Canton de Challans

Challans

19 300 hab. (Challandais) dont 650 à part, 6 484 ha dont 454 de bois, chef-lieu de canton de la Vendée dans l’arrondissement des Sables-d’Olonne, 42 km au nord des Sables et 39 km au NO de la préfecture. La ville est juste au pied du plateau, près de l’extrémité du Marais Vendéen, et s’entoure d’une belle étoile de routes. Elle est depuis longtemps un lieu de foires et marchés, et de négoce de gros; les emplois tertiaires dominent largement, le principal pourvoyeur étant l’hôpital (500 sal., 150 lits). Challans est dotée d’un collège public et un privé, deux lycées publics et deux privés, une maison familiale rurale , une maison de retraite (Jardins Médicis, 40 sal.); elle propose un musée (Maison de l’histoire) et une base de sports mécaniques.

L’éventail de ses activités est remarquablement ouvert. La plus grosse entreprise est celle de la menuiserie Huet (800 sal.), spécialiste de portes et fenêtres, établie en 1945 et disposant de 8 sites en France (1 500 sal. en tout pour le groupe JH Industries) et plusieurs ateliers et négoces à Challans. Ensuite, les chantiers Jeanneau (SPBI, 300 sal.) ont à Challans une unité de fabrication de bateaux de plaisance de 300 salariés. En outre, Challans a d’assez nombreux ateliers: en agro-alimentaire Marine Harvest Rolmer ex-Fjord Seafood (poissons, 80 sal.), abattoirs et viandes Vendée-Loire (60 sal.), Seac (50 sal.) et Bichon (30 sal.), volailles Caiveau (35 sal.), aliments du bétail Atlantic (20 sal.) et Nutri-Vendée (20 sal.), un équarissage (Caillaud, 45 sal.). En métallerie figurent les moules Cero (40 sal.), la carrosserie Guillonneau (30 sal.); mécanique Usimeca (25 sal.) armatures métalliques Atlantic (20 sal.). Les autres branches sont représentées par les plastiques Process (65 sal.) et Saitec (70 sal.), la confection Getex (50 sal.); scierie (Scierie de Challans, 35 sal.); pièces de béton Vendée-Béton (25 sal.) et Soriba (30 sal.).

Le commerce est actif, avec les négoces de quincaillerie Bailly-Quaireau (85 sal.), de fournitures pour automobiles Rembaud (35 sal.), de bois et panneaux DMBP (50 sal.), de matériel informatique Espace Technologie (40 sal.), de matériel agricole (Motoculture challandaise, 35 sal.), de fournitures industrielles Pramac (25 sal.), les magasins Hyper-U (230 sal.) et Leclerc (195 sal.), Intermarché (45 sal.), Bricomarché (35 sal.), Conforama (30 sal.), Décorial-MrStore (25 sal.), Connexion (20 sal.); gestion comptable BDO (30 sal.), Soregor (25 sal.) et Sesam (20 sal.); Crédit Mutuel (30 sal.); ingénierie Serba (30 sal.); installations électriques Spie (80 sal.) et Séjourné (35 sal.), carrelage Gauvrit (25 sal.), travaux publics Merceron (150 sal.) et Bodin (60 sal.), espaces verts ISS (55 sal.), ATOS (25 sal.); travail temporaire Start People (145 sal.), Transparence Vendée Ouest (115 sal.), Manpower (55 sal.), Adecco (40 sal.), Randstad (35 sal.), Delta Intérim (30 sal.); transports ATOS (30 sal.) et Baud (25 sal.).

Challans avait 4 200 hab. en 1850, 5 500 en 1900, 5 800 en 1950 puis sa population s’est mise à croître sensiblement; elle s'est encore accrue de 2 500 hab. entre 1999 et 2009 (+15%). Le maire est Serge Rondeau, divers droite. La ville est le siège de la communauté de communes Marais et Bocage, qui correspond au canton. L’Insee accorde à Challans une unité urbaine et une aire urbaine, mais curieusement limitées toutes deux à la seule commune.

Le canton a 29 800 hab. (24 700 en 1999), 6 communes, 26 310 ha; limitrophe de la Loire-Atlantique, il s’étend surtout au nord de Challans et mord assez peu sur les marais; il s’est fait une spécialité de volailles, notamment de canards; les Volailles de Challans forment un groupe de spécialités fermières à label rouge, dont le fleuron est le poulet noir. La Garnache et Sallertaine sont les communes les plus peuplées. Au NO, Bois-de-Céné (1 620 hab., 4 189 ha), 11 km au nord de Challans, est au bord du Marais Breton, qui occupe la moitié de la commune; ancienne abbaye de l’île Chauvet, observatoire des cigognes; entreprise de constructions Les Bâtisseurs Challandais (scop de 45 sal.). La commune a gagné 320 hab. de 1999 à 2009.

Châteauneuf (900 Castelneuviens, 1 592 ha) est la dernière et la plus petite commune, sur le bas plateau à 3 km au SO de Bois-de-Céné; mais elle a gagné 460 hab. depuis 1999, soit 85%!; on y voit une motte de l’ancien château seigneurial, le moulin à vent classé dit Petit-Moulin. Froidfond (1 460 Froidfondais) accueille au nord-ouest, depuis 2006, un parc de 6 éoliennes Gamesa (12 MW) de la Compagnie du Vent, dit de l'Espinassière, qu'elle partage avec La Garnache. La commune s'est accrue de 510 hab. entre 1999 et 2009, soit de +54%!


Garnache (La)

4 520 hab. (Garnachois), 5 949 ha, commune de la Vendée dans le canton de Challans, 6 km au NE du chef-lieu. Elle fut un ancien centre féodal, dont il reste des ruines du donjon et de tours, et le pays de Charrette, qui s’y était établi en 1790; on y fréquente un musée du passé et des traditions, une zone de loisirs avec plan d’eau; menuiserie industrielle JH (gtoupe Huet, 275 sal.); maçonnerie Pajot (40 sal.), ramassage de volailles Buteau (40 sal.). Un parc de 9 éoliennes de la Compagnie du Vent, dit de l'Espinassière, a été ouvert en 2006 (6 Gamesa, 12 MW) à l'est, où il déborde sur la commune voisine de Froidfont. La commune a eu 3 500 hab. en 1911, et un minimum à 2 600 hab. en 1968; elle croît depuis et a gagné 880 hab. de 1999 à 2009 (+24%).


Sallertaine

2 830 hab. (Sallertainois),, 4 945 ha, commune de la Vendée dans le canton de Challans, 7 km ONO de Challans. Le bourg est posé sur une ancienne île calcaire dans le Marais Vendéen, au bord du Grand Étier, et la commune s'étend surtout dans le marais. Elle a une belle église romane du 12e s., le moulin à vent restauré de Rairé, l'écomusée de «la bourrine à Rosalie»; constructions métalliques Arnaudeau (65 sal.) à la Malnoue, comptabilité Soregor (25 sal.). En deux siècles la population a varié entre 2 500 et 1 800 hab. (en 1906 et 1968); elle a plafonné de 1975 à 1999, mais a officiellement augmenté de 540 hab. entre 1999 et 2009.