Canton de Valensole

Valensole

2 400 hab. (Valensolais), 12 777 ha dont 3 758 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-de-Haute-Provence dans l’arrondissement de Digne-les-Bains, 45 km au SO de la préfecture, à 595 m, sur un éperon de confluence entre deux vallons supérieurs de la rivière de Laval, qui rejoint le Verdon à Gréoux-les-Bains. Ancienne étape de transhumance sur un «chemin d’Arles» entre Crau et montagne, le bourg a un hôpital local (85 lits, mais aucun médical), des coopératives céréalière et de plantes à parfums, un musée vivant de l’abeille et du miel, une maison de la lavande, un centre naturiste, mais pas de collège; l’église est en partie des 11e et 13e s. Le finage s’étend très largement sur le plateau de Valensole, mais atteint aussi à l’ouest la plaine de la Durance et la rivière; quelques hameaux longent le talus qui domine la plaine. La population communale a évolué entre un maximum de 3 500 hab. en 1831 et un minimum de 1 700 en 1975. Elle augmente sensiblement depuis cette date et s’est accrue de 260 hab. entre 1999 et 2005.

Le canton a 4 900 hab., 4 communes, 24 679 ha dont 13 106 de bois. Brunet (220 Brunetois, 2 847 ha dont 622 de bois) est une petite commune à 8 km au NE de Valensole; le village, à 425 m, est en espalier sur le talus d’ubac qui domine la vallée de l’Asse et conserve quelques ruines d’origine médiévale; maison de produits du pays, sous l’égide du Parc du Verdon. Saint-Martin-de-Brômes (410 Saint-Martinômes, 2 109 ha dont 1 326 de bois) est à 14 km au sud de Valensole, au bord du Colostre, petit affluent de droite du Verdon; église romane du 12e s., avec tour du 13e s. abritant un musée archéologique, nombreuses maisons anciennes de belle qualité. La commune a eu plus de 500 hab. dans la première moitié du 19e s., 170 en 1962, a gagné une cinquantaine d’habitants de 1999 à 2004 et réunit 180 résidences secondaires. Gréoux-les-Bains est au sud du canton dans la vallée du Verdon.

Le plateau de Valensole s’étend sur 30 km d’ouest en est et sur 35 km du nord au sud entre les vallées de la Bléone et du Verdon et déborde même un peu la Bléone au nord; ses altitudes se relèvent vers l’est, où il domine par un haut talus la dépression de Moustiers-Sainte-Marie et le lac de Sainte-Croix. Il est formé par un entassement de cailloutis et de molasses miocènes, dans un fossé d’effondrement en bordure des Préalpes de Provence, relevé ensuite quelque peu par les mouvements du Pliocène. Il est divisé en deux parties par la vallée encaissée de l’Asse; la partie méridionale est sillonnée par une série de petites rivières NE-SO, dont la principale est le Colostre, qui passe à Riez. Partagé entre les deux cantons de Valensole et de Riez au sud, des Mées et de Mézel au nord, il est principalement cultivé en céréales, vergers et en lavandes mais porte aussi des pacages à moutons, surtout vers l’est. Une «petite région agriole» de la nomenclature porte le nom de plateau de Valensole.


Gréoux-les-Bains

1 900 hab. (Gryséliens), 6 946 ha dont 4 400 de bois, commune du département des Alpes-de-Haute-Provence dans le canton de Valensole, 21 km au SO du chef-lieu; à 400 m. La bourgade est à la tête d’une petite plaine où s’élargit la vallée du Verdon après le confluent de la Colostre et au débouché du ravin de Laval. Le vieux village s’étage en adret sous les ruines de l’ancien château des templiers (13e au 15e s.) qui couronne la colline; il a des restes de remparts du 13e s. et du 16e s., ruelles et passages couverts. La population communale, d’environ 1 400 hab. dans la première moitié du 19e s., était descendue à 830 à son minimum de 1926; elle a augmenté régulièrement ensuite et a fait un bond de 540 hab. entre 1999 et 2006 (+28%), élevant le nombre d’habitants à plus de 2 500. La commune enregistre en outre 2 700 résidences secondaires (1 100 résidences principales).

La station thermale étend au pied ses parcs arborés; elle propose des eaux sulfurées à 26 000 curistes (510 000 nuitées), soit bien plus que Digne-les-Bains. L’établissement appartient à la Chaîne thermale du Soleil et occupe 260 salariés; Grand Casino (35 sal.) du groupe Partouche et Grysélienne d’Hôtellerie (20 sal.), un village de vacances. Gréoux est «station verte de vacances» et offre aussi un centre de loisirs, ainsi que plusieurs musées: provençal (La maison de Pauline), miniatures, poupées et jouets (le Petit monde d’Émilie), santons (Crèche de Haute-Provence), vitrail et mosaïque.

Aux alentours du village, le grand château Laval (19e s.), au nord, sert d’hôtellerie et de lieu de rencontres et séminaires. La chapelle des Œufs, au sud, est liée à une ancienne superstition de fécondité. Le finage atteint à l’ouest le cours de la Durance; sur le talus et dans la plaine, le château de Rousset est à la tête d’un domaine viticole de l’aoc pierrevert; hameau de Pontoise, parc animalier domestique à la limite de la commune de Vinon. La mention «les Bains» est de 1923.