Canton de Rouffach

Rouffach

4 900 hab. dont 250 à part, 4 005 ha dont 1 435 de bois, chef-lieu de canton du Haut-Rhin dans l’arrondissement de Guebwiller, 9 km au NE de celle-ci et 17 km au sud de Colmar sur la Lauch. L’ancienne Rubiacum est réputée tirer son nom d’une source d’eau ferrugineuse, mais le doit plutôt simplement au patronyme latin Rubius: le suffixe -acum n’a en principe rien à voir avec l’eau mais est un simple locatif («chez»). Rouffach avait déjà 3 700 hab. en 1881 et elle a atteint son maximum en 1968 (5 050 hab.) mais sa population diminue depuis. C’est une bourgade du piémont viticole, dans l’orbite de Colmar, cultivant 134 ha de vignes dont le grand cru Vorbourg (73 ha).

Le centre-ville, qui fut fortifié, s’inscrit dans une ellipse de boulevards et ne manque pas d’atouts touristiques: belle place centrale renaissance, église du 12e-13e s. en grès jaune, halle au blé et tour des Sorcières, maisons anciennes; parc à cigognes, musée historique du Bailliage de Rouffach, festival de musique, foire écobiologique. Le château d’Isenbourg, reconstruit au 19e s., est devenu une hôtellerie (60 sal.); le restaurant Bohrer (Ville de Lyon) emploie 40 personnes. Rouffach est aussi le pays natal du maréchal Lefebvre (François-Joseph, 1755-1820), qui épousa une autre Alsacienne, la future Madame Sans-Gêne, née à Goldbach-Altenbach.

La ville est équipée de collèges public et privé, d’un lycée agricole et viticole avec centre de formation professionnel agricole et centre de formation d’apprentis, ainsi que d’une gare et d’un gros centre hospitalier, spécialisé en psychiatrie et distribué en pavillons, au sud-ouest du bourg. Elle est en outre un centre industriel: à la grosse usine d’équipement automobile Behr de Stuttgart (climatisation, 1 200 emplois) s’ajoutent le laboratoire Forenap (160 sal., pharmacie),la briqueterie de Rouffach (30 sal.), l’imprimerie Europimprim (30 sal.) et le routage de l’Européenne d’envois (40 sal.), les transports Bass (45 sal.); Intermarché (60 sal.), gardiennage Cobra (190 sal.); pépinières Gissinger (45 sal.).

La voie rapide (D 83) contourne la ville par l’est tout en laissant à l’extérieur la voie ferrée et la gare, ainsi que le principal parc d’activités, qui est de l’autre côté du cours de la Lauch. Vers l’est, le finage se déploie largement dans la plaine, englobant le hameau de Judenmatt (le pré aux juifs) et atteignant le cours de la Vieille Thur mais en s’arrêtant à l’orée des bois de son ried. Vers l’ouest, le finage se limite aux basses collines viticoles; il va assez loin vers le sud-ouest sur le Bollenberg; contenant ainsi le débouché de la vallée de l’Ohmbach dans la plaine, où s’aligne une série d’anciens moulins. Toutefois, Rouffach dispose plus à l’ouest d’une grande enclave en montagne, entre les bans de Soultzmatt et de Wassenbourg; boisé, le relief y atteint 943 m au Rundkopf.

Le canton a 12 400 hab. (11 400 en 1999), 8 communes et 11 388 ha dont 5 041 de bois. Il s’étend en partie dans les Vosges, assez basses ici, autour de Soultzmatt, sans atteindre tout à fait le Petit Ballon. Dans la partie orientale (vignoble et plaine), Rouffach et Gundolsheim sont hors du Parc des Ballons et accompagnent la vallée sud-nord de la Lauch. Une communauté de communes du pays de Rouffach associe 4 communes (7 000 hab.), ayant ensemble le label «station verte de vacances»; les trois autres sont Pfaffenheim, Gueberschwihr et Hattstatt.


Gueberschwihr

850 hab., 891 ha dont 559 de bois et 204 de vignes, commune du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 6 km au NNO du chef-lieu, dans le Vignoble et le Parc régional. Le village a un très beau clocher roman de 36 m, des maisons renaissance, un musée municipal. Alentour, sites d’escalade et de vol libre, grand cru Goldert (45 ha) et coopérative vinicole; château avec parc romantique. Il est classé dans les «villages de charme»; mais sa population a fortement diminué depuis le milieu du 19e s. où elle était montée à 1 800 hab.; le minimum a été atteint en 1990 (700 hab.). Le finage s’étend loin vers l’ouest où il s’étire entre ceux de Hattstatt au nord et Pfaffenheim au sud, atteignant 820 m. Il y cache le couvent Saint-Marc au creux d’un vallon encaissé; d’origine bénédictine, plusieurs fois ruiné et refait, notamment au 18e s., il abrite depuis 1868 des sœurs charitables joséphines. À l’est, le ban dépasse un peu la N 83


Gundolsheim

720 hab., 822 ha dont 120 de bois, commune du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 3 km au SE de la ville, en plaine sur la rive gauche de la Lauch, au débouché de la «Vallée Noble». Elle a gagné une centaine d’habitants de 1999 à 2007. Son finage comprend à l’est une forêt communale.


