Canton de Clary

Clary

1 200 hab. (Clarysiens), 993 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l’arrondissement de Cambrai, 17 km au sud-ouest de Cambrai et 5 km au sud de Caudry. Elle accueille la broderie Baudchon (20 sal.) et le textile Alpatex (25 sal., ouatinage) du même groupe. Clary avait déjà 2 000 hab. en 1831 et a culminé à 2 800 hab. en 1872 puis n’a pas cessé de se dépeupler jusqu’en 1999; mais elle vient de gagner une cinquantaine d’habitants entre 1999 et 2010.

Le canton a 30 300 hab., 15 communes, 13 707 ha dont 696 de bois. Caudry en est de loin la principale ville, et la commune la plus septentrionale. Les muches (souterrains-refuges) y sont nombreuses. Ligny-en-Cambrésis (1 800 Lignysiens, 879 ha) est à 3 km au SO de Caudry et 3 km au NO de Clary; le château de Ligny, devenu hôtellerie, à tour ronde et en brique, est des 12e et 17e s.; une ancienne brasserie, fermée en 1963, subsiste; mécanique Mecajet (30 sal.). Ligny a précisé son nom en 1894; elle s’est nommée Ligny-Haucourt en 1972 en fusionnant avec Haucourt-en-Cambrésis, mais la fusion a été abandonnée en 1997 et la commune a alors repris son nom précédent. Sa population a plafonné à 2 700 hab. en 1911 puis la commune n’a pas cessé de se dépeupler, l’intégration momentanée d’Haucourt ayant peu changé la donne. Comme Clary, elle a perdu des habitants jusqu’en 1999 mais semble en avoir gagné 170 de 1999 à 2010.

Montigny-en-Cambrésis (590 Montignaciens, 587 ha) est sa voisine proche, à l’est, juste au nord de Clary; transports Denimal (25 sal.), temple de chrétiens irvingiens édifié en 1900, grosse ferme du Tronquoy à porche-pigeonnier et pommeraie. La mention «en Cambrésis» date de 1931. Le maximum de peuplement est de 1876 (1 200 hab.) et la commune n’a pas cessé de perdre des habitants depuis. Bertry, 4 km au nord-est de Clary, est sur la voie ferrée, comme Busigny qui occupe l’angle sud-est du canton à la limite du département de l’Aisne.

Maretz (1 400 Maretziens, 1 128 ha) est à 4 km au sud-est du chef-lieu, sur la chaussée Brunehaut qui mène à Bavay (D 932), et son finage est également limitrophe de l’Aisne; ancienne brasserie, hameau d’Avelu à l’ouest. Maretz a eu plus de 3 000 hab. de 1861 à 1891 puis s’est dépeuplée jusqu’en 1999; elle a gagné 120 hab. entre 1999 et 2010. Élincourt (640 Élincourtois, 841 ha), Dehéries (40 Dehérisiens, 187 ha) et Malincourt (520 Malincourtois, 1 030 ha) sont trois petites communes plus à l’ouest, à 4, 7 et 9 km au SO du chef-lieu; Déhéries est un village très fleuri (trois fleurs) en dépit de sa très petite taille.

Un peu plus loin, Villers-Outréaux, sensiblement plus peuplée, occupe l’angle sud-ouest du canton. Walincourt-Selvigny est à l’ouest de Clary. Esnes (670 Esnois, 1 444 ha), «village de charme» au bord du torrent d’Esnes qui vient de Caudry, occupe l’angle nord-ouest du canton, sur la route de Cambrai et à 11 km de celle-ci, 9 km au NO de Clary. Elle conserve un gros château à tours rondes et douves, classé, en partie du 14e s., qui passe pour être le plus gros château fort du Nord; château Briseux au sud. Esnes avait 1 800 hab. en 1876 et n’a pas cessé de perdre des habitants jusqu’en 1999.

