Canton de Lamarche

Lamarche

1 090 hab. (Lamarchois), 3 369 ha dont 1 775 de bois, chef-lieu de canton du département des Vosges dans l'arrondissement de Neufchâteau, 38 km au SSE de celle-ci. Le nom rappelle la situation aux marches de la Champagne et de la Lorraine. Le village est dans l'entonnoir de percée cataclinale du Mouzon, au pied de la première côte des terrains du trias supérieur (rhétien), qui domine Contrexéville au nord et Bourbonne-les-Bains au sud, et qui est couronnée par les bois de la Grande Manche (479 m). Il est entouré par les trois buttes-témoins du mont Saint-Étienne au nord (478 m), des Fourches à l'est (500 m), au milieu des bois de la Fourrée, et de la Côte du Mont au sud (452 m).

La commune atteint au nord la rive gauche du Mouzon, et y a une gare sur la ligne de Nancy à Dijon; le village conserve quelques restes de remparts; il est doté d'un collège public et d'un hôpital rural. Lamarche a dépassé les 2 000 hab. en 1846; abaissée à 1 100 hab. en 1931, sa population a remonté ensuite jusqu'à 1 340 hab. (sdc) en 1982, puis diminue à nouveau, perdant 80 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 4 800 hab. (5 000 en 1999), 26 communes, 28 903 ha dont 11 162 de bois; il est limitrophe de la Haute-Marne et, tout au SE, atteint la limite de la Haute-Saône. Sa moitié sud-est relève du bassin de la Saône, qui longe puis traverse la partie sud-est du canton; le reste coule vers la Meuse par le Mouzon, mais à travers le plateau calcaire et son haut talus découpé, que localement on persiste à appeler «monts Faucilles». À l'est de cet escarpement du rhétien, deux autres talus boisés moins puissants s'esquissent par Morizécourt (130 hab., 1 068 ha dont 384 de bois) et Frain (150 hab., 784 ha dont 255 de bois), 7 et 9 km à l'ENE de Lamarche, et Tignécourt (110 hab., 1 897 ha dont 1 227 de bois) à 10 km ESE., où subsistent des restes de l'ancienne abbaye de Flabemont.

À l'extrême sud du canton, Châtillon-sur-Saône (160 Châtillonnais, 921 ha dont 268 de bois), 20 km SSE de Lamarche, y est au confluent de l'Apance, qui vient de Bourbonne; maisons restaurées du 16e siècle, musée des métiers anciens (musée du berger et du cordonnier, musée vivant de personnages en costumes anciens). Le village est classé parmi les «villages de charme», seul en Lorraine avec Rodemack; petite fabrique d'appareils d'éclairage Sammode (35 sal.).

Les Thons (140 hab., 1 009 ha dont 304 de bois), au bord de la Saône 6 km au nord de Châtillon, à 14 km SE de Lamarche, ont un château du 18e s. et des restes d'un couvent des cordeliers, un musée local et un spectacle historique estival. Isches (210 Ischois, 1 360 ha dont 202 de bois), 7 km au SE de Lamarche, a une petite fromagerie du groupe coopératif Ermitage de Bulgnéville.

Au nord du canton, Martigny-les-Bains (920 Octoduriens dont 70 à part, 2 922 ha dont 1 415 de bois), 5 km au NE de Lamarche au bord et aux sources du Mouzon, était une station thermale jusqu'à sa destruction en 1940; elle se nommait Martigny-lez-Lamarche avant 1882 et avait atteint 1 350 hab. en 1846. L'ouverture de la station avait été très difficile et avait pris plusieurs décennies dans la seconde moitié du 19e siècle, mais elle avait fini par recevoir parc thermal, pavillon des sources, grand hôtel, casino-théâtre, etc. Un collège religieux s'y est ensuite établi. Le parc et le pavillon des sources ont été récemment rénovés, mais non la station thermale elle-même. Le village est dominé au nord par la côte du rhétien et au nord-est par la butte-témoin de la côte d'Hautmont (497 m).

Villotte (180 hab., 821 ha dont 389 de bois), 4 km au nord de Lamarche au pied de la côte et sur la rive droite du Mouzon, est le siège de la communauté de communes des Marches de Lorraine, qui groupe 18 communes et 4 000 hab. Tollaincourt (120 hab., 1 227 ha dont 713 de bois), sur la rive gauche du Mouzon au fond de sa percée dans la côte de Meuse, a une petite fabrique de caisses en bois (Vogep, 30 sal.).

Rozières-sur-Mouzon (85 hab., 478 ha dont 190 de bois) dans la percée de la rivière à travers le plateau, a perdu en 2011 son usine des Constructions mécaniques des Vosges (CMW Marioni, 50 sal., moules de plasturgie). Robécourt (120 hab., 878 ha dont 265 de bois), 3 km au NO de Rozières sur le Mouzon, propose à la visite une ancienne fonderie de cloches, fermée en 1939 et classée depuis 1995.

Vers le sud-ouest, saillant dans le département de la Haute-Marne, Damblain (290 Damblinois, 1 327 ha dont 327 de bois), 14 km à l'ouest de Lamarche sur le plateau, est frôlé par l'autoroute A 31, a une gare sur la ligne de Nancy et l'emprise d'un grand aérodrome de l'Otan (code LFYD), doté d'une piste bitumée de 2 400 m et d'une gazonnée de 1 500 m, qui reste au domaine militaire même si des activités d'aéroclub, voire des vols charters, ont pu y être autorisées momentanément; la commune a perdu 40 hab. de 1999 à 2008.