Canton de Ham

Ham

5 400 hab. (Hamois) dont 220 à part, 950 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement de Péronne, 25 km ESE de Péronne. La ville est en position de carrefour dans la vallée de la Somme, entre Noyon et Saint-Quentin, et dispose d’une gare; collège et lycée professionnel publics, collège privé, centre hospitalier (20 lits); crypte d’une abbaye du 12e siècle, un port de plaisance sur le canal de la Somme. Reconstruit après 1920, Ham conserve quelques restes de son gros château fort, qui fut longtemps une prison, mais fut dynamité par les Allemands en 1917.

Ham a trois usines, celles des produits pharmaceutiques et acides aminés Evonik Rexim (220 sal.), au groupe allemand Degussa, exportés à 90%; celle des profilés d’aluminium Softal (210 sal., Alcan ex-Pechiney); celle des valves Sapag (GRISS, 190 sal.), au groupe états-unien Tyco, plus de la moitié pour l’exportation; s’y ajoutent quelques ateliers dont Emip (mécanique, 50 sal.) et les métalleries Sopiol (25 sal.) et Mignot (20 sal.); l’entreprise de travaux publics Screg affiche 160 emplois; supermarché Carrefour (50 sal.). Il serait juste d’ajouter au tableau les activités d’Eppeville, contiguë à Ham au SO.

La commune s’est agrandie en absorbant Estouilly en 1964 et Saint-Sulpice l’année suivante, l’une à l’est et l’autre à l’ouest; la population communale a augmenté jusqu’en 1975 (6 100 hab. sdc) mais décline depuis; elle s'est abaissée de 270 hab. de 1999 à 2008. Ham est le siège de la communauté de communes du pays Hamois, qui réunit 18 communes (13 000 hab.). L’unité urbaine Insee est donnée pour 7 900 hab.

Le canton a 13 000 hab. (13 300 en 1999), 19 communes, 14 183 ha; il est limitrophe des départements de l’Oise et de l’Aisne et traversé par la vallée de la Somme. Muille-Villette (860 hab., 653 ha), juste au sud de Ham, complète l’agglomération Ham-Eppeville avec la gare et quelques ateliers, dont une fabrique d’additifs chimiques pour caoutchoucs (Lefrant-Rubco, 40 sal.), un Centre Leclerc (95 sal.); transports Dive (20 sal.); sa population s'est accrue de 60 hab. depuis 1999. À Brouchy (600 Brouchissois, 807 ha), 5 km SE de Ham, atelier d’outillage pour plasturgie Compes (45 sal.) et menuiserie d’aluminium Reynaers (40 sal.). Esmery-Hallon (790 hab., 1 890 ha) est un gros village de plateau à 6 km au SO de Ham; sa population est assez stable depuis 1926, mais elle avait dépassé 1 400 hab. au milieu du 19e s.

Sancourt (290 Sancourtois, 720 ha), 5 km au NO de Ham, dans la vallée de la Germaine peu avant son confluent avec la Somme, a reçu en 2005 un parc de 6 éoliennes Enercon (12 MW) exploité par la Samfi. Douilly (260 hab., 988 ha), au nord-est de Sancourt dans la même vallée, accueille le négoce agricole Dossin (30 sal.). Matigny (520 hab., 699 ha), 3 km au NO de Sancourt, abrite le services aux cultures ETA Nuttens (25 sal.). Le village d'Y est juste à l'ouest de Matigny. Croix-Moligneaux (320 hab., 788 ha), 3 km au nord de Marigny, associe un village sur la D 937 et le hameau de Moligneaux un peu à l'écart au nord; église classée des 11e-12e s.

À l’extrême nord du canton, Monchy-Lagache (740 hab., 1 544 ha), 13 km au SE de Péronne dans la vallée de l’Omignon, abrite l’aérodrome de Péronne-Saint-Quentin (code LFAG), dont elle partage l’emprise avec Estrées-Mons; il dispose d’une piste revêtue de 2 440 m et d’un centre de parachutisme. Un peu en aval à 5 km, Athies (670 Athéiens, 1 067 ha), sur la route de Péronne à 14 km NNO de Ham, a une église avec un beau portail sculpté du 13e s.; au sud, échangeur, péage et aire d erepos de l'A 29.


Eppeville

1 980 hab. (Eppevillois), 495 ha, commune de la Somme dans le canton de Ham, juste au SO de Ham avec qui elle forme une conurbation industrielle. Elle a un collège privé avec internat et abrite la grosse sucrerie du groupe Südsucker (ex-Saint-Louis), de 250 salariés (380 en 2005), qui produit un million de tonnes de sucre par an et distille 555 000 hl d’alcool. S’y ajoutent la fabrique de fers à béton des Armatures du Nord (75 sal.) et la blanchisserie industrielle Euronet (100 sal.), les services à l'agriculture Nuttens (20 sal.). La population avait bien augmenté entre 1910 (980 hab.) et 1968 (2 300 hab.) mais elle a tendance à se réduire depuis; elle a perdu 120 hab. de 1999 à 2008.


Y

80 hab. (Yssois ou Ypsiloniens), commune de la Somme dans le canton de Ham, en Santerre; 230 hab. en 1861; le village fut détruit pendant la Grande Guerre. Elle est la seule commune française dont le nom a une seule lettre; elle est logiquement jumelée à Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch, village gallois dont le nom est considéré comme le plus long du monde.