Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen

Loué-Brûlon-Noyen (Communauté de communes)

Highslide JS

intercommunalité de l’ouest de la Sarthe associant 29 communes, 18 600 hab. sur 46 400 ha; le siège est réputé être à Mareil-en-Champagne, en banlieue SO de Loué. Loué et Noyen-sur-Sarthe ont plus de 2 000 hab.

Tassillé (140 Tassilléens, 646 ha) est 5 km à l’est de Loué et a gagné 40 hab. depuis 1999.

Auvers-sous-Montfaucon (250 Auversois, 749 ha dont 110 de bois) est à 8 km ENE de Loué et s’est accrue de 60 hab. depuis 1999; au sud-est, hameau et château du Logis; au NO, bois de Chagon.

Chassillé (250 Coquins, 727 ha), 6 km NE de Loué, occupe un beau site d’éperon de méandre de la Vègre, que traverse la route du Mans; en face à l’est, rive gauche, hameaux de la Groie; bois de l’Hommois au NO. L’A11 traverse le finage au SE.

Épineu-le-Chevreuil (310 Spinéens, 1 470 ha), 8 km NE de Loué, a une église inscrite des 11e et 16e s. Le village domine la vallée de la Vègre au débouché d’un vallon sur le versant droit. Le finage, à la limite nord du territoire intercommunal, est très étiré d’ouest en est, juste au sud du finage de Ruillé-en-Champagne, non moins étiré; bois d’Épineu au nord. La commune a 70 hab. de plus qu’en 1999.

Longnes (340 hab., 640 ha), 8 km ENE de Loué entre la D 357 et l’A81. La population a augmenté de 70 hab. depuis 1999.

Amné (570 Amnéens, 1 595 ha), 11 km au NE de Loué, a une petite église à peintures murales et, tout au sud, le beau château des Bordeaux, de 1751, avec jardin d’agrément. Sa population a augmenté de 230 hab. depuis 1999 (+65%). Le finage s’étend vers l’ENE; manoir de la Danière (16e s.) au NE dans les collines.

Coulans-sur-Gée (1 730 Coulanais, 2 748 ha dont 297 de bois), 15 km ENE de Loué et 15 km à l’ouest du Mans, sert de village-centre sur la route du Mans, et appartient déjà à la couronne suburbaine de la préfecture. Le village s’est épanoui sur une grosse colline, que contourne par le sud la D357. L’A11 passe plus au nord, sans accès, près du manoir de Courteille (17e s.). Au SE, le grand château de Coulans (18e s., avec un canal) est flanqué du bois de la Futaie; les Grands Bois sont un massif plus au sud, frôlé par la LGV qui traverse le finage du NE au SO. La commune n’avait que 820 hab. en 1982, contre 1 900 en 1841; en nette croissance de 1982 à 1990, elle a encore gagné 460 hab. depuis 1999 (+36%). Elle accueille une maison familiale rurale, des ateliers de matériel d’élevage Bruneau (40 sal.) et Cosnet (40 sal.), un traitement de surfaces Galva72 (45 sal.), les plastiques Polymoule (La Gée, 30 sal.).

Brains-sur-Gée (820 Brennois, 1 590 ha) est à 12 km ENE de Loué. Le village est sur le relief, prolongé au sud sur un promontoire par le château des Touches. Il est frôlé au nord par la D357, qui est croisée au NO par l’A11; celle-ci court dans la plaine, sans accès. La commune a gagné 350 hab. depuis 1999, soit +74%; le nom était seulement Brains jusqu’en 1919. La Gée traverse le finage un peu au sud du village.

Crannes-en-Champagne (360 Crannais, 1 197 ha), 9 km ESE de Loué, est dans la vallée de la Gée, s’orne des Jardins du château du Mirail au NE, et s’est accrue de 70 hab. depuis 1999. Le relief monte au NE sur les collines du Crétacé. Au SE passe la LGV.

Vallon-sur-Gée (810 Vallonnais, 1 715 ha), 8 km ESE de Loué, a gagné 100 hab. depuis 1999. Le village s’étire le long de la D22, perpendiculairement au cours de la Gée qui le frôle à l’est, où est un château; église classée. Le finage s’étend vers l’ouest, englobant le château de Chanteloup (16e s.). Le manoir classé du Petit Béru est au nord; au centre, château de Guiberne (16e s.) à douves en rectangle. La LGV traverse la commune au sud. La mention «sur Gée» date de 1894.