Haucourt-en-Cambrésis (220 Haucourtois, 357 ha) et Caullery (480 Caullerisiens, 250 ha) sont de petites communes du plateau entre Esnes et Clary, à 6 et 2 km de celle-ci. La première s’est détachée en 1997 de Ligny-Haucourt, qui en a profité pour changer de nom; elle conserve quelques restes d’un château médiéval. Caullery a gagné 20 hab. de 1999 à 2007, mais elle avait culminé à 930 hab. en 1876.


Bertry

2 240 hab. (Bertrésiens), 854 ha, commune du département du Nord dans le canton de Clary, 4 km ENE du chef-lieu. Elle a une gare sur la voie de Cambrai à Saint-Quentin, et plusieurs fabriques : déodorants Hyodall (150 sal., groupe belge Nicols), produits funéraires et garnitures de cercueils Hyodall (45 sal.), «le couturier du funéraire» et négoce de vaisselle Nicols (25 sal.) du même groupe ; chaudronnerie Pragma (35 sal.), bonneterie Dylco (30 sal.) ; transports Jacquemin (35 sal.). La ville a eu jusqu’à 3 200 hab. en 1911, puis sa population a diminué jusqu’en 1982 (2 100 hab.) avant d’augmenter un peu ; elle a toutefois baissé en 50 hab. entre 1999 et 2010. Bertry est le siège de la communauté de communes de l’Espace Sud Cambrésis, qui associe 8 communes et 7 800 hab.


Busigny

2 600 hab. (Busignois), 1 647 ha dont 168 de bois, commune du département du Nord à l’angle SE du canton de Clary, 9 km au SE du chef-lieu, limitrophe du département de l’Aisne. Quelques bois sont sur le relief, qui monte à 168 m, point culminant du Cambrésis. Busigny a une gare avec double bifurcation ; hameau du Trou aux Soldats vers l’ouest, grosse ferme de l’Ermitage à beau porche-pigeonnier à l’est, château à tours carrées d’agrément du 18e s., cimetières militaires; métallerie Brillard et Choin (40 sal.), captage et embouteillage d’eau de source Roxane (25 sal.). Busigny a eu jusqu’à 3 700 hab. en 1856, et en avait retrouvé 3 500 hab. en 1926 ; sa population a diminué ensuite jusqu’en 1990 (2 400 hab.) et a légèrement repris depuis (+130 hab. de 1999 à 2010).


Caudry

14 600 hab. (Caudrésiens), 1 294 ha, commune du département du Nord dans le canton de Clary, 16 km ESE de Cambrai, au nord du canton et sur la N 43 vers Le Cateau-Cambrésis; gare, cimetière militaire. C’est une active ville industrielle, qui s’est tournée après 1827 vers le textile et spécialement le tulle de coton et la dentelle, puis la broderie mécanique, qui ont atteint leur apogée en 1914 avec quelque 10 000 ouvriers dans le bassin, et se sont orientées après 1975 vers la haute couture et la «dentelle de Calais».

Caudry a un musée de la dentelle et des broderies, ainsi qu’une exposition historique, place des Mantilles, ainsi nommée en souvenir d’une des spécialités caudrésiennes. La ville a obtenu le label «ville et métiers d’art» et s’est dotée d’un théâtre et un cinéma municipaux, d’un pôle culturel, de la base de loisirs du Val du Riot (avec Beauvois-en-Cambrésis). Elle a une basilique de briques de 1890, avec un clocher de 75 m et la châsse classée de sainte Maxellende (14e s.), deux collèges publics et un lycée public, une maison de retraite.

