Canton de Nivillers

Nivillers

240 hab. (Nivillois), 765 ha, chef-lieu de canton de l’Oise dans l’arrondissement de Beauvais, 7 km au NE de la préfecture près de la chaussée Brunehaut; le château du 18e s. abrite un centre de formation professionnelle aux métiers de la restauration. La commune perd encore des habitants depuis un maximum en 1975.

Le canton a 16 500 hab. (15 000 en 1999), 20 communes, 18 509 ha; il frôle Beauvais, dont il contient l’aéroport, et s’appuie au sud sur la vallée du Thérain; il est traversé par la N 1, la N 31 et l’A 16. Bresles et Bailleul-sur-Thérain, au SE, en sont les communes les plus peuplées. Therdonne (930 hab., 898 ha), 5 km ESE de Beauvais et 4 km au sud de Nivillers sur la rive gauche du Thérain, a des carrières Chouvet (25 sal.), mécanique (Acmo, 30 sal.), et a gagné 120 hab. depuis 1999. Rochy-Condé (870 hab., 638 ha), 3 km au SE de Therdonne dans la même vallée, a un atelier des clôtures en béton CAM (25 sal.) et des chantiers d’enlèvement et d etraitement d’ordures Sepur (160 sal.) et Sita (30 sal.); la commune a gagné 230 hab. de 1999 à 2008.

Fouquerolles (270 hab., 1 021 ha), 4 km ENE de Nivillers, a une fabrique de matériel pour bétonneuses (Adler, groupe Ceric, 40 sal.); négoce agricole Bordage (25 sal.). À Laversines (1 190 Laversinois, 1 379 ha), 4 km au SE du chef-lieu, est établie la maison pour enfants les Guérets, de 50 places (IRTTP, Institut de rééducation thérapeutique éducative et pédagogique); la commune a gagné 240 hab. de 1999 à 2008. Tillé (1 090 Tillois, 1 475 ha), 4 km NNE de Beauvais, accueille sur son territoire l’aéroport de Beauvais; la société de gestion emploie 205 personnes; transports par cars Paris-Beauvais (50 sal.), restauration d’aéroport Eliance (30 sal.), plusieurs garages; informatique Isagri (480 sal.), Octalis (30 sal.) et Soneo (25 sal.), imprimerie Houdeville (25 sal.), maçonnerie Quintana (110 sal.); négoce de bonneterie La Beauvaisienne (25 sal.). La population communale a bien augmenté entre 1950 (500 hab.) et 1975 (1 000), nettement moins depuis.

À l’extrémité occidentale du canton, Troissereux (1 190 Tressoriens, 1 405 ha), 6 km au NO de Beauvais au bord du Thérain, se distingue par son grand château de 1544, œuvre de Serlio, construit en brique et pierre sur pilotis au bord du Thérain, réaménagé aux 17e et 18e s., avec parc à l’anglaise et pièces d’eau de Bernard Palissy, et arboretum; maçonnerie Sogeco (35 sal.). La croissance de la population communale est bloquée depuis 1982. Guignecourt (420 Guignecourtois, 462 ha), 5 km au NO de Nivillers, est au bord de la Liovette, rivière qui rejoint le Thérain à Beauvais; église inscrite du 16e s., festival du Vexin.


Bailleul-sur-Thérain

2 150 hab. (Bailleulois), 950 ha, commune de l’Oise dans le canton de Nivillers, 12 km au SE de Beauvais et 5 km au sud de Bresles sur la rive gauche du Thérain. Elle a une usine métallurgique (Profilafroid, du groupe Averys ex-GPRI, 170 sal.) et un transporteur (Tenart, 50 sal.); ambulances Wallet (35 sal.); parc floral, château du 18e s. en brique avec parc. La population communale, lontemps figée autour de 700 hab., croît depuis les années 1930 et a encore gagné 400 hab. entre 1999 et 2008, dépassant ainsi pour la première fois les 2 000 habitants.

La bourgade est dominée par le mont César, butte-témoin de la côte d’Île-de-France montant à 137 m, donc d’un peu plus de 80 m de commandement, et qui a servi d’oppidum. Au pied de la butte, côté sud, s’étire le hameau de Froidmont; les restes de l’abbaye de ce nom sont un peu à l’est, à la limite de la commune d’Hermes et au bord des marais d’un côté, de la forêt de Hez de l’autre. L’oppidum, où l’on a trouvé des témoignages préhistoriques, dispute à son homologue de Sacy-le-Grand le discutable honneur de la reddition des Gaulois de Beauvais, les Bellovaques, en 51 avant notre ère.


Bresles

4 240 hab. (Breslois), 2 099 ha, commune de l’Oise dans le canton de Nivillers, 13 km à l’est de Beauvais sur la N 31. La ville est au pied de la côte d’Île-de-France, dont elle séparée à la fois par des marais à cressonnières et par la belle butte-témoin arrondie du mont César (commune de Bailleul); restes d’un château du 18e s. La ville a un collège public; la grosse sucrerie de Bresles a disparu; restent un atelier des Ressorts de l’Oise (RDO Springs, 60 sal.) et son traitement de surfaces (35 sal.), la métallerie Picot (40 sal.), la métallerie Abrisud (45 sal., abris de piscine), la restauration collective Sagere (180 sal.), les transports DHL (85 sal.), Lumineau (70 sal.) et TBW (40 sal.), un Intermarché (30 sal.). Bresles est le siège de la communauté de communes Rurales du Beauvaisis (13 communes, 14 300 hab.). La commune avait déjà plus de 2 000 hab. avant 1900; sa population a peu évolué dans la première moitié du 20e siècle, puis est montée à 3 200 hab. (sdc) en 1975, et poursuit sa croissance, gagnant 420 hab. entre 1999 et 2008.