Canton de Cerizay

Cerizay

4 700 hab. (Cerizéens), 1 855 ha, chef-lieu de canton des Deux-Sèvres dans l’arrondissement de Bressuire, 14 km à l’ouest de celle-ci et à 2 km de la Sèvre nantaise. Le nom a pu s’écrire jadis Cerizais, puis Cerisay. C’était le fief du groupe Heuliez, né d’un charron local qui s’est intéressé dès les années 1920 aux carrosseries de voitures, puis de bus; la firme employait encore en 2005 plus de 1 700 personnes à Cerizay, où son développement a entraîné l’arrivée de nombreux Portugais, et la floraison d’un ensemble d’ateliers de sous-traitance. En difficulté en fonction des marchés de sous-traitance, elle a été reprise par le groupe français BGI (Baelen Gaillard), et s'est lancée avec l'aide de la région dans la construction de voitures électriques.

L'usine MIA, en partenariat avec les allemands ConEnergy et Kohl (groupe pharmaceutique), compte 420 emplois et a entamé la production en série en 2011; la région Poitou-Charentes a pris 31% du capital. Il reste à côté, sous le contrôle de BGI et le nom d'Heuliez, une activité de carrosserie et maintenance séparée (340 sal.), augmentée par le transfert de la production de voitures sans permis JDM d'Avrillé (Maine-et-Loire), également reprise par BGI.

La ville a aussi des entreprises de jouets et matériels pédagogiques (Wesco, 130 sal.), de mécanique avec machines-outils OTM (Ouest Tool Maintenance, 40 sal.), de métallerie Ouest Emboutissage (50 sal.) et Bourry-Graizeau (40 sal.), construction métallique TPSB (Tout Produit de Serre et Bâtiment, 25 sal.), menuiserie (Gonnord, 30 sal.); viandes de volaille (Désoss Sévrienne, 45 sal.). Dans le bâtiment, constructions Denis (EGDC, 150 sal.), installations électriques CETP (50 sal.), travaux publics Pelletier (40 sal.). En outre, transports par cars (coopérative ouvrière Scodec, 40 sal.); négoce de vêtements Magforce (25 sal.).

Cerizay bénéficie d’une gare et de deux collèges, l’un public, l’autre privé; un peu au sud, se voient les restes de l’ancienne abbaye de Beauchêne. La population communale était de l’ordre de 2 000 hab. dans la première moitié du 20e siècle, puis a nettement augmenté à partir des années 1960, culminant à 4 900 hab. (sdc) en 1982; elle s’est un peu tassée depuis.

Le canton a 14 300 hab. (14 000 en 1999), 10 communes, 21 439 ha dont 487 de bois; il est limitrophe de la Vendée. Combrand (1 150 Combranais, 2 462 ha), 6 km au NNO de Cerizay, a une menuiserie Reveau (130 sal.) et des ateliers de meubles Papin (30 sal.) et Marchand (20 sal.), ainsi qu’une entreprise de travaux publics (Charrier, 80 sal.); la population est stable depuis les années 1930; elle avait atteint 1 300 hab. autour de 1900. Le Pin (1 060 Pintais, 1 909 ha), 4 km au nord de Cerizay, avait été choisi par la firme Heuliez pour son centre de recherche et de style (France Design), qui a occupé près de 200 personnes; menuiserie métallique Dugué (80 sal.), atelier protégé du Bocage (100); couvoir Blanchard (60 sal.), un centre d’hébergement de loisirs, un dolmen au bord de l’Argent.

À Brétignolles (640 Brétignollais, 1 316 ha), 7 km NE de Cerizay, le groupe Millet, né à Beaulieu-sous-Bressuire, a son siège et une usine de plastiques pour portes et fenêtres (310 sal.) à la Faye; il possède d'autres usines à Bressuire, dans le Maine-et-Loire, dans la Manche, à la Réunion; panneaux de bois Sybois (20 sal.). Cirières (990 Ciriérois, 1 683 ha), 4 km à l’est de Cerizay sur la route de Bressuire, est aux sources de l’Argent; elle s'est accrue de 80 hab. entre 1999 et 2008.

Montravers (390 hab., 1 012 ha), 4 km à l’ouest de Cerizay, s’orne de quatre châteaux dont ceux de la Picmière (19e s.) et du Vieux Deffend, du 16e s. et surtout du 19e s., qui a un parc à l’anglaise de 44 ha; elle a gagné 60 hab. depuis 1999. Saint-André-sur-Sèvre (680 Saint-Andrésiens, 1 985 ha), 5 km au sud de Cerizay, offre une église romane du 11e s. et, au NO de la commune à la limite du département, le château de Saint-Mesmin-la-Ville, du 14e s. restauré au 19e; petite fabrique de sièges (MDA, 40 sal.). Au sud du canton, La Forêt-sur-Sèvre et Courlay ont plus de 2 000 hab.


Courlay

2 440 hab. (Courlitais), 2 946 ha, commune des Deux-Sèvres dans le canton de Cerizay, 11 km SE du chef-lieu et 9 km au SO de Bressuire. Elle a de nombreux petits ateliers, notamment de la filière bois; dans d’autres domaines, atelier de la Confection des Deux-Sèvres (85 sal.), transports de voyageurs Bertrand (40 sal.), éditions scolaires Fuzeau (35 sal.), imprimerie Jadault (20 sal.), réseaux électriques ETDE (40 sal.), fournitures de nettoyage Oki (20 sal.). À l’est du bourg, le hameau de la Plainelière reste un fief de la Petite Église, née du refus du concordat de 1801, et ainsi un lieu de pèlerinages catholiques traditionnels. La commune a une population assez stable depuis les années 1880, avec un léger creux entre 1920 et 1960; toutefois, elle perd des habitants depuis 1990 (2 600 hab.), encore une trentaine après 1999.


Forêt-sur-Sèvre (La)

2 370 hab. (Forésiens), 5 594 ha, commune des Deux-Sèvres dans le canton de Cerizay, 6 km SSE de Cerizay sur les deux rives de la Sèvre nantaise; nombreuses petites entreprises dont les principales sont la confection Bocage Avenir Couture (60 sal.), les engrais Violleau (30 sal.), un négoce d’œufs (Ligner, 25 sal.) et un de volailles et gibiers (Marolleau, 30 sal.), les transports SLT (35 sal.) et Ayrault (25 sal.). La commune s’est agrandie par fusions en 1973, absorbant Montigny au nord, Saint-Marsault et La Ronde au sud, ce qui lui a valu de passer de 720 hab. en 1968 à 2 400 en 1975; sa population avait tendance à diminuer depuis, mais elle a repris 70 hab. entre 1999 et 2008. Depuis cette fusion, la commune est parfois appelée «Le Grand La Forêt», notamment sur le site de la communauté de communes Delta-Sèvre-Argent (http://www.deltacc.com), mais ce n’est pas un nom officiel.