Canton du Beausset

Beausset (Le)

7 800 hab. (Beaussetans), 3 595 ha dont 2 305 de bois, chef-lieu de canton du département du Var dans l'arrondissement de Toulon, 14 km au NO de la préfecture par la N 8. Le bourg du 16e s. est longé par le Gourganon, qui descend vers le sud-est. Le finage est accidenté au nord, où il s'élargit dans les garrigues, comme au sud, où il atteint le Gros Cerveau et où sont les ruines du bourg castral de Beausset-Vieux (12e s.) et la chapelle de Beauvoir (12e s.). Le finage est traversé du nord au sud par le canal de Provence, en souterrain.

Le Beausset est «station verte de vacances» avec Le Castellet; la ville a un collège public et un centre de formation d'apprentis, une maison de convalescence en gériatrie (65 sal.); musée de la poupée, parc d'attractions; supermarché Champion (65 sal.), Varoise de transport (45 sal.). La commune cultive 252 ha de vignes, en partie d'aoc bandol, et a une cave coopérative. La population communale avait atteint 3 400 hab. au début du 19e s., et s'était abaissée à 1 800 hab. dans les années 1930; elle a fortement augmenté depuis les années 1950, passant les 5 000 hab. vers 1980 et gagnant près de 700 hab. de 1999 à 2004. Le Beausset a aussi 600 résidences secondaires.

Le canton a 26 700 hab., 6 communes, 28 587 ha dont 17 470 de bois. Il va de la Sainte-Baume à la côte. Au nord s'étale la grande commune de Signes; au sud Le Castellet, La Cadière-d'Azur et Saint-Cyr-sur-Mer font le lien entre les agglomérations de Toulon et de La Ciotat. Ne reste à l'extrême nord-ouest, sur le flanc méridional de la Sainte-Baume, que la minuscule commune isolée de Riboux (22 Ribousiens, 1 348 ha dont 900 de bois), dont le bourg castral est du 10e s. et que l'on atteint, malaisément, de Cuges-les-Pins dans le département voisin. Riboux n'a eu que 78 hab. à son mieux au 19e s., mais était tombée à 6 hab. en 1982; elle était à 35 hab. en 2005 mais s'efforce d'éviter les constructions nouvelles en dépit de la célébrité que lui a valu le tournage du film Jean de Florette, à l'origine d'un flux de visiteurs du dimanche.


Cadière-d'Azur (La)

4 300 hab. (Cadiérens), 3 742 ha dont 1 195 de bois, commune du département du Var dans le canton du Beausset, 5 km à l'ouest du chef-lieu. «village de caractère du Var», le centre conserve des restes de remparts et trois portes, des ruelles à escaliers; table d'orientation. Le bourg est contourné par l'A 50 et y a un échangeur. Au sud, le finage monte sur les reliefs qui prolongent vers l'ouest le Gros Cerveau; chapelle en partie du 5e s. Son finage s'étend assez largement au nord-ouest dans les garrigues, où s'isole le château de l'Audiarde, une ancienne maison forte. On y cultive 772 ha de vignes, en partie d'aoc bandol et avec une cave coopérative de 1929, La Cadiérenne, qui a absorbé celle de Saint-Cyr en 2004, possède 90 000 hl de cuverie et traite 600 ha de vignes dont deux tiers en aoc bandol ou côtes-de-provence. Saint-Cyr-sur-Mer est sortie de son territoire en 1825, la population communale passant alors de 5 000 hab. à 2 600; elle a ensuite diminué jusque vers 1 500 hab. de 1930 à 1960, puis a augmenté, passant les 3 000 hab. en 1989; il s'y ajoute 560 résidences secondaires. L'appellation d'Azur est de 1920 et fait évidemment référence à la Côte d'Azur, prise au sens large; le nom de Cadière est lié au genévrier (cade) mais il fut écrit Cathedra (la chaire) en 1099, peut-être par excès de zèle d'un scribe. La ville est le siège de la communauté de communes du Sud-Sainte-Baume, qui associe 7 communes (28 600 hab.) autour du Beausset et de Saint-Cyr-sur-Mer.


Castellet (Le) (Var)

3 800 hab. (Castellans), 4 477 ha dont 1 610 de bois, commune du département du Var dans le canton du Beausset. Le petit village perché est à moins de 3 km à l'ouest du chef-lieu. C'est un «village de caractère du Var» qui conserve des portes anciennes et des maisons pittoresques, et dont la mairie est dans le château du 15e s.; restes d'un bourg castral. Vers le sud, la commune, longée à l'ouest par l'A 50 qui frôle le gros hameau du Plan du Castellet, atteint la crête du Gros Cerveau. On y cultive 742 ha de vignes, servies par la cave coopérative de La Cadière-d'Azur et en partie liées à l'aoc bandol. La commune a eu plus de 2 000 hab. au début du 19e s., 1 200 seulement entre 1936 et 1970, puis a entamé une nouvelle croissance. Elle a gagné 360 hab. de 1999 à 2006 et a aussi un millier de résidences secondaires; elle est inscrite comme «station verte de vacances» en association avec Le Beausset.

