Canton de Roisel

Roisel

1 900 hab. (Roiseliens), 1 016 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement de Péronne, 13 km à l’est de la ville dans la vallée de la Cologne; un collège public; fabrique de renforts de caoutchouc pour l’industrie textile (Milliken, états-unien, 45 sal.), meubles de rangement Lemarchand (EBEPT, 30 sal.), distribution d’électricité Sicae Somme-Cambrésis (30 sal.). La population communale est stable depuis 1965, à un niveau à peine supérieur à celui des environs de 1900; elle a perdu 110 hab. depuis 1999.

Le canton a 7 600 hab., 22 communes, 16 262 ha; il forme une communauté de communes du canton de Roisel, qui siège au chef-lieu; il est à la fois limitrophe du Pas-de-Calais, du Nord et de l’Aisne, et frôlé à l’est par l’A 26, mais il est un peu à l’écart des grands axes et sa population est restée étale depuis 1999. Ses industries ne se sont pas remises de la première guerre mondiale, en particulier à Épehy (1 180 Épéhiens, 1 733 ha), au nord, à 7 km de Roisel sur une Chaussée Brunehaut, qui fait cependant encore fonction de village-centre et a gagné 60 hab. depuis 1999. Le petit village double de Guyencourt-Saucourt (130 hab., 500 ha), 4 km OSO d’Épehy, est remarquablement fleuri (4 fleurs); ses deux parties ont été réunies dans les années 1790. Fins (280 Finois, 687 ha) est à 8 km à l’ouest d’Épehy, à un carrefour de routes et sur la même Chaussée Brunehaut, 14 km au NO de Roiselconstructions MVE (20 sal.).

Les seules autres entreprises notables sont celles des établissements de fils pour tapis et moquettes et des filets d’emballages Trocmé-Vallart (50 sal.) à Ronssoy (540 Ronssoyens, 753 ha), 7 km NE de Roisel, qui a perdu 80 hab. depuis 1999; et la sucrerie-distillerie de la Vermandoise (120 sal.) au hameau de Sainte-Émilie à Villers-Faucon (680 hab., 1 142 ha), 4 km au nord de Roisel, qui a aussi un transporteur (Trans Somme 2000, 30 sal.) et a gagné 40 hab. après 1999.