Canton de Labruguière

Labruguière

6 300 hab. (Labruguiérois) dont 200 à part, 6 073 ha dont 2 512 de bois, chef-lieu de canton du département du Tarn dans l'arrondissement de Castres, 8 km au sud de celle-ci sur la rive gauche du Thoré, dans la plaine de Castres. C'est une ancienne place forte, construite en rond comme le souligne la ceinture de boulevards, avec un clocher toulousain octogonal mais en pierre, une halle et un château du 17e s., des maisons à colombages et encorbellements, des restes de remparts; musée Arthur Batut, inventeur de la photographie par cerf-volant (1846-1918), qui vécut à Labruguière et réussit une première photographie aérienne de la ville en 1888 - un cliché de 1896 montre le bourg circulaire sur le site http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichelieu.php?idLang=fr&idLieu=3411.

La ville a un collège public et un privé, un institut médico-éducatif; fabrique de panneaux de bois (Tarnaise des Panneaux, 110 sal., ex-Isorel) et scierie Engelvin (20 sal.), menuiserie métallique Somalu (60 sal.), ameublements B. Siguier (40 sal.), éditions Presse Media 81 (45 sal.), constructions Olmière (35 sal.); installations électriques Waroude (60 sal.); services informatiques Devoteam (95 sal.), bureaux du groupe pharmaceutique Pierre Fabre (35 sal.); Intermarché (30 sal.), base de loisirs au domaine d’En Laure, qui appartint à Arthur Batut. Le territoire communal va très loin sur les reliefs et dans la forêt de la Montagne Noire, où il monte à 1 031 m au Therme Noir; il s'y trouve une usine électrique. La population est à peu près stable depuis 1968, à son meilleur niveau; elle était de 3 200 à 3 500 hab. entre 1850 et 1950. Elle a encore gagné 600 hab. de 1999 à 2009.

Le canton a 12 600 hab. (11 300 en 1999), 7 communes, 14 174 ha dont 5 361 de bois; il est divisé en deux parties par l’aérodrome de Castres et la commune de Caucalières, qui est rattachée à Mazamet. Au sud, Escoussens (650 Escarsentois, 2 362 ha dont 1 626 de bois), dont le village est au pied du relief à 6 km au SO de Labruguière, dispute à celle-ci le rebord de la Montagne Noire et sa forêt domaniale et culmine à 953 m; au sommet, près de la crête à Fontbruno, a été érigé un monument en l’honnneur des Corps francs de la Résistance; panorama. La population communale, qui de 1 200 hab. en 1831 était descendue à 400 en 1960-1975, augmente depuis et a gagné 120 habitants de 1999 à 2009 (+23%).

Au nord-est du canton, les trois communes de Lagarrigue (1 840 Lagarriguois, 486 ha), Valdurenque (830 Valdurenquois, 599 ha) et Noailhac (850 Noailhacois, 2 077 ha dont 847 de bois), séparées du reste du canton, se partagent la basse vallée de la Durenque. Lagarrigue est en banlieue de Castres, à 3 km au SE du centre; restes du château féodal de Gaïx, atelier des Tissages du Causse (25 sal.); sa population est en nette croissance depuis les 390 hab. de 1936. Valdurenque est également dans la plaine, 3 km en amont; elle n’avait que 280 hab. en 1936. Noailhac est à 10 km à l’est de Castres, avec un petit lac de barrage et un finage plus engagé dans le massif ancien; la société Metaleurop y a exploité une mine de zinc dans les années 1990; Noailhac n’a été créée qu’en 1928, à partir de Boissezon qui est plus à l’est et dans le canton de Mazamet et a une fabrique de meubles (Siguier, 40 sal.). Les trois communes ont une population croissante: +140 hab. pour Lagarrigue depuis 1999, +120 pour Valdurenque comme pour Noailhac.

De l’autre côté du canton, le village principal est celui de Viviers-lès-Montagnes (1 780 Viviérois, 1 791 ha), dont le finage n’est nullement en montagne mais, comme le rappelle l’accent sur lès, auprès des montagnes: en fait dans la plaine à 7 km au SO de Castres; gros château des 14e et 19e s., église fortifiée et, au sud, ferme historique de la Sabartarié (inscrite). La population de Viviers était de 1 200 hab. au milieu du 19e s.; après s’être abaissée à moins de 700 hab. en 1954, elle a entamé une croissance, à présent ralentie (+80 hab. de 1999 à 2009). Saint-Affrique-lès-Montagnes (750 Saint-Affricains, 786 ha), 7 km à l'ouest du chef-lieu, 9 km au SSO de Castres, accueille les transports Garcia (40 sal.) et a gagné 120 hab. depuis 1999.