Canton de Gordes

Gordes

2 100 hab. (Gordiens), 4 804 ha dont 2 030 de bois, chef-lieu de canton du Vaucluse dans l'arrondissement d'Apt, 21 km ONO de celle-ci. Quoique situé sur le rebord du plateau de Vaucluse, il est l'un des plus célèbres villages du Luberon au sens large, très fréquenté par certains cercles parisiens, et fait partie des «plus beaux villages de France». Le nom vient d'une tribu des Vordenses et Gordes fut d'abord un oppidum aux limites de la Cité de Cavaillon. Ses maisons et ses rues en calade s'étagent en spirale sous le puissant château du 16e s. où ont trouvé place la mairie et le musée d'art Pol Mara. Gordes a un hôpital local (5 lits médicaux, 120 en tout) et un musée de l'histoire du verre et du vitrail dans un parc; caves et troglodytes de Saint-Firmin.

Son finage s'étend à la fois dans la plaine arboricole au pied du village, où le moulin des Bouillons (18e s.) offre un pressoir à olives et un musée, et sur le plateau où se voit à l'ouest un curieux «village» de bories (cabanes de pierres sèches) des 17e et 18e s., visité par plus de 100 000 personnes annuellement. On y cultive 202 ha de vignes. Dans un vallon du plateau au nord, se cache la très célèbre abbaye de Sénanque, fondée en 1148 et joyau de l'art roman provençal, aux formes pures et simples, toujours entretenue par des cisterciens, en grande partie restaurée au 19e s. La population de Gordes avait beaucoup baissé de la première moitié du 19e s. (3 000 hab.) à l'entre-deux-guères (1 100 hab.); elle croît modérément depuis; la commune a presque autant de résidences secondaires (700) que de résidences principales (900), et y ajoute plus de 200 chambres d'hôtel, mais n'a qu'un seul terrain de camping. Une partie du village a été détruit par représailles de l'armée allemande le 22 août 1944.

Le canton a 5 900 hab., 8 communes, 18 340 ha dont 9 390 de bois. Beaumettes (200 Beaumetois, 259 ha dont 119 de bois), Saint-Pantaléon (180 Saint-Pantaléonnais, 78 ha) et Joucas (320 Joucassiens, 829 ha dont 260 de bois) sont de petites communes dans la plaine et sur le rebord du plateau, les deux premières au sud de Gordes, Joucas au nord-est; celle-ci conserve un moulin à huile en partie troglodytique, une ancienne commanderie de templiers et cultive 158 ha de vignes, chacune des deux autres une trentaine; l'église du 12e s. et le rocher attenant de Saint-Pantaléon sont classés. Leur population croît lentement depuis les années 1960.

Roussillon (1 200 Roussillonnais, 2 977 ha dont 763 de bois), 9 km à l'est de Gordes et 12 km ONO d'Apt, est célèbre pour ses paysages sculptés dans les ocres et fait partie des «plus beaux villages de France». Ses maisons très colorées, sa tour de l'horloge-beffroi ont attiré de nombreux artisans et artistes, qui contribuent à sa renommée. Le village héberge un Conservatoire des ocres et pigments appliqués, avec ateliers (Okhra, 21 000 visiteurs par an); un gisement néolithique a été fouillé aux Martins. La commune exploite 381 ha de vignes et enregistre 260 résidences secondaires. Roussillon a eu près de 1 600 hab. en 1861, 700 seulement en 1962; sa population a augmenté ensuite jusqu'en 1982 puis s'est un peu tassée. Elle a toutefois repris 120 hab. de 1999 à 2007.

Goult (1 300 Goultois, 2 377 ha dont 709 de bois) est à 8 km au SE de Gordes et domine la vallée du Coulon, que suit la N 100 entre Apt et Avignon. Le village offre des restes de remparts, une église du 12e s., le château d'Agoult, la chapelle de Saint-Véran (11e s.), et les terrasses de culture du Conservatoire des terrasses, sur 5 ha; moulin à vent restauré de Jerusalem, dont l'Institut Géographique National fit un temps (1947-1990) un lieu d'enseignement en astronomie; chapelle mariale de Lumière au pied du relief (17e s., pèlerinages). Goult cultive 462 ha de vignes, avec une cave coopérative. Sa population a évolué à peu près comme celle de Roussillon: plus de 1 600 hab. vers 1860, 900 en 1962, une légère baisse après 1990 (-70 hab. de 1999 à 2007).

Au nord du canton, Murs et Lioux sont des villages du plateau de Vaucluse. Murs (420 hab., 3 127 ha dont 2 286 de bois) est à 9 km au NE de Gordes, à 500 m, et abrite un élément de la Réserve géologique du Luberon; château restauré du 15e s., musée de préhistoire dans la maison natale de Crillon «le Brave»; élément du mur de la Peste, construit en 1721 sur 25 km pour tenter d'enrayer la propagation d'une épidémie; 44 ha de vignes. Une route sinueuse mène à Vénasque par le col du Puy de Griffon (627 m). La population de Murs était tombée à 210 hab. en 1954 (690 en 1856); mais elle ne change guère depuis 1990. Le village de Lioux (250 Liouxois, 3 889 ha dont 3 211 de bois), à 13 km ENE de Gordes, n'est que l'un des hameaux d'une commune assez étendue, résultant de fusions des années 1790, et montant au nord jusqu'à 890 m; il est dominé par un long escarpement calcaire des rochers de Lioux, dit aussi de la Madeleine. Le finage contient la forêt domaniale de Saint-Lambert, autour d'un château préventorium; château et tour ruinée de Bézaure à l'ouest (14e et 16e s.), château renaissance et forêt de Javon à l'extrême nord-est. Lioux exploite 40 ha de vignes. Elle n'avait plus que 175 hab. en 1968 (500 en 1861), et ne croît plus depuis 1990.