Maigné (350 Maignénois, 1 150 ha), 11 km SE de Loué au bord de la Gée, a une maroquinerie-sellerie (Noras, 75 et 25 sal.). Le village, assorti d’un manoir du 16e s., est sur le versant gauche de la Gée, tout près de l’A11 qui traverse le finage de l’est au SO; château de Restau au SE. Tout au nord sur le même versant, le hameau de Noyau est proche du passage de la LGV.

Pirmil (530 Pirmiliens, 1 740 ha) est à 12 km SSE de Loué. Le village, qui se tient sur un promontoire entre deux vallons, a une belle église romane du 12e s., classée. La commune compte 140 hab. de plus qu’en 1999 (+31%). L’A11 traverse le finage du NE au SO et y a deux aires de repos; château de la Balluère au SO (15e s.), avec un beau jardin.

Tassé (330 Tasséens, 1 077 ha), 14 km au sud de Loué, est un petit village de plaine.

Saint-Pierre-des-Bois (240 Pétrobuxiens, 754 ha) est 7 km au sud de Loué sur la D22 et a gagné 90 hab. depuis 1999 (+60%).

Chantenay-Villedieu (880 Chantenaysiens, 2 774 ha), 10 km au sud de Loué, résulte d’une fusion de 1836 mais n’a doublé son nom qu’en 1938. Villedieu est un minuscule hameau au nord. La commune a eu 1 650 hab. en 1856 et a décliné jusqu’en 1990; puis elle a gagné 140 hab. après 1999. Le village s’étire sur la D22; église du 12e s., étang avec camping. Juste au sud, la LGV traverse tout le finage d’est en ouest sur 11 km.

Fontenay-sur-Vègre (330 Fontenaysiens, 1 146 ha) est à 13 km SSO de Loué. Le village est un peu à l’écart de la rivière, à l’est, laissant à Asnières le grand méandre de la Vègre. Le Logis est un manoir des 14e-15e s., au village. Juste au nord, la LGV traverse le finage d’est en ouest.

Poillé-sur-Vègre (630 Poilléens, 1 757 ha), est à 15 km SO de Loué; le village, perché au-dessus du versant droit de la Vègre, a des maisons anciennes et un pont médiéval sur la rivière; au sud-est se tient le beau château de Verdelles, de 1495, aux hautes tours serrées, ouvert aux réceptions; manoir du 16e s. Le bois de Brice est au sud-ouest. La commune touche au NO à la limite de la Mayenne. La LGV traverse la partie sud du finage. Poillé a 70 hab. de plus qu’en 1999.

Chevillé (410 Chevilléens, 1 423 ha) est à 9 km SO de Loué et a 70 hab. de plus qu’en 1999. La Vègre fixe la limite du finage, tant au nord qu’à l’ouest; église classée, château de Biard à l’est (16e s.).

Avessé (380 Avesséens, 1 872 ha) est à 10 km OSO de Loué, au SO de Brûlon. Le village est sur le bord du plateau qui domine à l’est la vallée de la Vègre; château de Martigné (18e s.) au SE. Au SO, le finage atteint la limite départementale. Il s’allonge vers le nord entre Brûlon et Viré. La population a augmenté de 70 hab. depuis 1999.

