Communauté de communes du Pays de Château-Gontier

Château-Gontier (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes de la Mayenne, 22 communes et 29 900 hab., 45 340 ha. Le siège est à Château-Gontier-sur-Mayenne, seule commune dde plus de 2 000 hab.

Ménil (990 Ménilois, 2 870 ha dont 210 de bois), 7 km SSE de Château-Gontier, longe la rive droite de la Mayenne, qui a un bief canalisé avec barrage et écluse, ce qui entraîne un débordement du finage au-delà de la rive gauche. Le village a une église priorale du 12e s. à retable de marbre; camping au bord de l’eau. Un peu plus au nord, château de la Rivière et barrage de la Bavouze. Le finage est traversé à l’ouest par la N162, et très étendu vers le sud-est, avec bois, étangs et pistes hippiques, et deux grands méandres de la Mayenne; château des Vaux sur la Mayenne (19e). Sur les collines, au sud, le château de Magnanne, bâti à la fin du 17e s. mais avec douves, se loue pour des réunions et passe pour être le plus grand château classique de la Mayenne; négoce de vins Haut-Meyreau (Meneux, 40 sal.). Ménil a 190 hab. de plus qu’en 1999 (+24%).

Chemazé (1 400 Camazéens, 3 854 ha dont 520 de bois), 7 km au SO de Château-Gontier, limitrophe du Maine-et-Loire, inclut au nord du village le château de Saint-Ouen, gothique et première renaissance (1514), à tour carrée Louis XII, restauré et doté d’un parc. Aux abords, la forêt de Valles occupe le nord du finage, avec des étangs, le principal étant celui des Roseraies. Une voie verte traverse la commune du SO au NE jusqu’à Château-Gontier. Près du bourg au SE, château des Écorces; plus loin au SO, hameau de Bourg-Philippe; au SE hameau, manoir, église romane (11e s.) et hippodrome de Molières. La limite du finage au sud est complexe, incluant même une petite enclave de la commune de Montguillon (Maine-et-Loire). Sa population a augmenté de 360 hab. depuis 1999 (+35%).

Prée-d’Anjou (1 480 hab.) est une nouvelle commune, créée en 2018 par la réunion d’Ampoigné et Laigné. Ampoigné (580 Ampoignéens, 2 112 ha), 10 km OSO de Château-Gontier, accueille la menuiserie Rebours (35 sal.) et un commerce de matériaux (Dutertre, 25 sal.); château de la Cour au village (17e-18e), château de la Chevrolière (17e-18e) au NE, avec parc et étang; château et grange de Chéripeau au NO (15e-16e). Le finage atteint au sud la limite du département. La population s’est accrue de 150 hab. (35%) depuis 1999. Laigné (900 Laignéens, 2 154 ha), 9 km à l’ouest de Château-Gontier sur la D22, a gagné 210 hab. (+30%) depuis 1999. Au sud-ouest, manoir de Fontenelle, maison forte du 16e et Logis de la Teillais (18e); le finage projette vers le sud-est un appendice à Margué, entre Ampoigné et Marigné.

Marigné-Peuton (560 Marignéens, 1 660 ha dont 150 de bois) est à 10 km ONO de Château-Gontier. Au NE, étangs, vergers et château de Bréon; domaine de Souvigné au SO, Logis et grange du Plessis à l’ouest du village; +50 hab. depuis 1999.

Peuton (240 Peutonnais, 1 058 ha) est à 12 km ONO de Château-Gontier; bois des Rouillères à l’est, partagé avec Loigné; Logis de la Girouardière (16e) au SE.

