyonnaise, servant un demi-million de consommateurs à l'ouest de Paris (90 Mm3/an), accompagné d'un centre de recherche et de la Cité des années 1930.

La ville du Pecq est fleurie (trois fleurs); elle a deux collèges publics, un collège et lycée privé, deux maisons de retraite, un yacht-club. Elle accueille la visserie Etanco (110 sal.) et l'aéraulique Tunzini (260 sal.); dans le tertiaire, le conseil en gestion ADP-GSI (200 sal.), les négoces d'optique Carl Zeiss (140 sal.) et de topographie Leica (75 sal.), de combustibles Worex (groupe Esso, 110 sal.); gardiennage Goron (100 sal.), location de véhicules Temsys (Aid Automotive, 95 sal.), supermarché Casino (60 sal.). Le Pecq a atteint 2 000 hab. en 1905, 5 000 en 1936, et sa population a crû jusqu'en 1975 (17 600 hab.) avant de se réduire un peu. Le canton a 23 900 hab., 3 communes, 828 ha. Les deux autres communes sont Fourqueux et Mareil-Marly.


Fourqueux

4 400 hab. (Foulqueusiens) dont 200 à part, 387 ha dont 193 de bois, commune des Yvelines dans le canton du Pecq, 4 km au sud-ouest du chef-lieu, et à la limite sud-occidentale de Saint-Germain-en-Laye. Le nom, jadis Fulcosa, viendrait des fougères. Son territoire s'enfonce vers le sud-ouest dans la forêt de Marly; la commune en contient toute une partie, dont une maison forestière au bout du quartier du Moulin à Vent, un golf et la forêt départementale de la Vente. Fourqueux a une église en partie du 12e s., une villa Collin de 1882 avec parc et expositions, un terrain de golf de 27 trous sur 75 ha; nettoyage LCCV (160 sal.), Fnac (Éveil et Jeux, 100 sal.), centre d'aide par le travail. La commune avait 350 hab. en 1911, 840 en 1962; elle est passée à 2 000 hab. en 1975 et 4 000 en 1990.


Mareil-Marly

3 500 hab. (Mareillois) dont 100 à part, 177 ha, commune des Yvelines dans le canton du Pecq, juste au sud-ouest du chef-lieu sur le plateau, jouxtant Fourqueux et Saint-Germain-en-Laye. Elle est une banlieue purement résidentielle, ornée d'un clocher roman du 12e s.; la gare sur la voie de grande ceinture, longtemps fermée, a été rouverte en 2004. La commune avait 400 hab. vers 1900, 1 000 en 1954, 2 500 en 1975 et poursuit modérément sa progression.