Canton de Danjoutin

Danjoutin

3 630 hab. (Danjoutinois), 565 ha dont 123 de bois, chef-lieu de canton du Territoire de Belfort, en banlieue SE de Belfort, traversé par la Savoureuse, au passage de l’autoroute (échangeur) et à une bifurcation ferroviaire; elle contient le fort des Hautes Perches, un hôpital, un collège public, un centre d’aide par le travail, de nombreuses petites entreprises de services et de commerces; ingénierie AE2I (120 sal.), câblerie Stein (20 sal.), maçonnerie Albizzati (90 sal.) et négoce de matériaux (Aubade, 35 sal.), autocars Veolia (45 sal.) et Kunegel (35 sal.); hôtel Ibis (25 sal.); nettoyage Net Franche-Comté (60 sal.) et AT2H (35 sal.). La population communale avait atteint 2 300 hab. en 1900; elle a lentement augmenté ensuite jusqu’en 1975, puis s’est un peu tassée; elle a repris 180 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 11 000 hab. (9 800 en 1999), 12 communes et 5 775 ha dont 1 728 de bois; c’est le seul du département à ne pas toucher à ses bordures; au centre se tient la ligne de forts qui défendaient Belfort côté sud, et un glacis encore boisé (Les Grands Chênes). Au sud, au-delà des bois, il est bordé par le cours de la Bourbeuse; à l’est, par son affluent l’Autruche qui descend du Rodde. Andelnans (1 280 Andelnanais, 417 ha dont 176 de bois), juste au sud de Danjoutin, prolonge l’agglomération de Belfort; la commune accueille un grand centre commercial avec un hypermarché Cora (280 sal.) et des magasins comme Leroy-Merlin (110 sal.), Boulanger (30 sal.); travaux publics Roger Martin (70 sal.). La croissance d’Andelnans est récente: 400 hab. en 1968, 1 500 en 1982; puis la commune a perdu 280 hab. entre 1982 et 1999, mais en a regagné 60 de 1999 à 2008.

Plus au sud, également au bord de la Savoureuse, Sévenans (790 Sévenanais, 202 ha) est devenue le centre de l’Université technologique Belfort-Montbéliard (UTBM), créée en 1999, avec son Institut Polytechnique, issu d’une filiale de l’université de Compiègne installée en 1985. Sévenans a aussi quelques magasins comme But (30 sal.), un installateur d'électricité Elec 90 (30 sal.). La commune a gagné 50 hab. entre 1999 et 2008; elle n’avait que 160 hab. en 1954, 200 en 1982. L’Université dispose également d’implantations à Belfort et à Montbéliard.

Meroux (830 Miroutains, 885 ha dont 338 de bois), 5 km au SE de Danjoutin, est à la tête du ruisseau de l'Étang, qui descend vers la Bourbeuse au sud-est; le village est encadré par le fort ordener au nord-est et une redoute à l'ouest; la commune abrite près de la voie ferrée qui longe Moval un dépôt et négoce de combustibles Rhin-Rhône (groupe Bolloré, 20 sal.). Meroux avait fusionné en 1972 avec la petite Moval (330 hab., 116 ha), au sud-ouest vers Sévenans, au bord de la N 19; mais elles se sont séparées en 1996, mettant fin à la commune de Meroux-Moval, qui était passée de 480 hab. en 1975 à 890 en 1990.

Chèvremont (1 480 Chèvremontois dont 50 à part, 883 ha dont 197 de bois), au NE du canton, 6 km à l’est de Belfort, a un collège privé avec internat, une gare et quelques dépôts dans la forêt domaniale de Belfort tout à l’est; installations électriques Steim (30 sal.). La commune n’avait que 520 hab. en 1962 et croît depuis; elle a gagné 200 hab. de 1999 à 2008; une tentative de fusion avec sa voisine de l'est Fontenelle (130 Fontenellois, 175 ha) n’a duré que de 1973 à 1977, en dépit de la petitesse de celle-ci… Novillard (250 Novelais, 379 ha), au sud de Fontenelle, est la commune la plus orientale du canton; installations thermiques Aichmayer Romiti (20 sal.).