Canton de Laventie

Laventie

4 900 hab. (Laventinois), 1 813 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l’arrondissement de Béthune, 18 km NNE de celle-ci. La petite ville s’organise en croix, à 2 km au sud de la rive droite de la Lys ; mais l’habitat s’étire le long des chemins, notamment de la route de Béthune à Armentières (D 171), rectiligne dans sa traversée de la commune par le hameau de Fauquissart, qui fut intégré en 1790. Elle a un collège public et un privé, une grande maison de retraite (Maison Saint-Jean), une base de loisirs et le Jardin de la Paix ; fabrique de chaussures Berthier (50 sal.)., négoce interentreprises Approstock (35 sal.), plomberie CGP (40 sal.), installations thermiques Annaloro (45 sal.), nettoyage Sogepro (60 sal.); transports Joveneaux (30 sal.). La commune avait déjà plus de 4 000 hab. au début du 19e s. ; sa population est montée à 4 400 en 1861 ; elle a fléchi jusqu’à 2 800 hab. dans l’entre-deux-guerres, puis a augmenté jusqu’en 1990. Elle a encore gagné 450 hab. de 1999 à 2010.

Le canton a 18 800 hab., 6 communes, 7 054 ha; il est curieusement disposé: il s’enfonce vers le nord-est dans le département du Nord, qu’il réduit ainsi à une extrême étroitesse devant Armentières, et il est formé de deux parties séparées, la commune de Lestrem étant à part à l’ouest. C’est en partie un héritage de l’ancien pays de l’Alleu, qui avait un statut de terre franche sous la tutelle de l’abbaye de Saint-Vaast et dont Laventie était le chef-lieu.

Ce canton associe au nord deux communes de plus de 2 000 hab., Sailly-sur-la-Lys et Fleurbaix, au sud les deux petites communes de Neuve-Chapelle (1 400 Neuve-Chapellois, 186 ha), très peu étendue, 5 km au sud du chef-lieu, et de Lorgies (1 500 Lorgiens, 684 ha), étirée du nord au sud et dont le village est à 8 km au sud de Laventie, augmenté du hameau au Bourg au sud, proche de La Bassée. Toutes deux sont limitées à l’ouest par la route rectiligne de La Bassée à Estaires (D 947). La population de Lorgies, qui avait baissé de 1843 (plus de 1 400 hab.) aux années 1930 (750 hab.) puis lentement augmenté, a fait un bond de 450 hab. entre 1999 et 2010 hab. soit +38%; nettoyage Jet Inter (30 sal.), entreposage STDN (25 sal.). Neuve-Chapelle, qui n’avait plus que 420 hab. en 1936, a fait encore mieux, gagnant 400 hab. de 1999 à 2010, soit +42% !


Fleurbaix

2 750 hab. (Fleurbaisiens), 1 286 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Laventie, 5 km au NE du chef-lieu, à 5 km au SO d’Armentières ; plusieurs cimetières britanniques et mémorial australien; charcuterie Herreng (35 sal.), négoces de matériaux Wolseley-Réseau Pro (60 sal.), de quincaillerie Zobel (50 sal.); constructions Bâti-Concept (30 sal.), travaux publics STIM (35 sal.), transports Slembrouck (240 sal.). Fleurbaix était depuis longtemps un gros bourg, qui avait plus de 3 000 hab. dans la première moitié du 19e s. ; puis sa population a diminué, passant au-dessous de 1 500 hab. entre 1920 et 1970, avant de connaître une nouvelle croissance, dont 220 hab. de plus entre 1999 et 2010.


Lestrem

4 300 hab. (Lestremois), 2 115 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Laventie, 8 km à l’ouest du chef-lieu, dont elle est séparée par l’extension méridionale de la commune d’Estaires (département du Nord). Lestrem, qui fut détruite en 1918, est sur la rive gauche de la Lawe, peu avant son confluent avec la Lys. Son finage est sillonné de canaux, et contient à l’ouest les hameaux de la Fosse et de Paradis ; dans celui-ci, les SS ont exécuté une centaine de soldats anglais en mai 1940. Lestrem conserve une église classée du 15e s. et le château du Rault (19e s., restauré) ; maison de retraite. L’aérodrome de Merville-Calonne déborde largement sur la commune au nord-ouest.

L’énorme fabrique de produits amylacés du groupe Roquette (2 800 sal.) est installée au nord de la commune, au bord de la Lys canalisée et de la voie ferrée. L’entreprise, qui reste familiale, a été créée en 1933 et emploie 6 000 personnes pour un chiffre d’affaires de deux milliards d’euros ; elle affiche 650 produits, de l’alimentation à la pharmacie et à la papeterie ; elle se dit premier producteur mondial de polyols (dont le sorbitol). Elle a quatre usines en France, quatre dans d’autres pays de l’Union européenne, trois en Chine, Corée et aux États-Unis. Le siège et le principal centre de recherche sont à Lestrem.

Lestrem a égalementun atelier de plastiques Jouvence (65 sal.), les transports Royer et Gallet (60 sal.). La population de la commune a assez peu varié : 3 200 hab. au début du 19e s., 3 400 autour de 1860, 2 300 au minimum de 1836 et une croissance inégale ensuite; elle s’est accrue de 440 hab. entre 1999 et 2010.


Sailly-sur-la-Lys

4 200 hab. (Saillisiens), 970 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Laventie, 5 km au nord du chef-lieu sur la rive droite de la Lys à 10 km au SO d’Armentières. Elle faisait jadis partie du pays de l’Alleu, et a pour géant le Viking Odin. Elle conserve la maison de la Prévôté (16e et 18e s.), un haut clocher-tour fortifié, et poursuit une tradition textile. Plusieurs entreprises y sont installées: filature de lin Safilin (210 sal.), à la famille Salmon depuis 1778, qui a une linière à Boubers-sur-Canche et deux usines en Pologne; usines d’ennoblissement textile Feutrie (100 sal.) et HG Barbry (30 sal.) ; métallerie Lubing (30 sal.), transports Sitra (120 sal.) Lys (30 sal.), travaux publics Tech Sub (30 sal.). La commune avait déjà 2 400 hab. dans la première moitié du 19e s., est montée à 3 000 en 1868 puis est descendue à 2 000 dans l’entre-deux-guerres et jusqu’en 1975 ; elle a connu une forte croissance au cours des années 1980 puis le nombre des habitants s’est stabilisé; il a crû de 120 hab. entre 1999 et 2010.