La Roche-Neuville (1 200 hab., 2 867 ha) est une commune nouvelle, créée en 2019 par fusion entre Loigné et Saint-Sulpice. Loigné-sur-Mayenne (950 hab., 2 050 ha) est à 7 km au NO de Château-Gontier sur la D1. Sur la rive droite de la Mayenne, qui limite tout le finage à l’est, hameau et barrage de la Roche; au SE, châteaux de Viaulnay et des Poiriers, dolmen de la Cadurie; grand élevage laitier de la Marchais à l’ouest près du bois des Rouillères. La population a augmenté de 230 hab. depuis 1999 (+32%). Saint-Sulpice (250 Saint-Sulpiciens, 817 ha), au nord-est de Loigné, 9 km au nord de Château-Gontier, a 60 hab. de plus qu’en 1999 (+32%) et s’orne au nord du château de la Rongère (16e au 18e s.), entouré d’un beau parc, qui domine la rive droite de la Mayenne et au sud-est, le château de Neuville est au contraire en contrebas, au bord de la Mayenne, précédé un peu en amont par le barrage et le Moulin de Neuville.

Houssay (490 Houssayens, 1 426 ha), 12 km NNO de Château-Gontier, est sur le plateau qui domine la rive droite de la Mayenne, que traverse la D4. Le coteau escarpé suit la concavité du méandre de la Mayenne. La commune a gagné 120 hab. depuis 1999 (+32%).

Origné (430 Orignéens, 1 005 ha), 17 km au nord de Château-Gontier, fait suite à Houssaye au nord, un peu à l’écart de la Mayenne, qui fixe la limite orientale du finage; au SE, le château de la Roche domine la rivière; un étang de sablière au nord, à la Grande Courbe; +140 hab. depuis 1999 (+48%).

Fromentières (860 Fromentinais, 2 206 ha) est à 5 km NE de Château-Gontier sur le plateau; atelier de brochage (Brochage 3000, 45 sal.). La commune a plusieurs châteaux, dont la Cour à l’est du village, Champfleury au NE et Erbrée (19e) au nord. À l’ouest, le hameau du Bourgneuf s’est établi sur la grand-route (N162) près du château de Baubigné (15e-17e s.). Le château de Coulonge est à l’angle SO du finage près du versant gauche de la Mayenne, dont le cours fixe la limite occidentale de la commune. Au NO face à Neuville, hameau de Saint-Germain-de-l’Homme, ancienne commune absorbée en 1843. La commune a gagné 170 hab. depuis 1999.

Gennes-Longuefuye (1 360 hab., 4 029 ha) est une commune nouvelle, née en 2019 d’une fusion. Gennes sur Glaize (1 010 Gennois, 2 597 ha), 9 km ENE de Château-Gontier, accueille un négoce de matériel agricole Romet (25 sal.); château de la Touchasse au SO du village; hameau de Saint-Aignan au SE, ancienne paroisse réunie dans les années 1790. La commune a gagné 210 hab. depuis 1999. Longuefuye (350 Longuefuyens, 1 432 ha), juste au nord de Gennes, a une gare au nord du village et, plus loin au NE, un gros entrepôt national des alcools Viniflhor de l’Onivins, d’une capacité de 522 000 hl, sur 17 ha, avec raccord ferroviaire privé; château et parc des Courants à l’est du village; bois du Puy à l’angle NE du finage; Longuefuye a 70 hab. de plus qu’en 1999.

Châtelain (490 Castellinois, 1 391 ha), 9 km ESE de Château-Gontier a une menuiserie de plastiques (Baie Bleue, 25 sal.) et plusieurs étangs dont un au village sous le château de la Cour, du 19e s., qui entretient de beaux jardins; château de Misé au sud avec étang; la commune a 80 hab. de plus qu’en 1999.

Bierné-les-Villages (1 290 hab., 4 773 ha) est une commune nouvelle créée en 2019 par fusion, limitrophe du Maine-et-Loire. Bierné (690 Biernéens, 2 415 ha) est un ancien chef-lieu de canton de la Mayenne, 13 km ESE de Château-Gontier au bord du Béron; c’est un actif centre d’agriculture avec championnat de France de labours, Ceta (Centre d’échanges techniques agricoles), centre de gestion, etc. Au nord, le gros château de la Barre fut un fief de la famille de Chivré et un haut lieu du protestantisme. La population avait atteint 1 100 hab. entre 1840 et 1860; elle a décliné jusqu’au minimum de 600 hab. en 1975 et augmente très lentement depuis (+30 hab. depuis 1999). Argenton-Notre-Dame (220 Argentonais, 677 ha), 11 km SE de Château-Gontier, 5 km SO de Bierné, contient les châteaux de la Sionnière (18e-19e) au NE, de la Fautraise (19e) au sud, avec parcs. Saint-Michel-de-Feins (190 Mickaéliens, 675 ha) est à 4 km SSO de Bierné, entre Argenton et Saint-Laurent; +50 hab. depuis 1999. Saint-Laurent-des-Mortiers (190 Laurentais, 1 006 ha), 4 km au sud de Bierné, 15 km SE de Château-Gontier, a un château au village (le Clos du Roy); tout au nord, logis seigneurial de la Juquaise (18e s.) et le château de Noirieux (18e s.), avec parcs.

