Cantons d'Avignon

Avignon

88 300 hab. (Avignonnais), dont 2 700 à part, 6 478 ha, préfecture du Vaucluse. La ville est sur la rive gauche du Rhône, qui rase ses murs de près. La commune occupe l'espace de confluence entre Rhône et Durance; elle est ainsi limitrophe des départements du Gard et des Bouches-du-Rhône; l'une de ses principales banlieues, et la plus bourgeoise, Villeneuve-lès-Avignon, est ainsi dans une autre région. Sa principale originalité historique est d'avoir été choisie comme résidence pontificale au début du 14e s. Les papes n'y sont restés que trois quarts de siècle mais Avignon, achetée par Benoît XII en 1348 à la reine Jeanne, resta parmi les États pontificaux, avec le Comtat, jusqu'à la Révolution. Les deux autres originalités, qui se marquent à ses activités économiques et universitaires, sont dans le succès des productions agricoles intensives de ses environs, et dans le succès du festival annuel de théâtre.

La vieille ville a conservé sur plus de 4 km de long la quasi-totalité de ses remparts du 14e s., cernés par les infrastructures ferroviaires et formant un large quadrilatère aux contours arrondis, qui contient tous les monuments et institutions remarquables. L'axe principal, nord-sud, va de la gare au palais des Papes. Celui-ci, qui reçoit 570 000 visiteurs par an, est formé d'un Palais Vieux avec cloître et d'un Palais Neuf, tous deux du 14e s., et abrite un musée de l'Œuvre et un centre de congrès. Sa cour d'honneur accueille la partie officielle du célèbre festival de théâtre créé en 1947 par Jean Vilar. Il se tient au nord, à l'extrémité méridionale d'une colline qui domine le Rhône, le rocher des Doms, couronnée d'un jardin avec étang et qui porte la cathédrale (12e et 15e s.). Le Petit Palais du 14e s., qui était destiné à l'évêché, est au pied, au NO, tout près du pont Saint-Bénézet, le fameux «pont d'Avignon» de la chanson, dont ne subsistent que trois arches du 12e s.

Vers le sud, se succèdent de nombreux hôtels et «palais» bourgeois, dont plusieurs accueillent des musées; hôtel des Monnaies (17e s.); hôtel de ville du 19e s. avec son beffroi, tour de l'horloge à jacquemarts du 15e s.; hôtels de Rascas (15e s.), de Sade (16e s.), de Salvan Isoard (17e s.), du Salvador (18e s.), maison du Roi René (17e-18e s.). Au sud, le couvent des Célestins abrite une cité administrative et le Centre national du théâtre a pris place dans les anciens locaux de l'université, qui s'est installée dans la partie orientale de la vieille ville en l'ancien hôpital. La nouvelle préfecture et le palais de justice se sont établis à l'est, hors les murs, sur le boulevard de ceinture. À l'ouest, entre les remparts et le Rhône, il reste un peu de place pour les circulations et les parkings. La petite Sorgue, recouverte dans sa traversée de la cité, se voit encore au sud-est de la vieille ville le long de la rue des Teinturiers.

Avignon offre à la visite un grand nombre de musées: des beaux-arts au Petit Palais, collections d'art des musées Calvet, Angladon et Lambert, musée d'arts décoratifs Louis Vouland, musée lapidaire, musée d'histoire naturelle (Muséum Requiem), musée Jean Vilar (spectacles et festival), palais du Roure (culture méditerranéenne et ethnographie) et le plus ancien mont-de-piété de France. Le festival de théâtre a essaimé en une vingtaine de sites, et se double d'un festival «off» qui démultiplie les représentations jusque dans les rues au point que l'on recense 8 représentations et près de 600 000 spectateurs; la ville a aussi un opéra-théâtre de 1847. Elle offre 850 emplacements de camping et un peu plus de 2 000 chambres d'hôtel

Avignon a 9 collèges publics et 4 privés, 4 lycées publics et 3 privés, 3 lycées professionnels publics et deux privés. L'université d'Avignon avait été créée par le pape dès 1303, mais avait disparu durant la Révolution. Elle a été recréée en 1984, à partir d'un collège littéraire apparu vingt ans avant, et a une base territoriale de niveau départemental. Elle a 7 500 étudiants (dont 2 000 en lettres et sciences humaines) et 550 salariés enseignants et employés, mais pas de médecine; les installations principales sont en centre-ville, mais il s'y est ajouté un campus Agroparc avec IUT, IUP et formations en agrosciences, sur le site de Montfavet commun avec l'Inra. Plusieurs centres d'apprentissage et un Institut de formation régional de l'industrie agro-alimentaire (Ifria), un Institut supérieur en enseignement management agro-alimentaire (Isema), plusieurs institutions de formation continue et un Institut supérieur des techniques du spectacle.

