Canton de Crécy-en-Ponthieu

Crécy-en-Ponthieu

1 570 hab. (Crécéens), 5 655 ha dont 3 782 de bois, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement d’Abbeville, 18 km au nord d’Abbeville. Lieu de la célèbre bataille perdue par le roi de France contre les Anglais le 26 août 1346, le bourg, situé dans la petite vallée de la Maye, s’adosse à la forêt de Crécy, superbe futaie de 4 322 ha. Il a quelques commerces et services, dont un collège public; exposition-musée Emhisarc («émulation histoire et archéologie»); peu d’entreprises, si ce n’est un commerce de meubles (Crimet, 25 sal.) et un transporteur (TWS, 30 sal.). Le nom était simplement Crécy avant 1889; la population avait été de 1 700 hab. un peu avant, puis était descendue à moins de 1 400 dans l’entre-deux-guerres; elle a atteint un maximum secondaire en 1975 et fluctué depuis; elle a peu changé depuis 1999.

Le canton a 5 900 hab., 21 communes, 22 559 ha; il s’étire sur 30 km du NO au SE en s’appuyant au NE sur la limite régionale, qui suit à peu près le cours de l’Authie. La trace de la chaussée Brunehaut, ancienne voie romaine d’Amiens à Calais, le traverse de part en part. Il n’a plus guère d’emplois industriels (60 en tout) et sa population décroît régulièrement; néanmoins le secteur tertiaire (960 emplois) l’emporte sur l’agricole (410 pour 220 exploitations dont 160 professionnelles), et les ouvriers forment la première catégorie sociale (540 personnes, 35%). Fontaine-sur-Maye (160 hab., 567 ha), à l’est de Crécy, est à la source de la Maye. Dompierre-sur-Authie (420 hab., 2 273 ha dont 275 de bois), 7 km NNE de Crécy, est la seule commune dont le finage déborde sur la rive droite de l’Authie, à la faveur du hameau de Rapechy et de la petite forêt de Dompierre.

Le Boisle (380 hab., 1 168 ha), 9 km ENE de Crécy au bord de l’Authie, conserve une tradition de vannerie mais a perdu 50 hab. de 1999 à 2008. Gueschart (320 hab., 1 289 ha), 10 km à l'est de Crécy et Noyelles-en-Chaussée (260 Noyellois, 1 047 ha), 9 km SE de Crécy, partagent depuis 2011 les parc éoliens dits du Nouvion-Saint-Riquier I, pourvu de 5 machines Enercon (11,5 MW) et II, de 6 machines (12 MW), tous deux pour Renergys. Noyelles est sur une Chaussée Brunehaut qui allait d'Amiens vers Boulogne au nord-ouest.

La Chaussée passe plus au nord à Estrées-lès-Crécy (380 hab., 1 119 ha), 3 km à l'est du chef-lieu, et traversait la vallée de l'Authie à Ponches-Estruval (110 hab., 704 ha), nom dans lequel se reconnaît aussi une «estrée»; cete commune est issue d'une fusion de 1826. Brailly-Cornehotte (240 hab., 1 150 ha), près de Noyelles à 8 km SE de Crécy, a un château du 18e s. et son finage est traversé par la Chaussée; la commune est issue d'une réunion des années 1790 qui comprenait aussi Bézencourt, dont le hameau subsiste au nord du finage, de l'autre côté de la Chaussée. Le canton s'étire vers le sud-est; à sa pointe extrême, à 20 km de Crécy et d’Abbeville, Domléger-Longvillers (290 Domlégeois, 891 ha) est le résultat d’une fusion de 1972 et les deux villages restent bien distincts, Domléger au nord, Longvillers près de la D 925, 11 km à l'est de Saint-Riquier.