Canton d'Audun-le-Roman

Audun-le-Roman

2 500 hab. (Audunois), 757 ha, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Briey, 17 km au nord de Briey. Un nœud ferroviaire à 5 branches sur la ligne Valenciennes-Thionville en avait fait une ville de cheminots; elle a un collège public, une petite fabrique d’appareils de manutention (Sfamac, 20 sal.). La commune n’était encore peuplée que de 520 hab. en 1900; elle est passée à 2 700 dans les années 1930 et a culminé à 2 900 en 1954; descendue à 2 100 hab. en 1999, elle a regagné 400 hab. depuis. «Le Roman» signifie que l’on y parlait le français, par opposition à Audun «le Tiche» (le tudesque). La ville est le siège de la communauté de communes du pays Audunois (14 communes, 8 500 hab.).

Le canton a 20 200 hab. (19 200 en 1999), 25 communes, 20 140 ha dont 3 360 de bois; il est limitrophe des départements de la Meuse et de la Moselle. Tout au nord, Crusnes (1 640 Crusnois, 606 ha), 4 km au sud de Villerupt, a un échangeur de la N 52 et une ancienne cité minière; elle eut 300 hab. en 1900, 2 600 au maximum de 1962. Sa voisine Errouville (790 Errouvillois, 513 ha dont 236 de bois), 6 km au nord d’Audun, contient une autre ancienne cité minière; elle eut 180 hab. en 1931, 1 100 en 1968; elle en a gagné 50 de 1999 à 2008. Serrouville (610 Serrouvillois, 1 557 ha dont 804 de bois), 4 km au nord d’Audun, a gagné 80 hab. dans le même temps; elle accueille l’aérodrome de Villerupt (code LFAW), doté d’une piste en herbe de 660 m et d’un aéroclub.

Mercy-le-Bas (1 370 hab., 823 ha), 13 km ONO d’Audun-le-Roman, est près du confluent de la Crusnes et de la Pienne; la voie ferrée Valenciennes-Thionville y emprunte la vallée de la Crusnes, qui eut des industries (papeterie, draperie et brasserie) dont certains bâtiments sont classés; elle a sa cité ouvrière, et abrita 400 hab. dans les années 1920, plus de 1 900 en 1962.

Beuvillers (320 Beuvillerois, 595 ha), 2 km au NE d’Audun, conserve une métallerie (Lefèvre, 50 sal.). Sancy (350 Sancéens, 1 319 ha), 3 km SSE du chef-lieu, héberge les transports par cars Géron (35 sal.) et dispose d’une bifurcation ferroviaire. Le sud du canton a été très marqué par les mines de fer: tout un ensemble a fonctionné au sud-ouest autour de Piennes et de communes voisines, au sud à Tucquegnieux, au sud-est à Trieux.


Piennes

2 490 hab. (Piennois), 467 ha, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton d’Audun-le-Roman, 12 km au SO du chef-lieu et 16 km au NO de Briey, à la source de la Pienne qui descend vers la Chiers; un collège public, entreprises de bâtiment De Carli-Givert (revêtements, 20 sal.) et MTP (travaux publics, 30 sal.), supermarché Match (20 sal.). La commune n’avait que 150 hab. au début du 19e s. et fut absorbée par Landres, qui faisait figure de chef-lieu local.

C’est un ancien centre d’extraction du fer, au cœur d’un petit bassin étendu à l’ouest jusqu’à Bouligny (Meuse) et incluant au nord de Piennes la commune de Landres (930 Landrus dont 65 à part, 804 ha), au sud celle de Joudreville (1 230 Joudrevillois, 558 ha), toutes marquées par les cités minières, les affaissements de terrains et la perte des emplois. Mont-Bonvillers (1 010 Montois, 744 ha), nommée Bonviller puis Bonvillers-Mont jusqu’en 1952, et Murville (270 Murvillois, 557 ha) prolongent ce petit bassin vers l’est, où était exploitée la mine de Murville.

Les cinq communes ensemble ont eu 9 500 hab. en 1931 comme en 1954, 7 100 en 1975, mais seulement 5 800 en 1999. Landres avait intégré Piennes de 1811 à 1910; la population des deux réunies était brusquement montée de 430 hab. en 1901 à 1 600 hab. en 1906, avec l’ouverture de la mine; elle était retombée à 720 en 1931 tandis que Piennes dépassait les 4 000. Landres est montée à 1 000 hab. en 1975 et s’est assez bien maintenue à ce niveau jusqu’en 1999, mais a perdu 70 hab. depuis; elle bénéficie de la N 43 de Longuyon à Briey; elle a un lycée professionnel et un Intermarché de 50 sal. Joudreville a gagné 135 hab. entre 1999 et 2005, soit 13%. Joudreville a gagné 150 hab. de 1999 à 2008, Murville 60. Piennes est le siège de la communauté de communes du bassin de Landres (12 communes, 14 600 hab.).


Trieux

2 010 hab. (Triotins), 862 ha dont 265 de bois, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton d’Audun-le-Roman, 6 km SSE du chef-lieu; ancienne mine de fer prolongeant le bassin de Tucquegnieux; bois communaux au sud-est, en continuité avec la forêt de Moyeuvre; publicité Adrexo (65 sal.). La commune avait 3 000 hab. en 1962, 2 300 en 1975; elle agagné 120 hab. de 1999 à 2008.


Tucquegnieux

2 670 hab. (Tucquenois), 916 ha dont 298 de bois, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton d’Audun-le-Roman, ancienne ville des mines de fer à 8 km au NO de Briey, dans la petite vallée du Woigot qui descend vers l’Orne; collège public, ingénierie et fabrique de machines-outils (Lormac, 40 sal.), traiteur (Benière, 20 sal.); la ville avait 5 400 hab. en 1962 et était déjà tombée à 3 900 en 1975; elle a perdu 90 hab. de 1999 à 2008.