Canton de Roye

Roye

6 300 hab. (Royens), 1 555 ha, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement de Montdidier, 18 km ENE de celle-ci. Il forme une agglomération un peu distendue au bord de l’Avre, vaste carrefour au croisement des voies Paris-Lille (A 1, N 17, TGV) et de la route d’Amiens à Soissons, ancienne chaussée romaine, auxquelles s’ajoutent les routes vers Montdidier et Ham-Saint-Quentin; l’échangeur de l’autoroute, ouvert en 1966, a eu un rôle décisif dans le renouveau de l’agglomération. Celle-ci a un collège public et un privé, un centre hospitalier, un Intermarché (45 sal.), un musée d’histoire locale et d’une salle de classe sous la Troisième République.

À Roye travaillent les usines Impress (britannique, 150 sal.), ex-Ferembal qui font des emballages métalliques pour peintures et alimentation (400 millions de boîtes par an); Fapagau (145 sal., cosmétiques du groupe L’Oréal); Ondulys (carton ondulé, 110 sal.), au groupe belge VPK; transports Beaudouin (20 sal.), Deceuninck (130 sal., profilés plastiques pour bâtiment, groupe belge) et FSP (40, sal. films plastiques, à l’espagnol Coexpan); mécanique Afhymat (60 sal.), forge et métallerie Scap (40 sal.), aricles en fils métalliques DMA Qualifer (35 sal.), équipements pour automobiles Ciltec (25 sal.), portes et fenêters Fabricalu (20 sal.); menuiserie bois-pvc Fabriplast (50 sal.); constructions H. Callec (70 sal.).

En agro-alimentaire figurent Papillote (plats cuisinés de poisson, 75 sal., au groupe Stalaven), la Vitréenne d’Abattage J. Roze (50 sal.) et la sucrerie Saint-Louis du groupe Südzucker (125 sal.). La commune a également reçu des entrepôts et sociétés de transports qui font de Roye un grand pôle logistique de 700 emplois, avec les transports Kuehne Nagel (180 sal.), Dentressangle (40 sal.), AK Trans (25 sal.), BP Trans (25 sal.), BTL (20 sal.), Mazet (20 sal.), la gestion d’autoroutes Sanef (80 sal.); négoces agricoles KWS (30 sal.) et Agri Santerre (25 sal.), d’électronique Isolectra Martin (25 sal.). La population de Roye était de 5 300 hab. dans les années 1930; elle a fluctué depuis, augmentant assez nettement jusqu’en 1982 (6 700 hab. sdc), et a perdu 320 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 13 300 hab. (12 900 en 1999), 33 communes, 19 961 ha; limitrophe du département de l’Oise, il est traversé du sud au nord par les grandes circulations de Paris à Lille et frôlé à l’est par le canal du Nord dans la commune d’Ercheu (810 Erchois, 1 415 ha), 12 km à l’est de Roye, qui a une maison de retraite (la Campagnarde, 20 sal.) et a gagné 90 hab. de 1999 à 2008; la commune doit recevoir un port de plaisance du futur canal Seine-Nord-Europe, qui va doubler le canal du Nord. Billancourt (180 hab., 495 ha), 10 km au NE de Roye, accueille les constructions Lancil et Calcada (30 sal.). Curchy (330 Curchéiens, 963 ha), 13 km NNE de Roye au bord de l’Ingon, a un cimetière allemand. Sa voisine de l’ouest Fonches-Fonchette (150 Fonchois, 502 ha), dont les deux villages distincts ont été réunis en 1964, a une aire de repos de l’A 1.

Laucourt (190 hab., 637 ha), 3 km au SO de Roye, abrite une forcerie d’endives Pena Van Laere (35 sal.) et a reçu en 2009 quatre éoliennes (10 MW) pour la société Valorem. Tilloloy (390 hab., 637 ha), 8 km SSO de Roye, a un grand château de 1650 près du bois de Bus. Sa voisine de l’est Beuvraignes (800 Beuvraignois, 1 445 ha) est à 7 km au sud de Roye et frôlé par l’A 1 flanquée de la LGV Nord-Europe; transports Beaudouin (20 sal.), une nécropole nationale, et depuis 2009 quatre éoliennes (10 MW) de la société Valorem.