Canton de Vabre

Vabre

830 hab. (Vabrais), 2 843 ha dont 1 427 de bois, chef-lieu de canton du département du Tarn dans l'arrondissement de Castres, 32 km au NE de Castres au-dessus de la vallée du Gijou. Riche d'un beffroi et de maisons des 16e-17e s., Vabre fut une bourgade active au temps de l'industrie textile, où elle dépassait Brassac et Lacaune, affichant plus de 2 000 hab. au 19e s. et jusqu'à 2 700 en 1851, mais en net dépeuplement des années 1930 à 2000. Elle héberge plusieurs entreprises de granitiers du Sidobre; constructions Solaco (35 sal.). Vabre est le siège de la communauté de communes des Vals et Plateaux des Monts de Lacaune (8 communes, 3 100 hab.).

Le canton a 2 300 hab., 6 communes, 18 112 ha dont 6 609 de bois. Limitrophe du département de l'Aveyron au NE, il s'étend du SO au NE dans le Haut Ségala tarnais; sa partie septentrionale est drainée et accidentée par le Dadou, qui y prend sa source à Saint-Salvi-de Carcavès (90 Saint-Salvigeois, 1 096 ha dont 227 de bois), qui est à l'extrême NE du canton à la limite départementale; sa partie méridionale, par le Gijou, qui conflue avec l'Agout au SO de la commune de Vabre.

Au nord du canton, la commune du Masnau-Massuguiès (310 hab., 4 763 ha dont 1 347 de bois), dont le centre est à 650 m, prend la plus grande place; ses points hauts dépassent 800 m. La commune fut d'abord Massuguiès, puis Le Masnau de 1873 à 1920, enfin Le Masnau-Massuguiès. Le Masnau est un petit village au sud du Dadou, Massuguiès un territoire d'habitat dispersé au nord de la rivière. La commune a eu plus de 1 500 hab. dans les années 1840, encore 1 100 en 1911; elle s'est dépeuplée jusqu'en 1999 mais a regagné 9 hab. en 2004…

Au NO, Saint-Pierre-de-Trivisy (630 Saint-Pierrais, 3 609 ha dont 951 de bois), 9 km au nord de Vabre à 618 m, est un centre de vacances avec le label «station verte de vacances». Son nom fut d'abord Trivisi et elle eut près de 1 800 hab. en 1831. Côté est, Lacaze (320 Lacazois, 4 616 ha dont 2 035 de bois), 14 km au NE de Vabre à 475 m dans une boucle du Gijou, fut le siège d'une assez grande seigneurie et conserve des ruines d'un château du 12e s. plusieurs fois remanié jusqu'au 17e ; au sud, on voit le gros château de Camalières et la butte du Frech où eut lieu en 1689 un grand massacre de protestants lors d'une assemblée du Désert.

Tout au sud du canton, Ferrières (150 Ferriérois, 1 185 ha dont 572 de bois), 8 km au sud de Vabre au-dessus de la vallée de l'Agout, à 460 m, a un musée du protestantisme en Haut-Languedoc et un château renaissance sur une base du 12e s.; le Parc régional en a fait un petit centre d'animation culturelle; au hameau de Luzières, usine hydroélectrique sur l'Agout (21 MW) et barrage en aval. Ferrières avait 960 hab. en 1841.