Canton de Nègrepelisse

Nègrepelisse

5 100 hab. (Nègrepelissiens), 4 822 ha dont 490 de bois, chef-lieu de canton du Tarn-et-Garonne dans l'arrondissement de Montauban, 16 km ENE de la préfecture sur la rive gauche de l'Aveyron. La ville est au milieu de la plaine de l'Aveyron, sur la rive gauche de la rivière, à une douzaine de kilomètres au-delà de la sortie des gorges; clocher toulousain du 15e s., château médiéval restauré au 18e s. La population augmente sensiblement depuis le creux des années 1930 vers 2 000 hab., et a dépassé son plafond du 19e siècle; elle s'est accrue de 1 600 hab. (+46%) de 1999 à 2009.

La ville a un collège public et un hôpital local (15 lits)-maison de retraite, une clinique et soins de suite (40 sal., 60 lits) au château de Longues-Aygues, qui est du début du 20e s.; Intermarché (25 sal.) et Super-U (40 sal.), constructions Bourdarios (45 sal.), travaux publics Eurovia (95 sal.), installations électriques SPIE (50 sal.), lignes électriques Alpine Énergie Luxembourg (50 sal.). La ville est le siège de la communauté de communes des Terrasses et Vallées de l’Aveyron et du pays Midi-Quercy.

Le canton a 14 200 hab. (10 700 en 1999), 6 communes, 17 605 ha dont 2 907 de bois. Montricoux (1 090 Montricounais, 2 644 ha dont 889 de bois), 8 km à l’est de Nègrepelisse, gardait la sortie des gorges de l’Aveyron. C’est un village fort qui a conservé un donjon du 13La population augmente sensiblement depuis le creux des années 1930 vers 2 000 hab., et a dépassé son plafond du 19e siècle; elle s'est accrue de 1 600 hab. (+46%) de 1999 à 2009. s.; il propose un espace d’aventures, un musée de dessins de Marcel Lenoir au château. La population augmente depuis le creux de 1975 (730 hab.) mais reste loin du maximum de 1831 (1 640 hab.); elle s'est élevée de 100 hab. depuis 1999. Au nord du finage, la forêt du Bretou est sur le causse.

Bioule (1 030 Bioulais, 2 044 ha), 2 km au NE de Nègrepelisse sur la rive droite de l’Aveyron, a un château du 13e, dit des templiers, très agrandi au 16e s.; elle a gagné 240 hab. (+30%) de 1999 à 2009. Vaïssac (790 Vaïssacais, 3 721 ha dont 1 082 de bois), 7 km au SE du chef-lieu, est seule dans les collines des hautes terrasses qui bordent le Terrefort du Tescou; elle partage avec Bruniquel le grand lac collinaire de Gouyre (56 ha); une reconstitution d’un «petit Paris» au 1/130 a été élaborée par un particulier. Vaïssac a 180 hab. de plus qu'en 1999 (+30%). À l'ouest du canton, Albias et Saint-Étienne-de-Tulmont relèvent du périurbain montalbanais.


Albias

2 900 hab. (Albiassains), 2 160 ha, commune du Tarn-et-Garonne dans le canton de Nègrepelisse, 6 km ONO, à 11 km au NE de Montauban; bastide du milieu du 13e s., Albias est sur la N 20 et la voie ferrée (gare), et participe à l’expansion suburbaine de Montauban: elle avait 1 200 hab. en 1954, 2 000 en 1981; elle a gagné 500 hab. de 1999 à 2009; fabrique de sièges (GPM Industries, 45 sal.), sellerie Guilhem (25 sal.).


Saint-Étienne-de-Tulmont

3 500 hab. (Stéphanois), 2 114 ha, commune du Tarn-et-Garonne dans le canton de Nègrepelisse, 6 km SO du chef-lieu et 9 km au NE de Montaiban dans la plaine de l’Aveyron. Elle participe à la croissance suburbaine de Montauban: elle n’avait jamais atteint 1 000 hab. avant 1970; elle a passé le cap des 2 000 en 1986, et vient de dépasser les 3 000, gagnant 900 hab. entre 1999 et 2009 (+35%). Elle accueille un centre de loisirs Ludoparc (25 sal.) et le centre d’aide par le travail du domaine de Pousinies (Arseaa, Association régionale pour la sauvegarde de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte).