Canton de Wasselonne

Wasselonne

5 600 hab. (Wasselonnais), 1 500 ha, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l’arrondissement de Molsheim, à l’entrée du défilé de la Mossig, 25 km ONO de Strasbourg sur la N 4. C’est une ancienne ville fortifiée dépendant de Strasbourg depuis 1496, qui fut cité de tanneries et papeteries au 19e s. Située à la limite du Kochersberg, de l’Arrière-Kochersberg et de la Suisse d’Alsace, elle est devenue à la fois un petit centre de services (hôpital local, collège public) et une grande banlieue de Strasbourg. Elle conserve des restes de tours (tour Carré) et murailles, d’anciennes enseignes d’artisans. Trois zones d’activité et un nouveau parc industriel intercommunal des Coteaux de la Mossig (35 ha) y ont été aménagés.

Les établissements sont nombreux mais d’assez petite taille mise à part la grande chocolaterie Egli (410 sal.): douchettes et mitigeurs Zenio (Hans Grohe, Allemagne, 90 sal.), régulateurs de machines Basler Electric (65 sal.); imprimerie Ott (65 sal.); bijoux Pfertzel (Fai’Belle, 60 sal., au groupe Dalloz); détergents Cine (Consortium industriel des nettoyants européens, 45 sal.); plastiques pour bâtiment Actea (45 sal.); palettes et caisses Charles Orth (35 sal.), matériel de conditionnement Copackest (40 sal.), cartonnerie Collin (Lebhar, 35 sal.), articles d’ameublement Alsapan (30 sal.), micrographie Flash Copy (30 sal.); maçonnerie Weiss (40 sal.); supports de publicité CDP (30 sal.).; informatique Quadra (25 sal.), négoce d’appareils de manutention Expresso (45 sal.), de sanitaire Oventrop (30 sal.), de matériel pour l’industrie alimentaire Rondo (20 sal.); supermarché Match (30 sal.).

La ville anime la communauté de communes des coteaux de la Mossig (13 communes, 12 500 hab.) et a le label de «station verte de vacances». Sa population a longtemps assez peu varié: 4 000 hab. au début et à la fin du 19e s., 3 500 en 1954, 4 200 en 1975;; elle a progressé ensuite, mais est restée étale de 1999 à 2007. Le noyau central est sur la rive gauche de la Mossig. Il s’est entouré des grands lotissements de Bubenstein au nord-ouest, Osterfeld à l’est et d’une zone d’activités au bord de la N 4 au nord. La principale zone d’activités est vers l’aval dans la plaine, rive droite, tandis que maisons et activités se mèlent dans la vallée à l’ouest dans les quartiers de Brechlingen, la Blanchisserie ou la Papeterie et du Schnellenmuehle. Le finage s’étend largement dans les champs vers le nord, un peu moins vers le sud dans les bois.

Le canton a 21 200 hab. (20 000 en 1999) et 17 communes sur 15 522 ha (6 440 de bois). Il touche à l’ouest au département de la Moselle. L’extrémité du massif vosgien s’y manifeste par les reliefs boisés, accidentés et attractifs autour de Wangenbourg. La partie centrale est barrée par le petit bloc soulevé du Kronberg ou Marleberg qui domine Wasselonne et Marlenheim, et que traverse en gorge la Mutzig (Kronthal); de l’autre côté de cette barre de relief, Westhoffen, Wangen et Marlenheim jalonnent l’extrémité septentrionale du Vignoble (Cleebourg mis à part). La partie sud-est, agricole et de relief nettement plus calme, correspond à un petit fossé tectonique fermé au SE par un nouveau petit bloc soulevé qui soutient les reliefs couronnés par les ruines du château de Scharrach, au-dessus des gorges de Soultz-les-Bains.


Balbronn

660 hab. (Balbronnais), 1 018 ha dont 179 de vignes, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 7 km au sud de la ville au creux d’un vallon dans le petit fossé à vignes et vergers. C’est un village de tradition viticole avec belles maisons à pans de bois et trois lieux de culte, dont une église protestante romane fortifiée des 11e-12e s., un cimetière également fortifié, et une synagogue de 1895. La population est stable depuis les années 1920, à la moitié du niveau du 19e s. (+ 50 hab. entre 1999 et 2007).


Bergbieten

630 hab., 424 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 8 km au sud de la ville près du défilé de Soultz, dans la vallée du Kehlbach, affluent de droite de la Mossig et le long de laquelle s’étire le finage. Elle a 83 ha de vignes, dont le grand cru de l’Altenberg de Bergbieten (29 ha), au nord de la commune, et l’entreprise paysagère Alsavert (20 sal.). Sa population, longtemps très stable, s’est accrue de 110 hab. entre 1999 et 2007.


Cosswiller

570 hab., 1 575 ha dont 1 262 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 4 km OSO de la ville au pied des Vosges. Le village, de structure assez lâche, s’entoure de vergers et a une église protestante. Le finage s’étend très loin en forêt vers le sud-ouest dans la haute vallée du Sathbach, jusqu’à près de 700 m d’altitude, englobant la forêt de l’Œdenwald et une forêt de la Ville de Strasbourg. Le Sathbach conflue avec la Mossig juste au-delà de la pointe orientale du territoire. Peuplée seulement de 310 hab. en 1968, la commune a gagné 50 hab. de 1999 à 2007.


Dahlenheim

690 hab., 535 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 9 km SSE de la ville. Le village est exposé à l’est de l’autre côté de la butte du Scharrach; vignes (136 ha); la population a augmenté d’une centaine d’habitants entre 1999 et 2007; son minimum avait été atteint en 1990 (470 hab.). Au sud-ouest, le finage atteint le cours de la Mossig près de Soultz-les-Bains; l’usine à chaux Boehm y travaille depuis le 19e s., mais n’a que 4 salariés.


Dangolsheim

640 hab., 447 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 8 km au SSE de la ville au pied du versant nord de la butte de Molsheim dans la dépression drainée par le Kehlbach vers la Mossig. Elle est le siège de la petite communauté de communes des villages du Kehlbach (3 communes, 1 500 hab.) et classée dans les «villages de caractère»; clocher roman.


Flexbourg

470 hab. (450 au recensement complémentaire de 2002), 170 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 8 km au sud de la ville en direction de Mutzig; quelques vignes et vergers, coopérative agricole; la population a augmenté de 70 hab. de 1999 à 2007.


Kirchheim

560 hab., 230 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 5 km au SE de la ville sur la rive droite de la Mossig juste au sud de Marlenheim; gare, emballages plastiques Jaco (50 sal.). Le ban communal dessine une longue queue au-delà de la Mossig vers le sud-est, qui lui donne accès à une partie de la butte viticole d’Am Berg, la queue parallèle d’Odratzheim prenant le reste.


Marlenheim

3 500 hab., 1 459 ha dont 102 de vignes, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 13 km au nord de Molsheim et 21 km ONO de Strasbourg. La bourgade, pittoresque et riche en maisons anciennes, est juste au pied du Marlenberg, à la sortie du défilé de la Mossig (Kronthal), qu’empruntent la N 4 et l’embranchement ferroviaire de Wasselonne. C’est un «village de caractère» avec Théâtre alsacien, collège public; restaurant réputé du Cerf (Husser); grand cru viticole Steinklotz (40 ha), cave et crémant, négoce de vins Arthur Metz (95 sal.). Le bourg, sur la N 4, s’est antouré de lotissements vers le nord, et d’un ensemble d’activités vers le sud dans la plaine de la Mossig. Le finage comprend un morceau de plateau, où le hameau de Goldbuch s’isole drrière le Marlenberg, et s’étend assez largement dans la plaine vers l’est et le sud-est, où est un grand poste électrique.

La commune a aussi une activité industrielle: usine de mobilier de bureau ex-Strafor (Steelcase, 200 sal.), revêtements de sol et meubles en kit EPI (Espace production international, 160 sal.), pâtes alimentaires Heimburger (Grand-Mère, 85 sal.), colles Collano (30 sal.); supermarché Simply (60 sal.), surgelés Toupargel (30 sal.); travaux publics Kieffer (25 sal.). Des sites d’escalade sont fréquentés dans les carrières du Kronthal. La population croît régulièrement depuis les 1 500 hab. de 1962. Marlenheim est le siège de la communauté de communes de la Porte du Vignoble (7 communes, 7 300 hab.).


Nordheim

800 hab., 632 ha, commune du Bas-Rhin au NE du canton de Wasselonne, 2 km au NE de Marlenheim à l’extrémité de la barre du Kronberg; 68 ha de vignes sur le talus du plateau séparent les terroirs de plaine, peu étendus à l’est, de ceux du plateau, plus amples. Elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2007.


Odratzheim

480 hab., 154 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 6 km SSE de la ville; le village est sur la rive droite de la Mossig; sur l’autre rive, le finage monte au sommet de la butte viticole d’Am Berg et s’étiré en queue vers l’est bien au-delà. Sa population a gagné 70 hab. de 1999 à 2007.


Romanswiller

1 300 hab., 1 142 ha dont 589 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 4 km à l’ouest de la ville, au confluent de la Mossig et du Sommerau. La commune, résidentielle et touristique, riche en vergers, a un village compact qui s’est complété d’ailes des deux côtés de la Mossig à sa sortie du massif vosgien. Son finage mord largement sur celui-ci à l’ouest, de part et d’autre de la vallée encaissée de la Mossig. Il offre grotte et cascade, deux églises, une zone artisanale; les restes d’un ancien dépôt de munitions, desservi par voie ferrée à l’orée des bois, sont devenus propriété communale. Jadis, une voie ferrée menait au Donon; un petit train touristique vers Molsheim a fonctionné quelques étés, mais les lignes sont fermées. Une Voie Verte est censée les suivre entre Molsheim et Wasselonne.


