Canton de Rue

Rue

3 200 hab. (Ruens), 2 906 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l'arrondissement d'Abbeville, 20 km au NO de celle-ci. La ville est dans les Bas-Champs du Marquenterre, sur la N 1 et la voie ferrée vers Le Touquet et Boulogne (gare), à 6 km de la côte de la baie de Somme. Elle était encore un port de mer au 12e siècle, avant l'envasement et la conquête des marais. Elle a un collège et un lycée professionnel publics, un collège privé et un hôpital local; beau beffroi carré à tourelles, chapelle flamboyante, et musée des frères Caudron; ingénierie Coquart (45 sal.), quelques commerces dont des supermarchés Carrefour (50 sal.) et Simply (35 sal.) et un magasin de bricolage Bruant (20 sal.). La sucrerie Corblet-Daire, devenue Sucrerie du Marquenterre en 1930, a été arrêtée en 1975; château du Broutel, de 1714, au sud du bourg. La population communale est restée assez stable durant tout le 20e siècle, avec une légère pointe en 1982.

Le canton a 12 100 hab. (11 500 en 1999), 17 communes, 26 079 ha; il est limitrophe du Pas-de-Calais et possède trois rivages maritimes: un sur la baie de l’Authie au nord, un sur la Manche à l’ouest, un sur la baie de Somme au sud-ouest; il touche à l’est l’orée de la forêt de Crécy. Il se divise en trois ensembles naturels d’ouest en est: le massif de dunes litttorales, qui atteint jusqu’à 4 km de large et culmine à 36 m; les Bas-Champs du Marquenterre, sillonnés de canaux; le bas plateau de craie à limons et grande culture, qui ne dépasse guère 65 m. Cinq communes seulement se partagent le littoral.

Au NO, Fort-Mahon-Plage (1 360 Fort-Mahonnais, 1 304 ha), commune créée en 1922 à partir de Quend et dont la population croît lentement, se contente des environs de la pointe de Routhiauville, à l’extrémité SO de l’estuaire de l’Authie. Le village ancien (Vieux Fort-Mahon) était à l’abri des dunes, son extension balnéaire court sur les dunes jusqu’au bord de mer; la station a un golf au nouveau lotissement de Belle Dune, un Aquaclub de la Côte Picarde au milieu des dunes, de la chaîne Central Parcs du groupe Pierre et Vacances (50 sal.); hôtel de la Terrasse (40 sal.), aide à domicile Doamliance (60 sal.), maison de retraite de la Baie d'Authie (40 sal.). La commune a gagné 210 hab. de 1999 à 2008; elle enregistre deux hôtels (75 chambres), 6 campings (1 1110 places) dont deux de luxe (620 places), 3 100 résidences secondaires (81% du parc de logements). Un casino devrait ouvrir en 2012, l'ancien étant fermé depuis 1998.

La commune de Quend (1 420 Quennois, 3 778 ha dont 473 de bois), héritière lointaine d’un Cantium romain, entoure la précédente et s’étend largement dans les Bas-Champs, où se trouve son centre villageois. Elle bénéficie de la sorte d’un accès à l’estuaire de l’Authie dans les Mollières salées, et elle est bordée par l’Authie au NE sur 6 km; elle a surtout un accès direct à la mer à l’ouest, au bord duquel a surgi Quend-Plage, en vérité de très modeste dimension, mais avec une Maison de la voile et une large pratique du char à voile; deux hôtels, dix campings (plus de 3 000 places) dont 2 de luxe (1 100 places) où s'illsutre le domaine de Diane (25 sal.), 2 650 résidences secondaires (79% des logements). La population communale, qui avait tendance à diminuer depuis 1960, a augmenté de près de 200 hab. entre 1999 et 2008.

Saint-Quentin-en-Tourmont (320 hab., 3 289 ha dont 410 de bois), dont l’habitat est totalement dispersé, occupe l’angle de la pointe de Saint-Quentin, à la sortie NO de l’estuaire de la Somme. Le massif dunaire est ici particulièrement large, en partie boisé dans le domaine de Marquenterre au sud; domaine de loisirs Marcanterra, avec chevaux Henson et jardins, sur 1 000 ha; hôtel-restaurant de 45 sal., cinq campings (670 places), 40% de résidences secondaires. Le parc ornithologique du Marquenterre, sur la baie de Somme, est un des points forts du Conservatoire du littoral, sur des terrains conquis en polders. Au sud règne Le Crotoy. Enfin Favières (480 hab., 1 262 ha), 5 km au sud de Rue, a une fraction de la baie de Somme à l’est du Crotoy; un camping de 100 places, un petit hôtel, plus d'une moitié de résidences secondaires (240); la commune a gagné 70 hab. depuis 1999.

