Canton de Montpezat-de-Quercy

Montpezat-de-Quercy

1 490 hab. (Montpezatais), 4 402 ha dont 639 de bois, chef-lieu de canton du Tarn-et-Garonne dans l’arrondissement de Montauban, 34 km au NNE de la préfecture. Le village, nommé simplement Montpezat jusqu’en 1892, est sur une haute butte du Bas-Quercy, avec place à couverts et maisons anciennes; porte de ville, église collégiale du 14e s. à cinq travées et un intéressant trésor. Elle s’affiche «station verte de vacances», avec le parc de loisirs du Faillal. Le faisceau de circulation de Montauban à Cahors, donc de Toulouse à Paris, passe dans la commune à l’est du village (N 20, voie ferrée, A 20).

On s’enorgueillit ici de ce qu’un Montpezat soit entré dans la famille royale du Danemark. Les activités sont dominées par les coopératives fruitière et vinicole, l’atelier d’électronique Apem de la société Mors de Caussade (90 sal.), les savons et détergents Dalta (70 sal.); la commune cultive 121 ha de vignes. Montpezat a eu 3 000 hab. en 1846 et s’est dépeuplée depuis, du moins jusqu’en 1999; elle a 90 hab. de plus en 2009.

Le canton a 3 200 hab. (2 900 en 1999), 6 communes, 13 573 ha dont 2 428 de bois; il s’étire d’ouest en est sur 25 km le long de la limite du département du Lot. Montalzat (640 Alzatmontains, 2 750 ha) est sur une serre à 6 km au SE de Montpezat, dominant la vallée de la Lère; elle a 100 hab. de plus qu'en 1999; aire de service de l'A 20 au Bois de Bourre (25 sal.).

Puylaroque (680 Puylarroquains, 3 587 ha dont 1 302 de bois), tout à l’est à 12 km NE de Caussade, est à la limite des serres du Bas-Quercy et du causse de Caylus, dont son finage occupe une partie à l’est de la vallée de la Lère; fondée comme bastide, elle est riche en maisons anciennes, et s’orne d’un clocher fortifié; vaste panorama sur les serres. Elle a eu 2 450 hab. en 1846 et s’est dépeuplée régulièrement jusqu'en 1999; elle a repris 90 hab. en 2009.