Canton de Longeau-Percey

Longeau-Percey

730 hab. (Aqualongiens), 748 ha, chef-lieu de canton de la Haute-Marne dans l’arrondissement de Langres, 12 km au sud de celle-ci. La commune inclut une partie du lac de barrage de Villegusien; atelier Euroflex (70 sal., tuyaux flexibles et raccords pour le gaz), transports de la Vingeanne (90 sal.), Feint-Leboucher (35 sal.); maison de retraite privée; château de Percey (18e s.). La commune est issue d’une fusion de 1972 entre Longeau (320 hab.) et Percey-le-Pautel (90 hab.); la population croît depuis. Le chef-lieu anime une communauté de communes de la Vingeanne, groupant 14 communes et 3 100 hab.

a 6 800 hab. (6 600 en 1999), 24 communes et 22 596 ha dont 1 431 de bois et s’étire d’ouest en est; il est drainé vers le sud par la Vingeanne; à l’ouest et au nord, il monte sur le plateau de Langres, jusqu’au point culminant du département (le Haut du Sec, 516 m). Au SE, il se tient sur le bas plateau du lias. Il est traversé du nord au sud par la N 74 et par le canal de la Marne à la Saône, alimenté par le réservoir de Villegusien; à l’ouest passe l’A 31 tandis qu’au NE le canton inclut les installations ferroviaires de Chalindrey. Il s’orne de plusieurs châteaux (Le Pailly, Percey, Prangey, Piépape).

Le Pailly (290 Paillois, 721 ha) 12 km au SE de Langres et 2 km à l’ouest de Chalindrey, au pied du talus du plateau de Langres, est connue pour son beau château renaissance de 1563 avec donjon ancien. La commune a repris son nom et sa solitude en 1991 après l’échec de la fusion qui lui avait fait intégrer en 1972, sous le nom de Hauts-Vals-sous-Norroy (810 hab. en 1975), ses voisines Noidant-Chatenoy (90 hab., 521 ha) à l’ouest, Palaiseul (60 hab., 498 ha), Violot (85 hab., 427 ha dont 154 de bois) et Heuilley-le-Grand (210 hab., 1 222 ha) au sud, où est une station de l’oléoduc Trapil (25 sal.). Un peu au sud de cette dernière, Saint-Broingt-le-Bois (130 hab. dont 50 à part, 449 ha) a une maison familiale rurale.

À l’autre extrémité du canton à Perrogney-les-Fontaines (120 hab., 1 479 ha dont 360 de bois), sur le plateau de Langres, 14 km au SO de Langres et autant au NO de Longeau, le Haut du Sec (pylône de télécommunications) marque le point culminant du département (516 m); échangeur sur l’A 31 en direction de Langres, aire de service d’autoroute (Porte de Champagne, 60 sal.). Flagey (90 hab., 832 ha), 6 km ONO de Longeau, partage avec Perrogney l’échangeur autoroutier et en accueille le péage (base des autoroutes SAPRR, 40 sal.). Baissey (210 Baisseyens, 997 ha), 5 km OSO du chef-lieu, accueille une maçonnerie Febvre (20 sal.). Les villages de Flagey et Baissey sont nichés dans des vallons qui connvergent en aval vers la Vingeanne et le lac de Villegusien.

Villegusien-le-Lac (740 hab., 2 994 ha) est à 3 km au sud du chef-lieu, sur le faisceau de circulation au bord du canal et de la Vingeanne, juste sous le barrage, établi sur la Vingeanne, qui date de 1906 et occupe 199 ha; base nautique et club de voile; nettoyage Vitrerie Claire (30 sal.). La commune inclut les châteaux de Prangey (18e s.) à l’ouest et de Piépape (16e et 18e s.) au sud. Villegusien, qui avait 260 hab. en 1968 contre 500 un siècle avant, a absorbé en 1972 les communes de Piépape, Prangey et Saint-Michel et en a profité pour ajouter «le Lac» à son nom. Sa population a gagné 80 hab. de 1999 à 2008; un camping (100 places).

Près de Longeau, juste au nord-ouest, les trois petites communes d’Orcevaux (120 Orcivalliens, 422 ha), Verseilles-le-Haut (50 hab., 283 ha) et Brennes (130 Sarcophagiens, 988 ha) partagent un parc de six éoliennes (12 MW), dit du Plateau de Langres. Vers l’ouest, un autre parc, plus étoffé, dit Langres-Sud, disperse 26 éoliennes (52 MW) dans les trois communes de Baissey, Leuchey (60 hab., 548 ha), Aujeurres (90 Aujeurrois, 1 294 ha dont 512 de bois) que traverse l’A 31, et dans les deux communes de Vesvres-sous-Chalancey et Vaillant qui sont dans le canton de Prauthoy.


Chalindrey

2 760 hab. (Casteldrésiens), 2 003 hab. dont 597 de bois, commune de la Haute-Marne au NE du canton de Longeau-Percey, 11 km SE de Langres; grand carrefour ferroviaire avec dépôt de locomotives Diesel. Sa population était de 1 100 hab. en 1881; elle est passée à 2 000 au début du 20e siècle, 2 800 en 1954 et a culminé à 3 500 (sdc) en 1968, puis a diminué jusqu’en 1999. C’est que la bifurcation de Chalindrey n’a plus le rôle qu’elle a pu tenir au temps des trajets courts et des déplacements liés aux armées et aux garnisons; mais elle reste un élément-clé du réseau ferré de France.

La Sncf y occupe encore 410 personnes et le trafic des bois est actif; fabrique de plastiques Decomep (110 sal.), menuiserie du Foultot (25 sal.). La ville a un collège public. Le fort Vercingétorix et un château couronnent le haut talus du plateau de Langres; le château du Pailly est à proximité. La ville anime une communauté de communes du Pays de Chalindrey qui associe 14 communes (5 400 hab.). L’agglomération est soudée à celle de Culmont (590 Culmontais, 829 ha dont 232 de bois), qui est dans le canton de Langres et où se trouve une cité cheminote.