Brûlon (1 650 Brûlonnais, 1 627 ha), 8 km OSO de Loué, est un ancien chef-lieu de canton, à 35 km au SO du Mans. Le bourg, classé «petite cité de caractère», est surtout connu comme lieu de naissance de Claude Chappe (1765), l’inventeur du télégraphe, qui y fit ses premiers essais; un musée lui est consacré. Le village a un site archéologique à l’ancien château, des maisons anciennes, l’Office de tourisme de la communauté de communes et plusieurs entreprises dont la grande fabrique de portes et fenêtres FPEE (pvc, 400 sal.); traitements de surfaces Multilaque (80 sal.), matériels électriques Epsilon (40 sal.), conditionnement à façon Condi Plus (25 sal.), transports SLT (30 sal.) et Antoine (35 sal.). Le bourg est sur le plateau, dominant la vallée de la Vègre et l’un de ses anciens méandres abandonnés, entre les vallons bien marqués du Parcaigneau à l’est et du Roche Poix à l’ouest, qui convergent vers la Vègre: un site remarquable, et bien employé. Au bord de la Vègre, étang, parc de loisirs et deux campings; château de Vert à l’est sur le versant droit de la Vègre; zone industrielle au nord du bourg sur la D4; au NO, camping aux Belmondières dans le haut vallon du Roche Poix. La population remonte un peu depuis le minimum de 1975 (1 150 hab.) et a gagné 290 hab. depuis 1999; mais elle avait dépassé 1 800 hab. en 1851.

Viré-en-Champagne (210 Viréens, 1 148 ha) est à 14 km OSO de Loué, limitrophe de la Mayenne. Le château de Viré (15e au 17e s.) est au SE du village, sur le versant gauche du Treulon qui fixe la limite communale et départementale à l’ouest; +40 hab. depuis 1999.

Saint-Denis-d’Orques (840 Dionysiens, 4 717 ha dont 1 083 de bois) est à 12 km ONO de Loué, limitrophe de la Mayenne. Le village se tient sur une butte, au passage de la D357. Juste à l’ouest, deux étangs encadrent le château des Chartreux, à l’orée de la forêt des Chartreux qui s’étend vers le nord. Au sud, longue empreinte de la carrière de Saint-Denis (20 sal.); château de Fontenelle au SE, grand Bois du Creux à l’est; grand étang des Faucheries (25 ha) avec ferme domaniale au nord dans la forêt. La commune a eu 2 300 hab. au milieu du 19e s. et s’est fortement dépeuplée ensuite, du moins jusqu’en 1982. L’A81 traverse la partie méridionale du finage et y offre une aire de service (Esso, 25 sal.); transports STBM (25 sal.).

Chemiré-en-Charnie (220 Chemiréens, 1 147 ha dont 286 de bois), 10 km NNO de Loué, se tient au-dessus de la vallée du Palais, affluent de la Vègre. La commune conserve à l’ouest dans un vallon affluent du Palais, entre deux étangs, des restes de l’abbaye d’Étival, fondée pour des moniales bénédictines en 1109. Le bois de Chemiré, part de la forêt de la Grande Charnie, occupe tout le NO du finage. Dans la vallée du Palais au sud, le Logis de la Forge est un ancien manoir.

Joué-en-Charnie (660 Jouésiens, 2 353 ha dont 500 de bois), 5 km au NNO de Loué sur la N 157, est au-dessus du versant droit de la vallée du Palais, qui traverse du nord au sud le finage en s’y encaissant; négoce de matériel agricole Chesneau (30 sal.). Au sud passe l’A81, munie d’un échangeur avec la D4 au sud-ouest, avec péage et gendarmerie. Au NO, le croisement de la N157 et de la D4 est au hameau de la Lune, à l’angle SE de la forêt du Creux. Au nord du village, le manoir de Beaumont (15e au 17e s.) a de beaux jardins et tient chaque année un festival de théâtre et musique; au NE, le château de l’Hommois est à l’orée du Bois du même nom; hameau de Montreuil à l’est, dominant la vallée du Palais. Joué a gagné 130 habitants depuis 1999.

Mareil-en-Champagne (390 Mareillains, 797 ha dont 450 de bois), 2 km au SO de Loué, est sur le versant droit de la Vègre au confluent du Palais; cimetière végétal classé, site classé (24 ha) du rocher de Pissegrêle et des restes du château fort de l’Isle; supermarché U (50 sal.) au hameau de la Grange aux abords de Loué. La commune a gagné 110 hab. depuis 1999.

Saint-Ouen-en-Champagne (240 Audoniens, 1 120 ha) est à 7 km SSO de Loué; le finage est borné au nord par le cours de la Vègre; sobre église romane (12e s.). La population avait atteint 920 hab. en 1836 et a décliné jusqu’en 1990 (160 hab.), puis gagné 50 hab. après 1999.