Saint-Denis-d’Anjou (1 590 Dionysiens, 4 189 ha), 22 km ESE de Château-Gontier, à l’angle SE du département, limitrophe de la Sarthe et du Maine-et-Loire, est une «petite cité de caractère» qui a nombre de maisons anciennes, des halles du 16e siècle et deux églises en partie du 12e s., dont l’une possède de belles peintures murales; tout à l’est au bord de la Sarthe, que suit la limite orientale de la commune, église de Varennes (11e et 15e s.) au sud, château de la Morlière en amont et, plus au nord, barrage de Beffes avec écluse. La commune fut réputée pour ses vins blancs et fut un lieu de commerce des vins; elle a un atelier de plastiques (Covex, 20 sal.). Elle a d’autres châteaux, dont Beaumont à l’est du village, Martigné au sud, la Cour au SO avec le hameau de Saint-Martin-Villenglose (chapelle du 16e), commune absorbée en 1812 en même temps que Varennes à l’autre extrémité du finage. Sa population fut de 2 800 hab. en 1851 et a connu son minimum en 1982; elle a augmenté de 240 hab. depuis 1999.

Coudray (880 Coudréens, 1 101 ha) est à 7 km SE de Château-Gontier; châteaux de Moiré, de Luigné et du Moulin-Raillé (19e), avec parcs, dans la moitié orientale du finage. À l’ouest, le finage n’atteint pas tout à fait la Mayenne, dont les deux rives sont par exception à Ménil. Coudray a 240 hab. de plus qu’en 1999 (+39%).

Daon (500 Daonnais, 1 793 ha), à 12 km SSE de Château-Gontier et à la limite départementale, est une «station verte de vacances» avec une base de loisirs nautiques. Au Fil de l’Eau sur la rive gauche de la Mayenne, un camping, un pont sur la Mayenne. Au centre du finage sont deux châteaux renaissance classés avec jardins, celui de l’Escoublère (16e-17e s., avec douves et quatre tours) et celui de Mortreux (16e s.); châteaux des Lutz au NE, de Clairay à l’est, des Places (19e) près du village, Logis du Marigné (16e) au SE; au NO, châteaux de la Porte devant Ménil, de Bréon sur une courbe de la Mayenne au confluent du Béron, les deux noms n’ayant pas la même orthographe selon l’IGN. La commune est limitrophe du Maine-et-Loire; elle a 50 hab. de plus qu’en 1999.


Château-Gontier-sur-Mayenne

(17 670 Castrogontériens, 6 849 ha) est une sous-préfecture de la Mayenne, 29 km au sud de Laval. «Sur Mayenne» a été ajouté en 2019 à l’occasion de la fusion avec les communes d’Azé et de Saint-Fort. Auparavant en 1990, La Bazouges (3 300 Baziliciens) avait été intégrée. La nouvelle commune a 1 120 hab. de plus que ses composantes en 1999.

Château-Gontier (12 350 hab., 2 803 ha) est de part et d’autre de la Mayenne, où a été aménagé un port de plaisance, mais beaucoup plus développée à l’ouest qu’à l’est, comme d’ailleurs son finage. Elle est née comme forteresse en bord de Mayenne, flanquée d’un prieuré; il lui reste une tour sur les treize que comportait son enceinte, de vieilles rues avec maisons à pans de bois, des hôtels des 17e et 18e s. sur les quais, le cloître des ursulines; le prieuré bénédictin du 11e siècle a laissé une église, plus le jardin du Bout du Monde au nord de la vieille ville, au bord de la Mayenne.