Scharrachbergheim-Irmstett

1 200 hab. dont 60 à part, 322 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, sur la rive gauche de la Mossig. Le village est dominé par la butte qui porte les ruines du château de Scharrach, une forteresse à douves restaurée aux 18e et 19e s. La commune inclut à l’ouest, de l’autre côté de la Mossig, l’ancien village d’Irmstett, absorbé en 1974; 115 ha de vignes; institution pour enfants, atelier de mécanique Viola (25 sal.); la casserie d’œufs Socalvo (Société alsacienne d’ovoproduits, 40 sal. a fermé en 2010. La population a augmenté entre 1968 (640 hab.) et 1990, et gagné une centaine d’habitants de 1999 à 2007.


Traenheim

660 hab., 310 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 6 km SSE de la ville. Elle cultive 95 ha de vignes (43% de riesling, 30 de gewurz) dont une fraction du grand cru de l’Altenberg de Bergbieten. Sa cave coopérative du roi Dagobert (1951) est considérée comme la plus grande d’Alsace (318 adhérents, 700 ha); quelques ateliers dont une ébénisterie; ancien grenier-synagogue en cours de rénovation, cave vinicole. Le finage se partage entre collines viticoles et, au nord, la petite plaine du Kobach. La commune a gagné une centaine d’habitants. entre 1999 et 2007.


Wangen

720 hab., 387 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, à l’ouest de Marlenheim au débouché du délilé de la Mossig; institution pour enfants, restes de fortifications; on y cultive 87 hae de vignes. La population augmente depuis 1968 (570 hab.). Le village se serre au pied de la butte du Wangenberg (387 m), qui est en entier dans son finage, et partage avec Marlenheim le défilé du Kronthal.


Wangenbourg-Engenthal

1 400 hab., 3 152 ha dont 2 476 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 13 km à l’ouest du chef-lieu, limitrophe du département de la Moselle et drainée par la Mossig. La fusion date de 1974, Wangenbourg n’apportant guère que 200 hab. au millier d’Engenthal mais prenant la tête du nom en raison d’une plus grande notoriété. La population a augmenté de près de 200 hab. entre 1999 et 2007. La commune est une «station verte de vacances» bien équipée, qui anime la «Suisse d’Alsace» et lui sert de base touristique; nombreux commerçants, et 300 résidences secondaires.

Le tout petit centre villageois de Wangenbourg est sur un replat vers 450 m, dominé à l’ouest par le lourd relief du Kohlberg que couvre la forêt domaniale d’Engenthal et qui dépasse 800 m. Tout près du village vers l’est sont les ruines d’un château des 13e-14e s. à donjon pentagonal, sur un éperon qui domine le vallon très encaissé de l’Ameisenthal, affluent de la Mossig. Autour, les maisons se dispersent du côté sud dans les hameaux de Schneethal et des Huttes, et de Wolfsthal plus loin au sud. Vers le nord elles s’éparpillent à Engenthal-le-Haut et un peu plus loin, sur les pentes d’ubac de la vallée de la Mossig, à Engenthal-le-Bas. De l’autre côté de la Mossig au nord, s’isole dans une clairière le hameau d’Obersteigen, qui conserve des restes d’un monastère, dont une chapelle de transition romano-gothique.

Le fond de vallée de la Mossig vers l’aval comprend quelques maisons à Steigenbach et, plus loin, le hameau de Freudeneck, dominé par les ruines de son château féodal. La forêt domaniale de la Mossg occupe tout le plateau accidenté à l’est. Vers le sud, le relief s’élève à 961 m au Schneeberg (tour d’orientation) mais reste puissant à l’Umwurf (933 m) et au Baerenberg (967 m) au-dessus des cuves de tête de l’Haslach. À l’extrémité sud-ouest du ban près de la source de la Mossig se tiennent dans de petites clairières les hameaux de Windsbourg à la limite du département, et des Fermes du Schneeberg. Tout ce territoire est apprécié pour ses rochers de grès et ses panoramas; le site de Dabo est à proximité, des pistes de ski nordique sont balisées.


Westhoffen

1 600 hab., 2 065 ha dont 979 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Wasselonne, 3 km au sud de la ville. Le village est entouré de vignes (178 ha) et de vergers, au pied du talus vosgien que couvre la forêt communale, et classé parmi les «villages de charme» et les «villages de caractère». Il a conservé des restes de remparts et de tours, une église-halle luthérienne des 13e-14e s., très remaniée au 19e, une synagogue de 1865; château de Rosenbourg et musée des traditions judaïques. Le village est longé au sud par le Kobach, affluent de gauche de la Mossig de tracé ouest-est; un petiti faubourg est sur la rive gauche. Le ban communal s’étend assez largement à l’ouest sur la plateau boisé, qui porte la forêt de Westhoffen et monte à 512 m au sud-ouest. La commune a eu 2 200 hab. vers 1810, et seulement 1 300 vers 1970.