Saint-Christophe-en-Champagne (210 Saint-Christophiens, 781 ha) est 4 km au SSE de Loué sur un dos de terrain; église classée du 12e s.; manoir (17e s.) et jardin de la Massonnière au village.


Loué

(2 230 Louésiens, 1 585 ha) est un ancien chef-lieu de canton de la Sarthe dans l’arrondissement du Mans, 30 km à l’ouest de la préfecture, au bord de la Vègre dans la communauté Loué-Brûlon-Noyen. La bourgade est surtout connue par la réussite de l’organisation coopérative des Fermiers de Loué, qui a su miser sur la qualité et la publicité; elle travaille avec la LDC de Sablé-sur-Sarthe, qui a créé à Loué un abattoir-découpe de volailles de 320 emplois (Cavol); l’accouvage des Poussins de Loué (Safel) emploie 25 personnes.

La commune accueille aussi une fabrique d’appareils pour l’industrie (levage et lavage) du groupe allemand Durr (Sica2m, 170 et 30 sal.); aliments du bétail Alifel (Moulins de Loué, 20 sal.); autocars Grosbois (20 sal.), La Poste (25 sal.); mais elle a perdu récemment l’usine chimique Sopronem (ex-Henkel) et la métallerie Metalag. Loué a un collège public et un privé, une base aqualudique avec camping sur la Vègre, un supermarché U mais à Mareil-en-Champagne au SO; aires de repos de l’A 81 (les Gripperies et la Coire) au nord du bourg. Tout au nord, au-delà du passage de la D357, le finage mord sur le Bois de l’Hommois. Au NE, château de Coulennes (15e, 18e) au bord de la Vègre. La population communale a relativement peu varié, culminant à 2 050 hab. en 1851 et s’abaissant à 1 500 en 1982; elle n’a gagné que 140 hab. depuis 1999. Le nouveau canton de Loué a 44 communes, 27 000 hab.

Les Fermiers de Loué. La coopérative des Fermiers de Loué rassemble un millier d’exploitations dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres. Fondée en 1958, elle a construit son succès sur l’idée de «poulets en liberté» mais à l’alimentation contrôlée: chaque coopérateur s’engage à mettre au moins 2,5 ha de prés à la disposition de ses élevages, et de nourrir les poulets avec des grains sélectionnés fournis par la coopérative. Celle-ci passe des contrats avec des céréaliculteurs. L’ensemble des prés couvre 9 000 ha et les cultures céréalières 25 000 ha; la production, pour un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros, est d’environ 30 millions de volailles par an — la part des renards est évaluée à 130 000… De strictes normes sanitaires et un sens aigu de la publicité ont contribué au succès de l’entreprise, dont une partie de la production est achetée par le groupe voisin LDC aux fins d’abattage et découpage.


Noyen-sur-Sarthe

(2 670 Noyennais, 4 358 ha dont 1 018 de bois), 17 km SSE de Loué sur la rive droite de la Sarthe, dans la communauté Loué-Brûlon-Noyen, est un centre local doté d’un grand finage; gare et port de plaisance. Copirel, du groupe belge Recticel, y a une fabrique de literie Bultex (150 et 30 sal.); travaux agricoles Martin Alain (35 sal.). Le bourg s’étire le long de la vallée de la Sarthe, côté droit; il est prolongé, en face, par le petit faubourg de la Madeleine. Au SSO du bourg, ferme de Voisine (inscrite), du 16e s. La plaine et les bas reliefs à l’est de la Sarthe sont boisés et ont des étangs; châteaux du Plessis au centre, de Montabon au sud. Un grand méandre entoure sur la rive droite un grand bois, le château de Rivesarthe et le Pört-Sainte-Marie, où sont un collège, un camping et l’écluse de Bourgneuf, juste devant Malicorne. L’A11 traverse le territoire du nord au sud à l’ouest de la ville, passant près de l’usine Recticel qui est au bord de la D309; le bois de Pêcheseul, à l’ouest, est partagé avec Avoise. La population communale s’est assez constamment tenue entre 2 000 et 2 500 hab. durant les deux derniers siècles; elle a augmenté de 350 hab. depuis 1999.