Canton d'Hérimoncourt

Hérimoncourt

4 000 hab. (Hérimoncourtois), 729 ha dont 373 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l’arrondissement de Montbéliard, 15 km au SE de celle-ci au fond de la vallée du Gland, petit affluent du Doubs. La ville a un collège public, trois instituts médico-éducatifs, un musée Roger Comte, dans la maison du peintre contemporain. La population communale a assez peu varié depuis 1900 (3 700 hab.) mais a progressé depuis les 3 000 hab. de 1936-1950.

C’est le pays d’origine de la famille Peugeot, dont l’activité a commencé au moulin de Sous-Cratet en 1810. Le groupe y avait une fabrique d’outillage électroportatif (FOE, 300 sal.), issue de l’usine d’outillage à main de Terre-Blanche, apparue en 1833; mais il s’est dégagé de cette activité dès 1981; elle a été cédée à Stayer, puis au groupe germano-bulgare Sparky, avant d’être finalement liquidée en 2001. Une autre usine de même taille, apparue en 1062, a été consacrée à la rénovation de moteurs puis, par Faurecia, filiale de PSA, aux filtres et échappements (Mécanique et Environnement, 270 sal.); elle a été reprise directement par Peugeot (PSA) en 2011.

Le canton, limitrophe de la Suisse et du Territoire de Belfort, a 16 600 hab. (15 700 en 1999), 15 communes et 9 900 ha dont 4 343 de bois, s’étend sur le plateau, d’Audincourt au Lomont. Près d’Audincourt, Seloncourt en est la commune la plus peuplée. Abbévillers (1 050 hab., 1 118 ha dont 375 de bois) est une assez grande commune du plateau à l’est du chef-lieu, frontalière de la Suisse, qui a gagné 150 hab. de 1999 à 2008; site de la source de la Doue tout au sud.

Au sud d’Hérimoncourt, à 3 km dans la vallée du Gland, Meslières (360 Meslièrois, 299 ha) a également quelques ateliers (décolletage, mécanique) dont la fabrique d’outillage à main FMX (55 sal.). Glay (340 Lyais, 649 hab. dont 321 de bois) est dans la vallée du Gland, au confluent des vallons de la Doue qui vient de l’est et de la Creuse qui descend de l’ouest; l’industriel Jeanperrin s’y illustra au 19e s.; la commune est frontalière et propose un centre de rencontre avec maison familiale de vacances.

À 9 km SSO du chef-lieu, mais sur le plateau à 550 m, Blamont (1 130 hab., 1 006 ha dont 427 de bois) a des grottes et un collège public, ainsi que le siège de la communauté de communes des Balcons du Lomont, qui associe 12 communes et 5 900 hab.; maison de retraite dans l’ancien fort de Blamont, sur un éperon vigoureux à l’est du village, au-dessus de la vallée de la Creuse, qui descend vers le Gland. Villars-lès-Blamont (460 hab., 695 ha dont 301 de bois) est une autre commune frontalière au sud-est de Blamont, sur le plateau.

Au SO du canton, Autechaux-Roide (600 Autechaliens, 656 ha dont 280 de bois), dont le nom s’est allongé en 1922, marque ainsi qu’elle ajoutait, à un petit village de plateau Autechaux, le hameau de Roide et sa coulée industrielle dans le profond vallon de Roide, affluent du Doubs qui la soude à l’agglomération de Pont-de-Roide; fabrique Zurflüh-Feller (mécanismes de volets roulants, 290 et 40 sal.) et atelier Cerf (décolletage, 25 sal.). La commune a gagné 40 hab. de 1999 à 2008.


Seloncourt

6 100 hab. (Seloncourtois ou Cossis), 792 ha, commune du département du Doubs dans le canton d’Hérimoncourt au NO du chef-lieu dans la vallée de la Creuse, juste au sud d’Audincourt. Ville industrielle et ouvrière, mais enrichie d’anciennes belles demeures patronales, elle s’est équipée d’un centre culturel et tient un salon d’art annuel; un collège public, un lycée professionnel privé, un institut médico-éducatif. Seloncourt, qui n’avait que 450 hab. au début du 19e s., est passée à 3 600 à la fin, puis a poursuivi sa croissance durant tout le 20e s., passant le cap des 5 000 dès 1965; elle s’est accrue de 210 hab. entre 1999 et 2008.

Une tradition de culture de citrouilles donne lieu à des compétitions et fonde un gentilé-sobriquet, les Cossis, du nom local du légume. La commune abrite le centre technique Faurecia (sécurité automobile, échappements) associé au site industriel d’Hérimoncourt, et plusieurs usines et ateliers: maroquinerie de La Manufacture de Seloncourt (240 sal.), traitement de surfaces Zindel (groupe Galvanoplast, 90 sal.), décolletage Halberg Précision (20 sal.); installations électriques Eimi Elec (30 sal.); école du Football-Club de Sochaux (30 sal.) dans un ancien château Peugeot; transport de voyageurs Doillon (25 sal.). Le château Boname est celui d’un patron horloger du 19e s.