Parmi les basses collines de craie du Ponthieu s’éparpillent des villages qui ne manquent pas de ressources historiques. Arry (200 Arryens, 734 ha), 3 km à l’est de Rue, a un château de 1761 en brique et pierre; le village est dans la petite vallée de la Maye, qui vient de Crécy et dont les tourbières ont laissé des étangs. Juste en amont, Bernay-en-Ponthieu (250 Bernayens, 997 ha dont 224 de bois), qui a gagné 50 hab. de 1999 à 2008, est connue pour son ancien relais de poste des 15e-16e s.; et juste à l’est Régnière-Écluse (140 hab., 954 ha dont 401 de bois), à 7 km de Rue, l'est pour son château du milieu du 16e s. d’allure gothique flamboyant, assorti d’un parc à l’anglaise. En amont, Vironchaux (440 Vironchellois, 1 614 ha) a des cultures maraîchères Lenoir (40 sal.) et Endives de Mézoutre (20 sal.), un camping (90 places); sa population a augmenté de 50 hab. entre 1999 et 2008.

Vers le nord, Vron (870 Vronais, 2 067 ha dont 274 de bois), 8 km NE de Rue sur la N 1, fut un des fiefs de l’ancienne abbaye de Valloires; la commune, qui a gagné 140 hab. de 1999 à 2008, se distingue aujourd’hui par des vergers et une fabrique de pâtisseries surgelées du groupe Pasquier (370 sal.), plus les maraîchages Bivo (45 sal.). L’abbaye de Valloires, fondée en 1137, est au bord de l’Authie à Argoules (350 Argoulois, 945 ha), près du village à 15 km NE de Rue; on en visite notamment le cloître du 16e s., la chapelle rocaille du 18e, les jardins et la roseraie qui occupent 7 ha. Argoules a aussi un château renaissance, et un préventorium pour enfants en difficulté (200 employés); un petit hôtel, un quart de résidences secondaires. Enfin le territoire de Nampont (280 Nampontois, 1 939 ha), dont le village est à 4 km au nord de Vron sur la N 1, s’étend sur 9 km le long de l’Authie, a une intéressante maison forte et propose un golf; un hôtel (40 chambres), un camping de luxe (120 places), un quart de résidences secondaires; elle a gagné 50 hab. depuis 1999.


Crotoy (Le)

2 350 hab. (Crotellois), 1 632 ha, commune de la Somme dans le canton de Rue, 8 km au SSO du chef-lieu. C’est l’ancienne et vénérable station balnéaire du canton, qui fait face à Saint-Valery-sur-Somme et vit en partie du charme de son urbanisme Belle Époque. Elle ouvre sur la baie de Somme et se flatte d’être la seule qui soit exposée au sud; port de pêche et de plaisance, grande plage avec sports de vent, immense estran à marée basse; chemin de fer touristique jusqu’à Saint-Valery et Cayeux. La commune enregistre 5 hôtels (100 chambres en tout) et onze campings (1 240 places), plus 1 450 résidences secondaires sur un total de 2 650 logements (55%). La population est assez stable depuis 1960; mais elle avait atteint 2 900 hab. en 1936, et elle s'est abaissée de 120 hab. de 1999 à 2008.

Le Crotoy fut un haut lieu des pionniers de l’aviation, avec les frères Caudron, qui y eurent un atelier, un aérodrome et une école de pilotage, fermés en 1928; mais leur musée est à Rue. Jules Verne s’était installé au Crotoy en 1864 et y a écrit sa Géographie de la France et de ses colonies. L’ancien casino, construit en 1963, est en cours de reconversion vers un ensemble de résidence de loisirs et culture multifonctionnel de Pierre et Vacances; atelier Charpente et Tradition (20 sal.), hôtel les Tourelles (25 sal.), quelques extractions de sables et graviers, dont Savreux (40 sal.) et Eurarco (20 sal.).