Le centre hospitalier (760 lits) a été transféré au sud de la ville sur la rive de la Durance; Avignon a aussi plusieurs cliniques totalisant 350 lits, dont les cliniques Urbain V (170 sal.), Sainte-Catherine et Rhône Durance (ensemble 300 sal.), Montagard (60 sal.) et le centre de rééducation du Lavarin (75 sal.); centre d'aide par le travail (50 places), maison de retraite (80 places), plusieurs instituts médico-pédagogiques.

La situation décentrée d'Avignon dans son département la met dans une position ambiguë. D'une part, Carpentras est bien mieux située pour drainer les marchés du Comtat, et Cavaillon a su concentrer de grandes entreprises de transport routier. Mais à l'échelle interdépartementale sa position est meilleure: Avignon est en position de carrefour à la croisée du Rhône et de voies transversales: vallée de la Durance et route d'Apt (ancienne Via Domitia) vers l'est, et vers l'ouest l'axe languedocien reprenant l'ancienne Via Domitia, vers les Cévennes et l'Ardèche sur d'anciennes directions de drailles de transhumance, Camargue et littoral gardois.

La ville est à la bifurcation des voies ferrées vers Marseille, vers Paris par la rive gauche et par la rive droite, vers Montpellier par Tarascon. La N 7 fait un petit détour entre Sorgues et Cavaillon pour passer en ville. En revanche, les autoroutes se sont un peu écartées d'Avignon, leur bifurcation étant reportée à Orange, tandis que la ligne ferroviaire à grande vitesse contourne la ville par l'ouest et le sud, en traversant deux fois le Rhône: de Montpellier à Lyon la «grande vitesse» routière ou ferroviaire ne passe plus par Avignon. Néanmoins, la ville a bien tiré parti de ces voies d'échange, ainsi que du Rhône et de la richesse agricole des campagnes environnantes, et a été équipée d'un marché-gare au sud-est. Certes, une bonne part des activités de l'agglomération est au Pontet, à Sorgues et à Morières-lès-Avignon, et se répand à Villeneuve-lès-Avignon, mais la commune elle-même ne manque pas d'activités de production et de distribution.

Parmi les premières émergent les plâtres Lafarge (370 sal.), et un ensemble agro-alimentaire qui comprend les plats cuisinés Agis (350 sal., groupe LDC), les condiments McCormick (ex-Ducros, 240 sal.), la charcuterie Fillière (120 sal.), les huiles essentielles et arômes Naturex (180 sal.), la boulangerie Deli-France (65 sal.). S'y ajoutent les revêtements de sol Rocland (70 sal.), la brosserie Rozenblit (60 sal.), les ateliers de mécanique Secmmi (60 sal.) et de produits chimiques Rocland (55 sal.).

Le tertiaire est représenté par les ingénieries GSE (190 sal.)et Fondasol (80 sal.), la gestion immobilière Vaucluse Logement (260 sal.), les Banques Chaix (180 sal.), BNP (100 sal.), Société Générale (60 sal.), Crédit Agricole (60 sal.), la Banque de France (60 sal.); et, dans la distribution, les magasins Auchan (380 sal.) et Géant Casino (180 sal.), Galeries Lafayette (140 sal.), Leclerc (85 sal.),Carrefour (55 sal.), Castorama (100 sal.), Decathlon (90 sal.), Fnac (75 sal.), les négoces de produits alimentaires Schoepfer (160 sal.), de plastiques et caoutchoucs CNCP Bordet (140 sal.), de quincaillerie Anjac (130 sal.), AMD Berton-Sicard (120 sal.) et Richardson (50 sal.), de produits métallurgiques Sepim (115 sal.), de fruits et légumes Avon (80 sal.), d'outillage Sunsteel (55 sal.).

