Vernon

26 000 hab. (Vernonnais) dont 1 000 à part, 3 492 ha dont 1 381 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Eure dans l'arrondissement d'Évreux, 30 km ENE de la préfecture sur la rive gauche de la Seine à la limite du département. La commune s'étend en partie et assez exceptionnellement sur la rive droite, où subsiste la forêt de Vernon, grignotée par des lotissements; le faubourg Vernonnet, au bord de l'eau, s'orne du château des Tourelles, du 12e s. remanié au 18e, avec parc. Sur l'autre rive, le centre-ville, qui a souffert de bombardements en 1940 et 1944, conserve cependant quelques maisons anciennes, la vieille tour des Archives, donjon datant du 12e s., et une collégiale gothique; musée municipal.

Sur le plateau au sud et au SO de la ville, la forêt de Bizy accompagne le superbe château de ce nom, construit en 1741 et doté d'un beau parc. La ville est fleurie (3 fleurs); elle a un centre hospitalier public (200 lits), une clinique (70 lits) et un institut médico-éducatif, trois collèges et deux lycées publics dont un professionnel, deux collèges et deux lycées privés dont un professionnel; maisons de retraite Sémiramis (40 sal.), Korian (Nymphés Bleux, 60 sal.). À gauche avant 1983, la majorité municipale s'est portée à droite ensuite jusqu'en 2008. Elle est alors revenue à la liste de gauche; le maire est Philippe Nguyen Thanh, socialiste, médecin.

Le principal employeur de Vernon est de loin la Snecma (1 200 sal., groupe Safran), qui fabrique des moteurs de fusées sur un site ouvert en 1970; elle s’accompagne d’un centre d’expertise de la Direction générale de l’armement (370 sal.). S’ajoutent une fabrique d'aspirateurs Rowenta (175 sal.), les peintures et adhésifs (SEA au groupe belge Etex, 45 sal.), les emballages plastiques Condi Ouest (35 sal.); mécanique GMCM (30 sal.), outillage mécanique Ladner (20 sal.); boulangeries de la Porte de Bizy (25 sal.) et BP2R (25 sal.).

Vernon accueille aussi un centre commercial Leclerc de 120 emplois et des magasins Carrefour (70 sal.) et Monoprix (45 sal.); édition de vidéocassettes Fravidis (25 sal.); restauration de monuments historiques Terh (50 sal.); maçonnerie Bouquet (40 sal.); aide à domicile Domaliance (60 sal.) et AVS (35 sal.), formation d'adultes D. Léonard (65 sal.), comptabilité Seco (25 sal.), ingénierie E31 (20 sal.); nettoyage Safen (200 sal.); transports du Val de Seine (105 sal.). Mais toute une série d’autres établissements sont en banlieue, surtout à Saint-Marcel.

Une «zone urbaine sensible» est délimitée au sud de la commune sous la forêt de Bizy (Valmeux, Blanchères, Boutardes). La commune avait 8 800 hab. en 1901, 14 500 en 1954, a dépassé 22 000 (sdc) en 1975 puis a ralenti sa croissance, mais elle a encore gagné 1 000 hab. de 1999 à 2008. L’unité urbaine Insee est de 31 900 hab., l’aire urbaine de 35 500, ce qui serait bien moins que la communauté d’agglomération des Portes de l’Eure à laquelle appartient Vernon (57 800 hab.).

Les 2 cantons ont 37 100 hab. (35 600 en 1999), 14 communes, 11 720 ha dont 3 006 de bois; ils sont limitrophes des Yvelines et traversés par l’autoroute de Normandie (A 13). Saint-Marcel prolonge vers l’ouest la ville de Vernon et ses industries; un peu au-delà, Saint-Just (1 370 Saint-Justins, 444 ha) est moins peuplée, mais a un château intéressant sur le coteau, avec parc en terrasses et circuits d’eaux; sur le plateau, l’ancienne emprise de 240 ha de la raffinerie BP dite de Vernon, dite «plate-forme de Saint-Marcel» bien qu’elle soit surtout à Saint-Just, n’a guère attiré les entreprises, mais devrait devenir un «pôle européen de sécurité» animé par le CNPP (Centre national de prévention et de protection), associant plusieurs laboratoires et occupant 170 salariés.

Juste à l’ouest sur le plateau, La Chapelle-Réanville (1 150 hab., 807 ha dont 204 de bois) a conservé le siège de l’entreprise chimique Caral (détergents, 70 sal.), mais l’usine est près de Gaillon, à Saint-Pierre-la-Garenne; château de Launay (18e s.); la population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008. La commune résulte d'une fusion de 1844 entre Réalville et la Chapelle-Genevray; elle n'avait que 180 hab. en 1962 et a crû rapidement depuis.

À Douains (480 Duniens, 1 127 ha), 8 km au SSO de Vernon, le château de Brécourt de 1625, de pierre et brique, a été transformé en hôtel près de la sortie de l’A 13 vers Vernon; imprimerie Lescure-Théol, 40 sal., emballages plastiques Condi Express (30 sal.). Douains est le siège de la communauté d’agglomération des Portes de l’Eure (41 communes, 57 800 hab.).

Chambray (470 380 hab., 842 ha dont 244 de bois), au bord de l’Eure à l’extrémité occidentale des cantons, 15 km à l’ouest de Vernon, a un château de brique et pierre des débuts du 17e s.; elle a gagné 90 hab. de 1999 à 2008. Houlbec-Cocherel (1 400 Houlbecquois, 1164 ha), 11 km à l’ouest de Vernon, s'est accrue de 180 hab. dans le même temps; elle n'avait que 340 hab. en 1962; châteaux de Cocherel (17e s.) et de Bas-Houlbec (18e s.).