Canton de Saint-Léger-sous-Beuvray

Saint-Léger-sous-Beuvray

490 hab. (Léodegariens), 3 497 ha dont 1 253 de bois, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l’arrondissement d’Autun, 20 km à l’ouest d’Autun, au pied du mont Beuvray et dans le parc du Morvan. Le village, qui fut Beuvremont sous la Révolution, a eu 1 500 hab. vers 1900 et sa population continue à décroître. Il s’est reconverti dans le tourisme, devenant «station verte de vacances», mettant en valeur sa belle place centrale triangulaire et surtout les ressources du mont Beuvray; maison du Beuvray, musée de Bibracte et de la civilisation celtique, festival archéologique; manoirs et anciennes maisons fortes aux environs; un petit atelier de mécanique.

Le canton a 3 800 hab., 7 communes et 21 439 ha dont 6 839 de bois; limitrophe du département de la Nièvre, il a un dessin très contourné et va assez loin vers le sud hors du parc, en s’appuyant sur la vallée de l’Arroux bien au-delà d’Étang-sur-Arroux, la commune de loin la plus peuplée. Au nord, il monte jusqu’au Haut Folin (901 m), le point culminant du Morvan, équipé pour le ski dans la commune de Saint-Prix (230 hab., 3 414 ha dont 2 229 de bois); ruines et point de vue des roches de Glenne à La Grande-Verrière (550 hab., 4 654 ha dont 2 282 de bois), 14 km à l’ouest d’Autun.


Étang-sur-Arroux

2 100 hab. (Étangois) dont 210 à part, 3 463 ha dont 312 de bois, commune de Saône-et-Loire dans le canton de Saint-Léger-sous-Beuvray, 17 km au SO d’Autun sur l’axe de circulation menant à la Loire; c’est une «station verte de vacances», mais avec une zone industrielle de plusieurs petits ateliers, dont une minoterie, et une carrière de feldspath et mica du groupe Denain-Anzin (30 sal.), passée en 2005 au groupe Imerys. Le bourg propose un musée du sabot avec une grotte aménagée en 1936 et imitant celle de Lourdes; lycée professionnel agricole forestier au Velet, avec formation d’adultes et d’apprentis; maison familiale rurale; collège public; maison de retraite des Jardins de l’Arroux (55 sal.); gare avec bifurcation vers Autun et vers Le Creusot. La commune s’appelait simplement Étang avant 1896. Sa population a augmenté entre 1968 (1 500 hab. sdc) et 1990 (1 800), mais seulement d’une trentaine d’habitants entre 1999 et 2008; elle avait dépassé 1 800 hab. entre 1886 et 1926. La commune est le siège de la communauté de communes de Beuvray-Val d’Arroux, qui groupe 6 communes (3 200 hab.).