L’activité textile reste présente dans les dentelles et broderies Sophie Hallette (230 sal.), maison qui remonte à 1887, et de nombreuses petites entreprises dont André Avio (35 sal.), Mery Jean (35 sal.), Ledieu-Beaucillain (35 sal.), Beauvillain Davoine (30 sal.), AEG Joël Machu (30 sal.), Jean Bracq (30 sal.), André Laude (20 sal.), les rideaux et linge de maison Carpentier et Preux (60 sal.), le tissage Bouillon (25 sal.) et le moulinage Viesly (30 sal.), auxquels s’ajoutent l’ennoblissement textile de la CBTA (La Caudrésienne, 50 sal.) et la teinturerie Coloredo (50 sal.), les ficelles et filets Duflot (30 sal.). Sophie Hallette et La Caudrésienne appartiennent à un même groupe Holesco.

Pourtant la principale unité, de loin, est depuis 1970 celle des parfums Sicos (Lancôme, 580 sal., groupe L’Oréal). Le milieu s’est diversifié avec les pizzas et surgelés Buitoni (Spac, 170 sal., au groupe Nestlé), l’imprimerie Lenglet (45 sal., offset et héliogravure pour magazines), les plastiques NP Nord (85 sal.) et les emballages plastiques Chrystal Plastic (35 sal.); verrerie Allard (verre plat, 30 sal.), fabrique d epeintures et vernis PCD (50 sal.). Caudry a aussi un centre Leclerc (210 sal.), un Intermarché (70 sal.), un Bricomarché (35 sal.); négoces de textiles Solstiss (25 sal.), de matériaux Sainthimat (60 sal.), Pruvot-Faucon (30 sal.), Elya (40 sal.) et récupération Elya (30 sal.) ; ravalement Styl Façade (30 sal.), étanchéité Rousseau (30 sal.).; nettoyage HPS (50 sal.); transports des Autocars du Cambrésis (100 sal.)

Caudry a absorbé en 1964 sa voisine Audincourt, qui avait alors 180 hab. De 3 000 hab. dans les années 1830, la population de Caudry est montée à 9 900 hab. en 1900, et a crû ensuite plus modérément, culminant à 14 100 hab. (sdc) en 1982 avant de baisser un peu puis de se stabiliser; elle aurait regagné 900 hab. de 1999 à 2010. Le maire est depuis 1995 Guy Bricout, divers droite, également conseiller général, qui a succédé à des maires socialistes. Caudry est le siège de la communauté de communes du Caudrésis et du Catésis, qui associe 36 communes et 54 600 hab. L’Insee attribue à Caudray une «unité urbaine» de 18 200 hab., de même taille que l’«aire urbaine».


Villers-Outréaux

2 200 hab. (Villersois), 709 ha, commune du département du Nord dans le canton de Clary, 10 km au SO du chef-lieu, limitrophe du département de l’Aisne. Elle reste fidèle à la tradition textile du Cambrésis avec les ateliers de broderies Potencier (65 sal.), Lefèvre (40 sal.), Guégain (35 sal.), Bontemps (20 sal.), Dessennes (20 sal.) et une Maison de la Broderie. Elle accueille un collège privé et un Intermarché (40 sal.). Elle avait 2 300 hab. au début du 19e s., plus de 3 000 hab. en 1876 et à nouveau en 1911; descendue à 2 100 hab. vers 1950, sa population est remontée à 2 700 en 1975 mais décline depuis.


Walincourt-Selvigny

100 hab. (Walincourtois), 1 507 ha dont 189 de bois, commune du département du Nord dans le canton de Clary. Elle résulte d’une fusion de 1972. Walincourt est à 6 km à l’ouest de Clary sur la route de Cambrai à Bohain-en-Vermandois (D 960), Selvigny à 1 km au nord-est et n’avait alors que 350 hab. ; commune associée, elle en a 340 en 2006. La commune a préservé le bois du Gard ; elle contient le château de Sorval, un moulin à vent du 15e s. restauré récemment (moulin Brunet), un cimetière allemand. Elle accueille un collège public et un atelier de broderie Leveaux (30 sal.). Les deux communes totalisaient 3 600 hab. en 1876 et leur population diminue depuis ce maximum ; elles avaient 2 400 hab. au moment de la fusion.