Canton de Brassac

Brassac (Tarn)

1 430 Brassagais, 2 387 ha dont 1 445 de bois, chef-lieu de canton du département du Tarn dans l’arrondissement de Castres, 25 km à l’est de la ville, dans la vallée de l’Agout. Brassac eut deux seigneuries jumelles, dont il reste deux châteaux: celui de Belfortès rive gauche (13e et 19e s.), celui de Castelnau rive droite (17e s.), qui héberge la mairie, la Maison du Parc du Haut-Languedoc et un musée des tisserands qui rappelle le passé industriel de la bourgade; scierie et emballages Brassac Industries (80 sal.) et Bouissière (50 sal.), filature du Parc (40 sal.), transports de voyageurs Maury (30 sal.).

La commune de Brassac a un pont gothique en dos d’âne, est classée «station verte de vacances» et dispose d’un collège public. Un peu en amont, une usine hydroélectrique de 22 MW est alimentée par conduite depuis le barrage de la Raviège. Brassac a eu 2 200 hab. au milieu du 19e s.; elle a perdu 250 hab. de 1982 à 1999 mais seulement une trentaine de 1999 à 2009; elle est le siège du pays Sidobre-Monts de Lacaune.

Le canton a 3 400 hab., 5 communes, 16 935 ha dont 7 923 de bois; il est traversé par la vallée de l’Agout et monte au NE sur les monts de Lacaune. Castelnau-de-Brassac (800 hab., 7 288 ha dont 3 099 de bois), dont le village est à 2 km NNE du chef-lieu, a un habitat très dispersé. Au nord de la commune, la forêt de Montagnol fut un centre de résistance et de réunion des protestants du Désert après la révocation de l’édit de Nantes. La «maison d’oraison» (temple) du hameau de Sablayrolles rappelle ce passé; la reprise du protestantisme au début du 19ee siècle n’est sans doute pas étrangère à l’installation du grand couvent du hameau d’Oulliats en 1825. La commune a eu plus de 4 000 hab. de 1805 à 1885 et même 4 800 en 1851; elle en conservait 2 600 en 1921; le dépeuplement semble arrêté depuis 1990.

Le Bez (820 Bessois, 3 213 ha dont 1 514 de bois), dont le centre est à 3 km SSO de Brassac, dispose d’un finage qui s’étend sur 13 km en travers de tout le canton, et va du col de Fauredon (789 m) au SE, qui donne accès au plateau d’Anglès, jusqu’au barrage de Record et à la centrale électrique de Luzière sur l’Agout au NO. Juste en amont de Ferrières, le barrage de Record est sur l’Agout; le chaos granitique de Secun, tout au nord de la commune, annonce le Sidobre; transports Galinier (50 sal.). Le Bez a eu 2 000 hab. en 1831; mais la dépopulation est arrêtée: la commune a même repris 100 hab. entre 1999 et 2009. Elle héberge à la Maison du Sidobre le siège de la communauté de communes Sidobre-Val d’Agout, qui réunit 10 communes dont Roquecourbe, et compte 8 800 hab. (18 500 ha).

Le Margnès (45 hab., 1 789 ha dont 816 de bois) est une commune d'habitat totalement dispersé en hameaux dans les Monts de Lacaune à l'est du canton, dont le principal, Lagrange, est à 17 km de Brassac. Deux anciennes communes, Le Margnès-de-Brassac et Le Margnès-d'Anglès, ont été réunies en 1846. La commune actuelle abrite depuis 2008-2009 deux parcs éoliens, celui du Puech Cornet au nord-ouest (5 hélices Enercon, 11,5 MW) et son voisin du Singladou au nord (une hélice Enercon de 2,3 MW), tous deux à Valeco.