Canton de Sainte-Hermine

Sainte-Hermine

2 650 hab. (Herminois), 3 447 ha, chef-lieu de canton de la Vendée dans l’arrondissement de Fontenay-le-Comte, 24 km ONO de Fontenay, au bord de la Smagne. Le bourg tient une position de carrefour au croisement des N 148 et 137, et dispose d’un échangeur avec l’A 83; une maison du Terroir de Vendée est établie sur l’aire de services de l’autoroute. Sainte-Hermine a des halles anciennes, un monument à la gloire de Clemenceau, un temple et un cimetière protestants; elle offre un collège public et un privé, un supermarché Casino (30 sal.), un centre naturiste à Saint-Martin-Lars, une discothèque (Le Manoir, 35 sal.).

Elle accueille une usine de volailles du groupe Arrivé (220 sal., 12 000 t/an), racheté en 2009 par le groupe LDC de Sablé; plus l'atelier de volailles du groupe Gastronome (Bodin, 60 sal.) et une fabrique de duvets Interplume (35 sal.); boulangerie Pain Concept (180 sal.) et brioches Sicard (160 sal.); métallerie Atibel (40 sal.), portails métalliques Kolys (25 sal.); marbrerie SCM (Granit Ouest, 25 sal.), installations électriques Ineo (35 sal.), travaux publics Eiffage (85 sal.), espaces verts Sud Vendée Paysage (20 sal.); négoce de matériaux Libaud (40 sal.); transports Transmeublea (80 sal.) et Atlantique Froid (STAF, 50 sal.).

La commune avait 1 600 hab. en 1985, contre 2 100 en 1851; elle s’est agrandie en 1971 en fusionnant avec Simon-la-Vineuse (480 hab.) juste à l’ouest. La population communale avait un peu diminué ensuite, mais elle a augmenté de 330 hab. entre 1999 et 2009. La communauté de communes du pays de Sainte-Hermine, un peu différente du canton (12 communes, 10 100 hab.), siège à Sainte-Hermine.

Le canton a 8 500 hab. (7 400 en 1999), 11 communes, 19 208 ha. Toute sa moitié méridionale est dans la plaine de Fontenay. Saint-Jean-de-Beugné (570 Beugnolais, 1 336 ha), 5 km SSO du chef-lieu, prolonge l’activité de celui-ci avec les usines des brioches Sicard (85 sal.) et du Fournil Vendéen (100 sal.); sa population a gagné 140 hab. de 1999 à 2009, donc un tiers. Saint-Aubin-la-Plaine (470 Saint-Aubinois, 1 163 ha), 6 km au sud de Sainte-Hermine, a une intéressante église du 15e s. et accueille un atelier de traitement de surfaces (Reinal, 45 sal.); elle a gagné 160 hab. depuis 1999, soit plus de moitié.

Thiré (560 Thiréens, 1 160 ha), 4 km à l’est du chef-lieu au bord de la Plaine, conserve un dolmen et une maison du 17e s. dite Logis le Bâtiment; elle a gagné 140 habitants de 1999 à 2009 (un tiers). Saint-Étienne-de-Brillouet (500 Stéphanois, 1 893 ha), sur la N 148 à 6 km ESE du chef-lieu, campe au milieu de la Plaine; elle a gagné 120 hab. depuis 1999 (+31%). Au sud de la commune, s’isole l’ancienne commanderie de Féolette (12e et 13e s.).

Dans les basses collines du nord, l’habitat se disperse et des bois entourent des clairières aux limites des finages. À Saint-Juire-Champgillon (440 Saint-Juiriens, 2 075 ha dont 30 de bois), formé par deux villages distincts au NE du chef-lieu, réunis en 1827, se voient le château de Champgillon (17e s.) et le logis de la Barre (18e); la population a décliné depuis les 1 200 hab. de 1846, du moins jusqu’en 1999; elle était de 700 hab. vers 1950.

À La Réorthe (1 030 Réorthais, 2 388 ha dont 493 de bois), 6 km au nord de Sainte-Hermine, sont le domaine agricole de la Touche (15e et 18e s.), le château de l’Aubraie (16e s.), avec un étang; le château de Châteauroux, dans les bois, est ancienne possession des évêques de Luçon rénovée au 19e s., avec parc. Le finage va au NO jusqu’au barrage de l’Angle Guignard et au plan d’eau du Moulin Neuf . La population communale était également en diminution (1 600 hab. dans les années 1850, 1 100 en 1930) mais semble avoir repris 190 hab. de 1999 à 2009.

La Caillère-Saint-Hilaire (1 080 Caillerots, 1 528 ha dont 650 de bois) forme l’extrémité NE du canton, en une série de hameaux lâches et de maisons éparses, parmi lesquelles est le manoir de la Ray (16e-17e s.); mobilier publicitaire en plastique CDO Laque d'Argent (35 sal.). La commune est issue d’une fusion de 1974; sa population a diminué depuis. La Jaudonnière (600 Jaudoins, 827 ha) l’accompagne côté ouest et accueille un atelier de la Vendéenne des Plastiques (20 sal.) et un atelier de découpe de dindes (Béziau, 45 sal.); elle a 40 hab. de plus qu'en 1999.