Canton de Bédarrides

Bédarrides

5 200 hab. (Bédarridais), 2 479 ha, chef-lieu de canton du Vaucluse dans l’arrondissement d’Avignon, 14 km NNE de la préfecture. Le bourg est au confluent de l’Ouvèze, de la Seille et des deux Sorgues, plus l’Auzon un peu en amont; il offre un pont du 17e s. sur l’Ouvèze à l’emplacement d’un ancien pont romain, une porte de ville; aquarium tropical et musée de la mer; châteaux Monthabor et les Taillades aux environs (19e s.), le premier évoquant une secte qui fit parler d’elle au 18e s. La commune est traversée par le faisceau A 7, N 7 et voie ferrée PLM; vers l’ouest, son finage mord sur le terroir viticole de Châteauneuf-du-Pape; les vignerons de Bédarrides déclarent 315 ha de vignes.

La ville a un collège public et quelques entreprises: aliments du bétail Quesnel (55 sal.) et aliments pour animaux de compagnie Canissimo (30 sal.), conditionnement de boissons à façon Vincypack (45 sal.), nettoyage urbain Onyx (25 sal.). La ville est le siège de la communauté de communes des pays de Rhône et Ouvèze, la plus peuplée du département (6 communes, 36 500 hab.). La population communale avait d’abord culminé à plus de 3 000 hab. dans les années 1860 avant de passer sous les 1 900 hab. dans l’entre-deux-guerres; elle a sensiblement repris ensuite, du moins jusqu’en 1999, mais vient de perdre quelques dizaines d’habitants. Le canton a 36 700 hab., 4 communes, 10 215 ha dont 587 de bois. Les trois autres communes sont Courthézon, Sorgues et Vedène.


Courthézon

5 400 hab. (Courthézonnais), 3 278 ha, commune du Vaucluse dans le canton de Bédarrides, 6 km au nord du chef-lieu. Le bourg est sur la Seille, petite rivière de 13 km qui descend vers l’Ouvèze, et au milieu du faisceau A 7, N 7, voie ferrée PLM. Il a conservé une bonne partie des remparts du 12e s. et une porte de ville, un beffroi du 15e s., et propose une Maison du tourisme et des vins; la mairie occupe un château bourgeois et ses tours du 19e s. (Val-Seille), avec jardin d’hiver et parc; site de village néolithique (5e millénaire) au Mourre de Pradel, restes d’un castrum gallo-romain. Le territoire communal atteint à l’est la rive droite de l’Ouvèze et mord à l’ouest sur les terroirs viticoles de Châteauneuf-du-Pape. La commune a 1 207 ha de vignes et une cave coopérative, et quelques ateliers: chaussures de sécurité Mille (60 sal.), étiquettes 5.7 (40 sal.), brosseries Serda Crescioni (40 sal.) et P. Masquin (35 sal.), engrais Plantin (35 sal.), articles de plastique Copefa (25 sal.); négoce de boissons du Peloux (40 sal.) et supermarché Coccinelle; maison de retraite. Courthézon a eu 3 600 hab. dans les années 1860, 2 800 dans les années 1920 et sa population croît depuis.


Sorgues

17 700 hab. (Sorguais), 3 340 ha dont 326 de bois, commune du Vaucluse dans le canton de Bédarrides, 5 km au SSO du chef-lieu et 9 km au NE d’Avignon. La ville est sur la rive gauche de l’Ouvèze et s’appuie à l’est sur la butte allongée et isolée de la Montagne, au-delà de laquelle son finage atteint la rive gauche de la Sorgue. Elle est encadrée à l’ouest par la N 7, à l’est par l’A 7, et la voie ferrée Paris-Marseille passe au milieu. Le territoire communal est bordé à l’ouest par le Rhône, dont le cours a été rectifié; il inclut ainsi l’île d’Oiselet, dont l’amont est à la hauteur de Roquemaure et où trône le château de l’Oiselet; le château de Guerre est au sud de la commune. Sorgues a deux collèges publics et un privé, un lycée professionnel public, une clinique Fontvert (Capio, 150 sal., 90 lits), et cultive 252 ha de vignes. Le vieux bourg a quelques restes médiévaux, dont une maison de la Reine Jeanne (14e s.); au sud-est, il s’orne du parc du château de Brantes (18e-19e s.).

Sorgues réunit plusieurs établissements de production: raccords en caoutchouc Gripp (150 sal., ex-Fribaud), plastiques Wavin (110 sal.), carton ondulé Seyfert (70 sal.); fabrique d’épices Gyma (60 sal.), de mortiers industriels Weber et Broutin (40 sal.), d’armatures en fil métallique Armasud (40 sal.), de chaudronnerie IMM (Moscatelli, 40 sal.) et CSI (30 sal.). Le secteur tertiaire est largement représenté par les négoces de machines et pièces détachées Haladjian (230 sal.), de jouets Toys R Us (50 sal.), d’ameublement Cem (50 sal.), de produits alimentaires RPDA (40 sal.) et par les magasins Intermarché (50 sal.), Super-U (35 sal.), Leader Price (30 sal.), Conforama (45 sal.); embouteillage ESV (70 sal.), Cave des Papes (Ogier, 45 sal.), surgelés Picard (100 sal.); entreposage frigorifique TFE Avignon (165 sal.) et transports Bourgey-Montreuil (70 sal.), Frigo Transports (60 sal.), TNT (50 sal.), Dupoux (45 sal.); travaux publics Valérian (95 sal.), 4 M Provence (75 sal.) et Colas (45 sal.); pépinières Richard (30 sal.); isolation Kaefer Wanner (85 sal.); Novotel (75 sal.).

Sorgues n’avait que 1 500 hab. au début du 19e s. et a connu une première croissance portant sa population à 4 800 hab. en 1861, avant un creux à 4 000 hab. en 1890; puis la croissance a repris lentement (5 500 hab. en 1936) et s’est accélérée après la guerre: 10 600 hab. en 1962, 17 100 en 1982; le rythme s’est bien ralenti depuis. L’estimation pour 2005 est de 18 100 hab. (sdc).


Vedène

9 000 hab. (Vedènais) dont 380 à part, 1 118 ha, commune du Vaucluse dans le canton de Bédarrides, 8 km au sud du chef-lieu et 9 km ENE d’Avignon. La commune est traversée par l’A 7 et y a un gros échangeur. Le bourg s’orne d’un château du 13e s. sur une butte, une tour de l’horloge (18e s.) et porte-beffroi, une église classée du 18e s. La commune accueille le golf du Grand Avignon (25 sal.) et cultive 170 ha de vignes. Vedène organise un festival folklorique international en juillet et dispose d’un collège public.

Les principaux employeurs sont la chaudronnerie Eftic (40 sal.), un dépôt des gaz industriels de l’Air Liquide (40 sal.), les fabriques d’aliments du bétail de la Continentale de Nutrition (100 sal.) et SFN (30 sal.), l’atelier de mécanique A3M (25 sal.); nettoyage urbain et tri sélectif Novergie (100 sal.); transports TransEuro Route (90 sal.), Daussant (85 sal.) et VTV (35 sal.). Vedène avait 2 200 hab. en 1872, moins de 1 600 trente ans après; elle a retrouvé 2 100 en 1954 puis a connu une forte croissance, dont un supplément de 2 000 hab. entre 1990 et 1999.