Canton d'Oisemont

Oisemont

1 300 hab. (Oisemontais), 804 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement d’Amiens, 18 km au SSO d’Abbeville; un collège public, musée d’art local; maison familiale rurale; sellerie Gressino (20 sal.), Intermarché (50 sal.). La population a un peu augmenté depuis le minimum des années 1960 (1 000 hab.), et ajouté une trentaine d’habitants entre 1999 et 2005. La communauté de communes du canton d’Oisemont excède légèrement le périmètre du canton et siège au chef-lieu; elle réunit 34 communes, 6 700 hab.

Le canton a 31 communes, 6 300 hab. (6 000 en 1999), 14 383 ha; il est limitrophe de la Seine-Maritime, sur le cours de la Bresle, et s’étend sur le plateau du Vimeu où il juxtapose de nombreuses petites communes. La population du canton est en déclin continu, sauf localement dans la vallée de la Bresle. Il reste un peu de vannerie dans la vallée du Liger, petit affluent de la Bresle, et au sud, dont une petite fabrique de sièges (Tourneur, 20 sal.) à Neuville-Coppegueule (600 Neuvillois, 866 ha dont 270 de bois), la commune la plus méridionale du canton à 14 km au sud d’Oisemont; elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2008; son curieux nom remonte aux exploits historiques de brigands de grand chemin, abrités par la forêt d’Argueil et qui sévissaient sur la route de Beauvais à Eu; fabrique de sièges Tourneur (20 sal.).

Sénarpont (720 Sénarpontais, 700 ha), 9 km SSO d’Oisement au confluent de la Bresle et du Liger, dont les habitants participent au bassin d’emploi verrier; la commune accueille dans ce domaine les atliers Glasswork (40 sal.) et Trilux (40 sal.); elle a perdu 70 hab. entre 1999 et 2008. Neslette (90 hab., 207 ha), dans la vallée de la Bresle aux portes de Blangy, à l’extrémité occidentale du canton, est le siège de l’ABGM (Alliance of Bresle Glass Moldmakers…) qui associe cinq petites entreprises de la commune et des environs, groupant 170 salariés et spécialistes du moulage.

Plusieurs communes du plateau du Vimeu au sud-est d’Oisemont ont des monuments intéressants. Avesnes-Chaussoy (65 hab., 612 ha), 12 km au SE d’Oisemont, a un château des 16e et 18e s. avec jardins à la française; le Chaussoy est un hameau à 4 km au sud-ouest du village, réuni à Avesnes dès avant 1790. Heucourt-Croquoison (120 Heucourtois, 500 ha), 10 km ESE d’Oisemont, a une église inscrite des 15e-16e s., un château à Haucourt et un manoir (15e et 17e-18e s.) à Croquoison, au sud; la réunion des deux villages est de 1840.

À Saint-Maulvis (260 hab., 621 ha), 8 km au SE du chef-lieu, l’église Saint-Mandé (16e s.) a un clocher inscrit; hameau de la Panneterie au sud-ouest. Frettecuisse (70 hab., 530 ha), 5 km au SE du chef-lieu, conserve des ruines d’une chapelle de templiers du 12e s. à Écoreau. Aumâtre (210 Aumatrois, 557 ha), 5 km au sud d’Oisemont, a une église inscrite du 13e s.

Un petit château du 17e s. agrémente Forceville-en-Vimeu (270 Forcevillois, 297 ha), 3 km au NE d’Oisemont, la seule commune du plateau à avoir une industrie notable, avec Forcefil (35 sal.), qui fabrique des fils pour tapis et moquettes et appartient au groupe belge Lano; «en Vimeu» a été ajouté en 1888. Fresnes-Tilloloy (150 hab., 352 ha), 4 km au nord du chef-lieu et la commune la plus septentrionale du canton, issue d’une fusion des années 1790, partage depuis 2006 avec ses voisines Saint-Maxent (canton de Moyenneville) et Doudelainville (canton d’Hallencourt) le parc de 5 éoliennes du Fonds de Fresnes (10 MW, société Theolia).