S'y ajoutent le gardiennage Aspo (120 sal.), les transports de fonds Securitas (50 sal.) et Valiance (50 sal.), la blanchisserie Maj (Elis, 95 sal.), le nettoyage Alter Services (100 sal.) et le nettoyage urbain Sita (100 sal.); maçonnerie Girard (180 sal.), Mariani (70 sal.), travaux publics Spie-Citra (160 sal.) et Capaba (65 sal.), lignes électriques Eirsi (50 sal.); autobus urbains TCRA (100 sal.), transports de voyageurs Su-Est Mobilités (90 sal.), transports Frigo Transports 84 (50 sal.), Aster (60 sal.), location de camions Berto (210 sal.). Parmi les principaux employeurs figurent aussi l'hôtel d'Europe (55 sal.), l'entreprise d'horticulture et de pépinières Plan SPG (175 sal.), la RMG (100 sal.) qui assure la régie municipale des lieux de spectacle, l'Avignonnaise des eaux (80 sal.); EdF-GdF déclare pour Avignon 620 sal., la Sncf 1 400 sal.

La commune, de forme triangulaire, a vu sa surface réduite avec l'émancipation du Pontet (1925) et de Morières-lès-Avignon (1870); mais elle conserve à l'est les collines de Montfavet, où se dresse la tour d'Espagne, reste d'une abaye du 14e s., et où sont aussi une gare, l'hôpital psychiatrique départemental et des installations de recherche agronomique de l'Inra; les vignerons cultivent 166 ha de vignes et disposent d'une cave coopérative. La pointe de confluence de Courtine, au sud-ouest de la commune, a reçu un nouveau port fluvial et elle est traversée par la ligne ferroviaire à grande vitesse, qui longe la rive droite de la Durance et franchit le Rhône en amont du confluent; elle a exigé la construction d'une nouvelle gare dans une partie non bâtie de la commune, ouverte en 2001.

Au sud-est, le long de la N 7, ont pris place un parc d'activités et le parc des expositions, l'aérodrome d'Avignon-Caumont, dit aussi d'Avignon-Châteaublanc, ouvert en 1937, qui occupe 160 ha et qui a une piste bitumée de 1 340 m et une gazonnée de 700 m; après avoir bénéficié de liaisons avec Paris ou Lyon, son trafic a connu des vicissitudes et a été très réduit par la concurrence des TGV. Toutefois, il conserve quatre liaisons quotidiennes avec Paris et compte bénéficier d'un développement de vols charter et économiques; le trafic actuel est de l'ordre de 100 000 passagers par an (2007), en progrès sur le minimum de 2005 (75 000) grâce aux liaisons bon marché avec l'étranger (Southampton par Flybe), le trafic national restant stable. Avignon dispose d'un autre aérodrome pour les loisirs, mais à Pujaut dans le Gard, à 10 km au nord-ouest; il est très actif en vol à voile et parachutisme.

À la pointe sud-est de la commune, à la traversée de la Durance, Avignon partage avec Caumont-sur-Durance un gros échangeur N 7-A 7. Avignon a trois quartiers classés en «zone urbaine sensible»: la Croix des Oiseaux-Saint-Chamand au sud-est et Monclar au SSO, qui forment ensemble une vaste zone franche urbaine; le quartier Est (Saint-Jean). Au nord-ouest, de l'autre côté du Rhône, l'île de la Barthelasse reste un espace non construit et soumis aux crues du fleuve; celui-ci y dessinait de grands méandres, qui fixent encore la limite départementale et régionale, et qui ont été recoupés par le canal de dérivation qui alimente l'usine électrique située sur l'île (120 MW). Un port de plaisance a été aménagé sur la rive gauche en bordure de la vieille ville; nombreux bateaux de promenade et bateaux-hôtels.

Avignon avait 30 000 hab. en 1830 et s'est lentement haussée à 46 000 vers 1900. Elle atteignait 60 000 hab. en 1938 et a culminé à 91 000 hab. en 1968 avant de se réduire peu à peu jusqu'à 86 000 hab. (sdc) en 1999; mais les estimations pour 2005 sont de 90 800 hab. (il est vrai avec des réticences de l'Insee). Le conseil municipal d'Avignon a une majorité de droite; depuis 1995 le maire est Marie-Josée Roig, UMP, professeur de lettres, également député, et qui fut ministre en 2004. La communauté d'agglomération du Grand Avignon associe 12 communes et 155 000 hab.; son siège est au Pontet. L'arrondissement a 269 800 hab., 10 cantons, 37 communes, 92 353 ha. Les 4 cantons d'Avignon groupent 107 100 hab. pour 3 communes, 8 590 ha. Les deux autres communes sont Le Pontet et Morières-lès-Avignon.