Vers le nord, le finage s'élargit dans les garrigues, où a pris place près de la limite communale le circuit de courses du Castellet. Celui-ci a été financé par Paul Ricard (1909-1997), créateur de la célèbre marque marseillaise de pastis. Il occupe 1 000 ha et a été ouvert en 1970; sa piste va jusqu'à 5 861 m et offre 180 configurations possibles. Il a accueilli des grands prix de France de Formule 1, mais a ensuite été délaissé au profit du circuit nivernais de Magny-Cours. Il est utilisé pour des essais de performance et de sécurité, et souvent par les motocyclistes, jusqu'à 300 jours par an (2007). Il comporte une annexe pour le karting (964 m de piste) et un centre médical, un centre de formation, un musée. Il a été acquis en 1999 par la société Excelis (Ph. Gurdjian), qui y emploie 90 salariés, plus 90 dans l'ensemble hôtelier le Monte Cristo. Il est flanqué d'un aéroport international, ouvert dès 1962 et rénové en 2001, doté d'une une piste de 1 750 m et d'un système de navettes par hélicoptères vers les villes voisines.


Saint-Cyr-sur-Mer

9 000 hab. (Saint-Cyriens), 2 115 ha dont 460 de bois, commune du département du Var dans le canton du Beausset, la plus occidentale du département, à la limite de La Ciotat et 25 km au NO de Toulon. Alors San-Céri, elle a été créée en 1825 à partir de La Cadière, avec 1 700 hab., devenant Saint-Cyr-en-Provence. La mention «sur Mer» est de 1907. Elle fait partie du réseau des «plus beaux détours». La partie la plus urbanisée occupe une petite plaine donnant sur la baie des Lecques, dite ici «golfe d'Amour» et les ports de plaisance des Lecques au nord (180 places au vieux port et 430 au nouveau), de la Madrague (400 places) plus au sud. Tout près est l'enclos gallo-romain des 1er et 2e siècles, avec le musée d'antiquités de la villa gallo-romaine Tauroentum, et un centre d'Art contemporain Sébastien (1993) avec des œuvres du peintre (1909-1990). La partie méridionale de la commune est accidentée; elle avance en mer jusqu'à la pointe du Deffends et à la pointe des Engraviers, qui encadrent la petite baie de la Moutte. La calanque du Port d'Alon s'enfonce dans le massif calcaire, couvert par le lotissement de villas du Port d'Alon; elle offre un sentier sous-marin.

Saint-Cyr a un collège public, un établissement de l'Institution Dom Bosco; golf de Frégate (180 sal.), parc aquatique Aqualand (80 sal.), supermarché Casino (85 sal.), maison de retraite les Alizés (70 sal.). La commune cultive 345 ha de vignes et a une cave coopérative; elle bénéficie d'un échangeur de l'A 50, qui passe au nord près de la limite communale. La population était de 2 000 hab. en 1900, 2 700 en 1954; elle a crû sensiblement ensuite, passant les 5 000 hab. en 1980; elle a gagné près de 2 700 hab. entre 1999 et 2004, soit 30% en 5 ans, atteignant 11 600 hab. (sdc). Saint-Cyr y ajoute 4 300 résidences secondaires, plus de 600 emplacements de camping et 300 chambres d'hôtel.


Signes

2 100 hab. (Signois), 13 310 ha dont 11 000 de bois, commune du département du Var dans le canton du Beausset, 22 km au NNE du chef-lieu par la route (11 km à vol d'oiseau). Le bourg, qui a des maisons anciennes, des fontaines et une tour de l'horloge (15e s.), est dans une petite plaine drainée par le Gapeau, qui naît dans la commune; maison des arts et de la culture, médiathèque. Cette plaine est dominée au nord par des reliefs montant à 915 m au Mourre d'Agnis, au sud par des reliefs qui atteignent 826 m au plateau de Siou Blanc; plusieurs avens s'ouvrent dans les plateaux.

Le très grand finage atteint au nord-ouest la crête de la Sainte-Baume en son point culminant (1 141 m); il contient les vieux bourgs castraux de Châteauvieux, Maulne et Taillane au nord-ouest, vers la Sainte-Baume, ainsi que plusieurs chapelles et onze oratoires, une nécropole nationale de la Résistance dans le vallon des Martyrs. Il est traversé par le canal de Provence, dont les eaux circulent en souterrain sauf dans la plaine et divergent en deux branches, par les galeries de Beausset vers le sud et de Montrieux vers le sud-est. Au sud-ouest, près de la limite communale, la petite urbanisation de Bois Soleil jouxte le circuit automobile Paul Ricard du Castellet. La commune a un parc d'aventures avec via ferrata, plusieurs sites de pêche et de sports équestres.

Signes bénéficie d'une route directe vers La Ciotat, qui est à 37 km, et a reçu plusieurs entreprises, principalement en biochimie avec Ipsen Pharma Biotech (250 sal.), les cosmétiques Yves Rocher (Labiomar, 250 sal.) et la biochimie Elitech (30 sal.), en préparation de boissons avec la fabrique de concentrés Coca-Cola (240 sal.) et Orangina (30 sal.), et la source Beaupré (Sess, 40 sal.), au groupe Semo qui exploite aussi la source d'Ogeu dans les Pyrénées; constructions aéronautiques Aero 13 (65 sal.), nettoyage CarWash (180 sal.). Signes avait plus de 2 000 hab. au début du 19e s.; sa population a fortement diminué ensuite, n'atteignant plus que 520 hab. au minimum de 1962. Elle a vigoureusement repris depuis, et encore gagné 640 hab. de 1999 à 2006 (+32%). Signes a aussi 360 résidences secondaires.