Canton de Givry

Givry

3 900 hab. (Givrotins) dont 180 à part, 2 603 ha dont 1 147 de bois et 178 de vignes, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l’arrondissement de Chalon-sur-Saône, 12 km à l’ouest de Chalon au pied de la côte viticole. La ville, «petite cité de caractère», a un bel hôtel de ville du 18e s. et une halle ronde de 1830; collèges public et privé, scierie SRC (40 sal.), fabrique de peintures Zolpan (Praxyval, 40 sal.) reprise par Materis, maçonnerie Soredal (20 sal.). Sur le relief à l’ouest, se perche le lotissement des Chenèvres et se cache le vieux hameau de Russilly, intégré en 1793.

Givry est à la tête d’une AOC viticole de grande qualité, qui porte sur 230 ha (environ 12 000 hl/an, 5/6 en rouge) dans trois communes, Givry, Jambles et Dracy-le-Fort. C’est aussi le point de départ de la Voie Verte cyclable qui utilise le tracé d’une ancienne voie ferrée jusqu’à Cluny en longeant la côte vers le sud. La commune, qui avait eu 3 000 hab. vers 1870, était passée à moins de 2 000 en 1936, mais sa population a crû sans cesse depuis, en grande partie grâce à la proximité de Chalon.

Le canton a 12 200 hab. (11 200 en 1999), 17 communes, 15 021 ha dont 4 282 de bois; il s’étend vers l’ouest jusqu’à la vallée de la Dheune à Saint-Bérain-sur-Dheune (580 hab., 1 367 ha dont 348 de bois), village intéressant, pourvu d’une chapelle romane et d’une gare, et qui a gagné 80 hab. de 1999 à 2008. Au centre, entre deux barres de relief SO-NE, s’ouvre la vallée des Vaux, qui contient le prestigieux vignoble de Mercurey et de petites communes associées.

Dans la plaine s’étend la grande forêt de Givry, dont la moitié se trouve dans un champ de tir. Dracy-le-Fort (1 400 Dracéens, 636 ha), très peu viticole, est au NE de Givry, 7 km à l’ouest de Chalon, et abrite un hôpital orthopédique privé (COMC, 180 sal., 85 lits), une maison de retraite Alzheimer (Akesis, 40 sal.), ainsi que plusieurs entreprises de service: constructions Eiffage (120 sal.) et Rageot (20 sal.), travaux publics Eiffage (90 sal.), matériel de manutention Altead (Cayon, 25 sal.); génie thermique Six M (55 sal.); négoces de bois (Cleau, 55 sal.) et d’électroménager Cocelec (25 sal.); nettoyage BNA (20 sal.), gardiennage Securitas (230 sal.). La commune, dont la population est en forte croissance depuis 1968 (440 hab.), et qui a gagné 230 hab. de 1999 à 2008, relève clairement du suburbain chalonnais.

Mellecey (1 300 hab., 1 423 ha dont 705 de bois) est à l’ouest de Dracy, 6 km au NO de Givry au débouché de l’Orbize dont la vallée échancre la côte. La commune a gagné 100 hab. après 1999; elle comprend à l’est le gros hameau de Germolles, renforcé par un lotissement, où sont un château des 13e-14e s. et la maison de retraite de Marloux (35 sal.), près d’une borne-colonne du 18e s.; menuiserie Perroux (25 sal.); le finage comprend 94 ha de vignes et déborde largement à l’est sur la forêt de plaine du Chalonnais. Jambles (500 hab., 825 ha dont 115 de vignes) est juste au SO de Givry. Les petites communes de Saint-Désert (930 hab., 449 ha dont 105 de vignes), dont la population est croissante depuis 1970 (600 hab.) et a gagné 50 hab. après 1999, et Rosey (160 hab., 424 ha), moins viticole (28 ha), complètent la côte au sud-ouest de Givry.


Mercurey

1 500 hab. (Mercuréens) dont 180 à part, 1 544 ha dont 377 de bois et 488 de vignes (record départemental), commune de Saône-et-Loire dans le canton de Givry, 8 km au NNO du chef-lieu et 15 km ONO de Chalon. Elle a une tonnellerie (TM, 30 sal.), plusieurs négociants en vins dont Tramier (20 sal.), mais Rodet a disparu en 2010 après son rachat par Boisset de Nuits-Saint-Georges). Surtout, elle est titulaire d’une AOC viticole réputée, portant sur 850 ha dont 140 en premier cru; les 650 ha en production (9/10 en rouge), fournissent annuellement 25 000 hl de rouge et 3 200 de blanc.

Un peu plus de 100 ha de cette AOC (16 ha en premier cru) relèvent de la petite commune voisine de Saint-Martin-sous-Montaigu (360 hab., 365 ha dont 156 de vignes), au sud, où se dressent les ruines du château féodal de Montaigu. Il domine la belle vallée des Vaux, drainée par la petite Orbise, qui descend sur 21 km jusqu’à Saint-Rémy. Plusieurs tout petits villages serrés y cultivent aussi des vignes: Saint-Mard-de-Vaux (300 hab., 663 ha dont 478 de bois et 31 de vignes) au nord, qui a un centre naturiste et a gagné 50 hab. après 1999; Saint-Jean-de-Vaux (400 hab., 226 ha dont 51 de vignes) au centre, qui en a gagné 70; Saint-Denis-de-Vaux (270 hab., 371 ha dont 60 de vignes) au sud. Plus en amont, Barizey (140 hab., 558 ha dont 259 de bois) au pied de la haute côte, Châtel-Moron (80 hab., 654 ha) perché au sommet de la côte, plus petits encore, ne manquent pas de charme, mais de vignes.