Hattstatt

870 hab., 598 ha dont 224 de bois et 68 de vignes, commune du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 7 km au nord du chef-lieu dans le Vignoble et le Parc régional, au bord de la Lauch. Elle partage avec Vœgtlinshoffen le grand cru Hatschbourg (47 ha); traces de fortifications et restes romains, maisons renaissance; rencontre annuelle de vieux tracteurs. La population a repris depuis le creux des années 1950 et 1960 (610 hab.) et s’est accrue de 80 hab. entre 1999 et 2007. Le finage comprend une petite partie de plaine au bord de la Lauch, le vignoble sur les basses collines juste au ras du village; puis il s’étrangle sur quelques décamètres au passage des collines sous-vosgiennes entre Gueberschwihr et Vœgtlinshoffen, mais s’allonge ensuite loin sur le relief vers l’ouest, où il atteint 816 m et englobe la forêt communale de Hattstatt et le domaine de Truchsess, qui porte le nom d’une ancienne famille suisse de Rheinfelden qui fut titulaire de la seigneurie.


Osenbach

910 hab., 560 ha dont 250 de bois, commune du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 10 km ONO en montagne, et au sein du Parc régional des Ballons, dans une clairière forestière à vergers au fond de la Vallée Noble; observatoire de la Société astronomique du Haut-Rhin; on y a exploité cuivre et argent jusqu’en 1850. Le village se double d’extensions au sud (Heidenberg) et surtout vers le nord-ouest où s’est épanoui le hameau de Waldacker, et où le relief monte à 738 m à la Borne Jaune. Sa population s’est accrue de 60 hab. entre 1999 et 2007.


Pfaffenheim

1 400 hab., 1 457 ha dont 823 de bois et 356 de vignes, commune du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 3 km au nord de la ville dans le Vignoble et le Parc régional des Ballons; cave vinicole coopérative depuis 1957 (240 ha, avec Gueberschwihr), moules ATN-Varotto (20 sal.). Un beau panorama se contemple de la chapelle du Schauenberg. Le village est au pied des collines sous-vosgiennes et son habitat s’est étendu dans la plaine jusqu’au tracé de la voie rapide D 83 (ex-N 83). La population est assez stable depuis longtemps, après être passée de 1 700 hab. en 1881 à 1 100 entre les deux guerres; elle a toutefois gagné plus de 150 hab. de 1999 à 2007.

Le finage dépasse à l’est le cours de la Lauch, mais sans atteindre la voie ferrée. Les vignes sont sur les basses pentes, y compris à l’est du village, tandis que les collines sont en partie boisées. L’escarpement oriental des Vosges, au dessin rectiligne, dépasse ici 500 m d’altitude. Le finage s’étire très loin vers le nord-ouest sous la forêt communale de Pfaffenheim, englobe le hameau d’Osenbuhr, culmine au Pfaffenheimkopf à 843 m et redescend jusqu’à la vallée du Krebsbach, affluent de droite de la Fecht.


Soultzmatt

2 300 hab., 1 957 ha dont 1 135 de bois et 252 de vignes, commune viticole du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 5 km à l’ouest du chef-lieu et 11 km au nord de Guebwiller, dans une échancrure du rebord des Vosges (Vallée Noble). La population est stable depuis la guerre. Quelques monuments se visitent: menhir de Langenstein, château de Wagenbourg, chapelle de Schaeferthal; la commune contient le grand cru Zinnkoepflé (68 ha); une fonderie de jantes en aluminium (SRF, 150 emplois); entreprise de spectacles Prodiv (35 sal.). Deux sources minérales sont exploitées: Nessel, depuis 1853 (pétillante, mais de faible production); Lisbeth, depuis 1922 (30 millions de bouteilles par an, moitié à la commune et moitié au groupe suisse Rivella, 35 sal.). De la source Lisbeth sort désormais une production d’Elsass Cola, imitation du Coca-Cola, qui vise 500 000 bouteilles par an…

Le territoire communal s’étend vers l’ouest, englobant l’ancien village de Winzfelden (musée lapidaire, ancienne mine de fer) et la plaine rectangulaire qui l’entoure, où se trouve aussi au sud le petit hameau de Thannwiller. Elle correspond à un petit fossé tectonique entre le massif ancien à l’ouest et un bloc de terrains triasiques à l’est, qui la sépare du bourg de Soultzmatt, porte la forêt communale de Soultzmatt et forme trois grosses collines distinctes. Le finage ne monte guère, au-delà, vers la montagne, où se déploie l’enclave de Rouffach. La pointe sud-ouest de la commune atteint toutefois 735 m sur les reliefs boisés qui encadrent ce bassin. Le col de Bannstein (483 m), au sud, donne accès à Buhl et au Florival. La ville est le siège de la communauté de communes du canton de Soultzmatt dite aussi de la Vallée Noble (4 400 hab., 4 communes), depuis 1993, avec label «station verte de vacances».


Westhalten

930 hab., 1 098 ha dont 495 de bois et 297 de vignes, commune du Haut-Rhin dans le canton de Rouffach, 3 km à l’ouest de la ville juste en aval de Soultzmatt, dans le Vignoble et le Parc régional (Vallée Noble). C’est un village viticole intéressant, avec un sentier botanique et viticole sur la colline du Strangenberg, qui domine Rouffach; il a une part des grands crus Vorbourg et Zinnkoepflé et accueille l’auberge du Vieux Pressoir (30 sal.). Le village est un peu en retrait du cours de l’Ohmbach au pied du relief, côté nord, mais les habitations se sont largement dispersées dans la petite plaine. Le finage s’étend des deux côtés de la vallée, beaucoup plus au nord qu’au sud. Il comprend en outre une extension vers le nord-ouest sur les reliefs que couvre la forêt communale et où l’altitude atteint 575 m à la limite du ban de Pfaffenheim. La population augmente un peu (690 hab. en 1962); elle s’est accrue de 110 hab. entre 1999 et 2007.