Morières-lès-Avignon

6 600 hab. (Moriérois), 1 035 ha, commune du Vaucluse dans le canton d'Avignon-Est, 7 km à l'est de la préfecture. Elle a été commune quelques mois pendant la Révolution, puis recréée à partir du territoire d'Avignon en 1870 avec 1 600 hab., mais la mention «lès Avignon» ne date que de 1918. La population n'avait pas augmenté jusqu'à la dernière guerre; elle a connu une forte croissnce entre 1954 et 1982 (6 100 hab.), un palier ensuite, puis elle a gagné près de 900 hab. entre 1999 et 2006 (7 400 hab. sdc). Son territoire, étiré du nord au sud, est traversé par l'A 7 et par la voie ferrée Paris-Marseille (gare).

Cette banlieue d'Avignon a une entreprise d'imprimerie-édition Jocatop (50 sal.) et des ateliers de menuiserie Adm Bassereau (35 sal.), d'électronique Spec (30 sal.), un Intermarché (40 sal.); Hemen traiteur (40 sal.), surgelés Findus (Gineys, 35 sal.), nettoyage Euroclean (30 sal.); traitement et distribution d'eaux Sade (75 sal.). Le bourg conserve la maison natale du compagnon menuisier Agricol Perdiguier, dit Avignonnais la Vertu (1805-1876), qui fut député républicain de 1848 à 1851, exilé puis libraire-éditeur à Paris. Au nord, le château Folard, qui date du 18e s., devient une Maison de la culture et des loisirs. Le château Saint-Laurent, du 19e s. avec un domaine viticole, est au sud de la commune. Morières cultive 287 ha de vignes et dispose d'une cave coopérative.


Pontet (Le)

15 900 hab. (Pontetiens) dont 290 à part, 1 077 ha, commune du Vaucluse dans le canton d'Avignon-Nord, juste au nord-est de la préfecture. Elle a été créée en 1925 seulement, à partir du territoire d'Avignon, avec 2 400 hab.; elle a connu depuis une croissance spectaculaire: 5 000 hab. en 1960, 10 000 en 1974, 15 000 en 1988. L'estimation pour 2005 est de 17 100 hab. (sdc). Bordée à l'ouest par la rive gauche du Rhône, la commune a reçu une part des activités industrielles d'Avignon au nord, prolongées en amont par les installations de Sorgues. La commune a un collège public, un port fluvial et un échangeur de la N 7; espace culturel et école de musique du château de Fargues (14e et 19e s.), bel ensemble rénové et assorti d'un «jardin médiéval»; maison de retraite (30 sal.), institut médico-éducatif; le domaine de Roberty (18e s.) abrite un hippodrome.

Les grandes usines sont celles des produits réfractaires Sepr (950 et 120 sal.) et des potages Campbell (340 sal.). Les autres activités de production sont la meunerie des Grands Moulins de Paris (60 sal.), les produits pharmaceutiques Boiron (60 sal.), les papeteries Alfa d'Avignon (60 sal.) et Smurfit (55 sal.), la chaudronnerie CTS (50 sal.), l'atelier de mécanique CMI Pastor (45 sal.), la fabrique de matériaux isolants Deltisol (35 sal.), l'imprimerie Barthélemy (30 sal.).

La distribution est représentée par le vaste hypermarché Auchan (950 sal.) et son service après-vente (90 sal.), les magasins Leroy-Merlin (200 sal.), Brico Dépôt (105 sal.), Decathlon (140 sal.), Boulanger (60 sal.), un Intermarché (30 sal.) et les vêtements Norprotex (50 sal.), Memory (40 sal.) et Kiabi (25 sal.), la distribution pharmaceutique Alliance Santé (100 sal.) et les négoces de meubles Alinéa (70 sal.), de matériaux Point P (35 sal.), de produits de la mer Toute la Marée (35 sal.), une jardinerie Botanic (40 sal.).

Dans les services, nettoyage ISS Abilis (380 sal.), gardiennages Securitas (95 sal.), Brink (60 sal.) et Lovy (35 sal.), base d'autoroutes ASF (270 sal.), travaux publics Méreu (40 sal.), transports Dispam (180 sal.), Darfeuille (130 et 90 sal.), Provence Express (40 sal.), Calberson (35 sal.); gestion d'immeubles Réalisations foncières provençales (35 sal.) et distribution d'eau Scei (50 sal.). La ville offre aussi 500 chambres d'hôtel. Elle est le siège de la communauté d'agglomération du Grand Avignon, qui associe 12 communes et 155 000 hab.