Canton d'Orpierre

Orpierre

300 hab., 2 757 ha dont 279 de bois, chef-lieu de canton des Hautes-Alpes dans l’arrondissement de Gap, 67 km au sud-ouest de la préfecture. Le village, «station verte de vacances», est à 700 m dans la vallée du Céans, affluent du Buëch, qui coule 7 km plus à l’est. Il a l’aspect pittoresque de bien des villages provençaux aux maisons anciennes et placette à tilleuls, et accueille un institut médico-éducatif. Son finage atteint au sud la montagne de Chabre (1 279 m), au nord le sommet de Charouille (1 277 m); sites d’escalade et via ferrata au-dessus du village à la Bellerie et au Quiquillon. La commune a eu plus de 900 hab. au début du 19e s., 260 au minimum de 1975.

Le canton a 960 hab., 7 communes, 9 893 ha dont 2 283 de bois; il est limité au sud par le crêt rigide la montagne de Chabre dont l’escarpement regarde vers le nord et qui culmine à 1 352 m aux Espranons. Il n’a que de très petites communes; celles des abords du Buëch, au nord-est, sont les plus étoffées. Lagrand (280 hab., 692 ha dont 211 de bois), à 650 m d’altitude, profite de la confluence du Buëch avec la Blaisance et le Céans et conserve une église romane (12e s.) restaurée, une petite place et des maisons anciennes; elle a reçu le siège de la communauté de communes interdépartementale des Baronnies (16 communes dont 14 dans les Hautes-Alpes, 2 400 hab.). Trescléoux (280 hab., 1 868 ha dont 616 de bois) plus au nord, où la Blaisance sort des reliefs, à 650 m, a une assez large part de la plaine du Buëch; le nom évoquerait trois versants.