Canton de Chaulnes

Chaulnes

1 980 hab. (Chaulnois), 846 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement de Péronne, 19 km au SO de celle-ci et 44 km à l’ESE d’Amiens. C’est surtout un carrefour, doté d’une grande gare et d’un croisement ferroviaire, à la traversée de l’axe de l’A 1 et du TGV. La bourgade a un collège public, un petit supermarché Carrefour (20 sal.), un Intermarché (20 sal.) et tout un ensemble industriel et logistique d'origine ferroviaire: Brand CCSP (240 sal., conditionnement de produits cosmétiques), Euroigest (coditionnement à façon, 25 sal.), Lunor (100 sal., préparation et conditionnement de légumes sous vide, surtout endives et champignons, groupe coopératif), CTI (Chaulnes Textile Industrie, 90 sal., fabrique de linge de maison du groupe Valmon), Pinet (90 sal., serrurerie et charnières) et Régnier-Puchela (50, vérins hydrauliques); bases logistiques du groupe Intermarché (290 sal.) et des Transports frigorifiques européens (100 sal.), installations électriques Moret (30 sal.), menuiserie Gance (25 sal.). La population communale augmente depuis 1970; elle avoisinait alors 1 500 hab., en diminution depuis 1926; elle n'a guère progressé de 1999 à 2008.

Le canton a 7 100 6 600 hab., 22 communes, 14 304 ha; il est traversé du sud au nord par l’autoroute A 1, que flanque la ligne du TGV, et dans l’autre sens par l’A 26. À Ablaincourt-Pressoir (270 Ablaincourtois, 946 ha), 3 km NNE de Chaulnes, voisinent le grand échangeur autoroutier A 1-A 29 et la gare du TGV de Haute-Picardie. C’est en raison de cette position de carrefour et de ces dessertes que les environs de Chaulnes avaient été désignés pour accueillir le «troisième aéroport de Paris», avant que ce projet ne soit abandonné ou différé; magasin de bricolage Slach (25 sal.). À la Sole du Moulin-Vieux, au sud-est, la commune a accueilli en 2009 un parc de 5 éoliennes Repower de 10 MW pour Maïa Eolis; un autre parc de cinq éoliennes, un peu plus ancien, est à la limite occidentale de la commune (Sole de Soyécourt). Le finage s'était agrandi de ceux de Bovent et Gomiécourt pendant la Révolution; Pressoir, au sud, s'y est agrégé en 1966. Fresnes-Mazancourt (110 ha, 570 ha) est 4 km à l'est; la réunion des deux villages est des années 1790; château à Fresnes; Mazancourt est un peu à l'est, au bord de la N 17.

Estrées-Deniécourt (310 hab., 645 ha), dont le village est à 8 km au NNE de Chaulnes, juste au nord de la gare du TGV, aligne ses maisons le long de la route rectiligne d’Amiens à Saint-Quentin (N 29-E 44). L’ancienne sucrerie est le site d’une zone d’activités avec échangeur autoroutier et des entreprises de taille réduite, dont les bureaux de la Vermandoise de Sucrerie (30 sal.); boulangerie Panavi (70 sal.), transports Panalog (35 sal.), location de matériel Jamart (20 sal.). Deniécourt est un ancien village au sud-ouest, proche de la gare du TGV, réuni à Estrées dans les années 1790. Estrées-Deniécourt est le siège de la communauté de communes de Haute-Picardie, un peu plus étendue que le canton (26 communes, 8 000 hab.), et a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Belloy-en-Santerre (180 hab., 549 ha) et Berny-en-Santerre (150 hab., 443 ha) flanquent Estrées à l'est, de part et d'autre de l'ex-N 29 (D 1029). La mention du Santerre est de 1956 dans les deux cas.

Assevillers (290 Assevillois, 547 ha), un peu au nord, a une aire de services de l’autoroute avec un vaste complexe hôtelier, dont un hôtel Mercure (groupe Arche, 290 et 65 sal.), et a gagné 50 hab. après 1999; un polissoir classé, dit Grès de Saint-Martin. Tout au nord du canton, Dompierre-Becquincourt (650 hab., 1 105 ha), 11 km à l’ouest de Péronne, est le terminus du P’tit train de Picardie qui vient de Froissy près de Bray-sur-Somme et contient une nécropole nationale; récupération de déchets Regene (20 sal.), restes d'une sucrerie. La réunion des deux communes est de 1964.; Becquincourt n'avait alors qu'une centaine d'habitants.

Soyécourt (200 Soyécourtois, 516 ha), 5 km au nord de Chaulnes à l’ouest de la gare de Picardie, a une grosse endiverie coopérative (100 sal., groupe Primacoop) et une entreprise coopérative de construction (CEGBT, 40 sal.). Foucaucourt-en-Santerre (280 hab., 691 ha) est à 9 km NNO de Chaulnes sur l'ex-N 29à l'ouest d'Estrées; volailles Lanckriet (60 sal.); la commune a gagné 50 hab. de 1999 à 2008. Fontaine-lès-Cappy (40 hab., 347 ha) et Chuignes (120 hab., 456 ha) complètent au nord le canton. Vers l'ouest, Proyart (620 Proyartais, 986 ha) est à 7 kù ONO de Fauconcourt; son finage est bordé au sud par la N 29, au nord par les étangs de la vallée de la Somme; sa population a gagné 80 hab. de 1999 à 2008.

Framerville-Rainecourt (440 hab., 991 ha) est à 3 km au sud, de l'autre côté de la N 29; elle résulte d'une fusion de 1963 entre deux villages très proches, Rainecourt, alors moins peuplé (80 hab. contre 280) étant au nord-est de Frameville; la commune a gagné 140 hab. après 1999. Vauvillers (280 hab., 622 ha) est juste au sud et tient l'angle sud-ouest du canton; son église du 12e est inscrite. Entre les deux villages se faufile l'A 29. Les deux communes partagent avec leurs voisines Herleville (130 hab., 605 ha) et Lihons (380 Lihonsois, 1 242 ha) trois parcs éoliens installés en 2007 et 2008: Framerville-Rainecourt (6 Vestas, 12 MW), Petit Arbre, qui contient 6 hélices Vestas (12 MW) pour Eurowatt, celui de Vauvillers-2 composé de 6 machines Gamesa (12 MW) pour Kallista. Un autre a été annoncé en 2011 à la limite de Framerville et Harbonnières dans le canton voisin. Lihons, qui est à 3 km à l'ouest de Chaulnes, a une carrière de pierres d'ornement (MRM, 20 sal.).

Vermandovillers (120 hab.n 583 ha), au nord de Lihons, un cimetière militaire allemand. Hyencourt-le-Grand (90 hab., 295 ha), Omiécourt (250 hab., 554 ha) et Puzeaux (250 hab., 375 ha) jouxtent toutes trois Chaulnes a à l'est et forment l'angle sud-est du canton. Le finage d'Omiécourt contient un château et, au sud, l'ancien village de Hyencourt-le-Petit, intégré (avec 40 hab.) par une fusion de communes de 1965.