Canton de Dieulouard

Dieulouard

4 600 hab. (Déicustodiens), 1 769 ha dont 325 de bois, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Nancy, 20 km NNO de la préfecture sur la rive gauche de la Moselle. La ville est traversée par la N 57 et la voie ferrée vers Metz. Au centre de la ville, orné de belles maisons anciennes, jaillit la source du Chaudrupt et subsistent quelques restes du château seigneurial originel, à laquelle la ville doit son nom, puisque les évêques de Verdun qui en reçurent la propriété la baptisèrent Dieu-le-garde… d’où le nom actuel des habitants, érudit et même un peu précieusement arrangé à partir du latin. L’ancien nom était Scarponne, et reste celui de l’île de Scarponne (ou Scarpone à tort, le nom n’étant nullement italien mais dérivé d’onna, l’eau) où ont été découverts quelques restes de l’ancienne cité des Leuques, l’une des trois principales de la tribu avec Toul et Nassium.

La ville a un musée archéologique (antiquités gallo-romanes) du site de fouilles local; fabrique de matériel agricole Gouvy (Forges de Dieulouard, 40 sal.), métallerie (Elith, 40 sal.); maçonnerie Milandri (40 sal.), travaux publics STPL (40 sal.); collège public. Dieulouard a eu 1 500 hab. en 1846, 2 000 en 1900, 3 000 en 1931 et sa population a culminé à 5 400 hab. autour de 1970; elle diminue depuis, perdant encore 200 hab. entre 1999 et 2008. La ville est le siège de la communauté de communes des vals de Moselle et de l’Esch (7 communes, 6 900 hab.).

Le canton a 19 700 hab., 11 communes, 12 121 ha dont 4 645 de bois; il s’allonge sur la côte de Moselle au nord du chef-lieu, presque étranglé au milieu par la commune de Pont-à-Mousson. Blénod-lès-Pont-à-Mousson est au nord de Dieulouard. Maidières (1 550 Maidiérois, 181 ha) et Montauville (1 190 Montauvillois, 1 619 ha dont 442 de bois) suivent, en banlieue ouest de Pont-à-Mousson. Si la première, dont la population a culminé en 1975 (1 600 hab.), mais a repris 160 hab. entre 1999 et 2008, n’a qu’un petit territoire, la seconde s’étend assez largement dans les bois du plateau de Haye et sa population croît depuis les 650 hab. de 1950, gagnant encore 80 hab. après 1999; un centre administratif de la société Pont-à-Mousson (PAM) à Maidières (25 sal.), une nécropole nationale à Montauville.

Un peu plus loin sur le plateau, 5 km à l’ouest de Montauville, le village de Fey-en-Haye (77 hab., 705 ha dont 271 de bois) a été reconstruit près des ruines de l’ancien village détruit pendant la Grande Guerre. Le village de Norroy-lès-Pont-à-Mousson (1 240 Nogarédiens, 589 ha dont 375 de bois), 13 km au nord de Dieulouard, nommé seulement Norroy jusqu’en 1937, est juché sur la côte au-dessus de la Moselle; beau point de vue à partir du plateau, à 363 m, au-dessus du village. La population communale était seulement de 380 hab. en 1954 et croît encore, gagnant 180 hab. de 1999 à 2008.

Vandières (940 Vandiérois, 1 235 ha dont 377 de bois), en lente croissance jusqu’en 1999 mais qui a 40 hab. de moins en 2008, est à 2 km au nord, au débouché d’un profond vallon que va emprunter la ligne ferroviaire à grande vitesse avant d’aborder le viaduc au-dessus de la Moselle, qui mesurera 1 510 m de long et se tiendra entre 10 et 22 m au-dessus de la vallée. Le site de Vandières a été proposé pour accueillir la gare de Lorraine du TGV; il a été finalement élu par un décret d emars 2011, alors qu’une gare provisoire avait été ouverte en 2007 à Louvigny. La commune a un poste d’interconnexion électrique, et une fabrique de tubes d’emballage du groupe Alcan (Cebal, 110 sal.); échafaudages Antoine (40 sal.), entreprise de bâtiment Maddalon (30 sal.).

Pagny-sur-Moselle est à l’extrémité nord du canton. Juste à l’ouest sur le plateau, Prény (380 hab., 1 509 ha dont 700 de bois) occupe un promontoire avec large panorama, qui conserve quelques ruines d’un ancien château fort (14e-15e s.).


Blénod-lès-Pont-à-Mousson

4 470 hab. (Bellédoniens), 958 ha, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton de Dieulouard, 5 km au nord du chef-lieu et juste au sud de Pont-à-Mousson, sur la rive gauche de la Moselle; N 57 et voie ferrée Nancy-Metz, un collège public. Blénod a une grosse fonderie de fonte du groupe Saint-Gobain (PAM, 500 sal.); négoce de fournitures industrielles BPI (75 sal.), maçonnerie Poletti (35 sal.), boulangerie Royer (20 sal.). Le territoire de la commune déborde à l’est de la Moselle à la faveur d’un ancien méandre qui avait fixé la limite; c’est là qu’a été installée en 1965 la centrale thermique (EDF, 200 sal.), dotée de 4 groupes de 250 MW chacun et desservie par la Moselle canalisée et par une boucle ferroviaire. La cokerie de Blénod a été fermée en 2001.

La population de la commune a augmenté assez régulièrement: moins de 500 hab. vers 1850, 1 000 à la fin du 19e s., 2 900 hab. en 1931, 4 100 en 1975. Mais elle a perdu près de 500 hab. entre le maximum de 1999 et le recensement de 2008. La commune voisine de Jezainville (950 Jezainvillois, 1 818 ha dont 1 383 de bois), dont le village est au débouché de l’Esche juste au SO de Blénod, s’étend largement sur le plateau de Haye dans la forêt domaniale de Puvenelle; elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2008.


Pagny-sur-Moselle

4 180 hab. (Pagnotins), 1 120 ha dont 391 de bois, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton de Dieulouard, 18 km au nord du chef-lieu, sur la rive gauche de la Moselle au pied de l’arrière-côte de Moselle; un collège public, supermarché Carrefour (25 sal.), tuyaux en béton Bonna Sabla (35 sal.). L’usine Mersen, ex-Carbone-Lorraine, occupe 300 personnes; c’est le site historique de l’entreprise, née ici en 1892 sous le nom de Compagnie générale électrique de Nancy pour fabriquer ensuite des moteurs électriques, puis fusionnée en 1937 avec la société parisienne Le Carbone qui fabriquait des balais pour moteurs électriques; le nom de Mersen a été adopté en 2010. Le site de Pagny s’est converti vers le génie chimique (matériaux anticorrosion pour l’aéraulique). La population communale a connu la croissance de 1861 (1 000 hab.) à 1990 (4 200 sdc); elle a encore gagné 80 hab. entre 1999 et 2008.