La ville a remporté le premier prix national des villes fleuries; musée municipal d’art et archéologie dans un ancien hôtel du 17e s.; un hippodrome et un parc d’animaux juste au sud de la ville mais dans la commune de Saint-Fort. La ville basse, rive gauche, abrite l’hôpital public (135 et 70 lits). La commune a aussi un collège public et un privé, un lycée général et un lycée professionnel publics, un lycée privé; atelier protégé de l’Adapei (130 sal.). Un moderne marché aux veaux s’affiche comme le plus grand pour les échanges intraeuropéens. Le château du Moulinet est juste à l’ouest de la ville, le manoir de Montvian au NO près de la zone d’activités de la Mulonnière; vers le SO, château du Chêne-Vert. Le finage s’arrête au SO à l’orée de la forêt de Valles. Une partie non négligeable de l’habitat et des activités est au sud sur le territoire de Saint-Fort, à l’est dans celui d’Azé.

L’ensemble industriel comprend dans la commune deux usines principales: celle du Joint Français (470 sal., caoutchouc), l’électronique MCB (ex-Aztronic, groupe états-unien Vishay, 230 sal.). S’y ajoutent quelques ateliers avec la métallerie Serru (Bâtimétal, 70 et 50 sal.), l’électronique pour sérigraphie Seribase (25 sal.), l’atelier de plastiques Sodistra (45 sal.), la fabrique de bétons Strudal (55 sal.); plâterie Meignan (40 sal.), revêtements Bonsergent (25 sal.); élevage de France-Canards (20 sal.).

Dans les commerces et services se signalent un hypermarché Leclerc (160 sal.) et un Carrefour (20 sal.), un négoce de produits d’hygiène et sécurité Protect Homs (60 sal.), un négoce alimentaire (Sodeger Pro à Pro, 75 sal.); expertises Allo Diagnostic (60 sal.); nettoyage Spid (40 sal.). La population de Château-Gontier s’est tenue autour de 7 000 hab. de 1850 à 1960, date à laquelle elle a entamé une croissance sensible; elle a gagné 650 hab. depuis 1999.

Azé (3 610 Azéens, 2 982 ha) est en banlieue SE du chef-lieu. La ville est sur la rive gauche de la Mayenne juste au-delà de la rocade (N162). Mais le finage entoure le faubourg de rive gauche de Château-Gontier, allant au NO jusqu’au confluent du Pont Perdreau. Aussi contient-elle au nord le grand parc d’activités NE (Bélitourne). Elle abrite ainsi une part du potentiel commercial et industriel de l’agglomération, dont dans l’agro-alimentaire la fromagerie Perreault (530 sal., groupe Bongrain), l’abattoir de volailles du groupe LDC (SNV, 250 sal.), la chocolaterie Réauté (140 sal.), les aliments du bétail Mixascience (85 sal.); dans d’autres domaines, métalleries ATS (45 sal.), Maine Tôlerie (45 sal.) et Tôlerie Service (45 sal.), verrerie Evoluverre (25 sal., verre plat); négoce de métaux Maisonneuve (140 sal.), de boissons Vinobeer (30 sal.), comptabilité Altoneo (30 sal.). Mais l’usine Molex Switch (claviers pour téléphones portables, 200 sal.) a été fermée pour cause de transfert en Slovaquie, ainsi que la fabrique de matériel de laboratoire Jouan après avoir été rachetée par l’états-unien Thermo-Electron.

Au NO au bord de la Mayenne, installations sportives du Petit Pavé, parc et château de Mirwault, camping. Au nord, court la voie ferrée vers Sablé; château de la Guyonnière au NE; le château de la Haute Roche domine la Mayenne juste au sud de l’espace urbanisé. Au SE, le Choiseau limite le finage et conflue avec la Mayenne à la Bavouze. Azé a un collège public, un centre d’aide par le travail (AMA, 50 sal.). Elle comptait 1 050 hab. en 1962 et croît depuis 1975 surtout (+370 hab. depuis 1999).

Saint-Fort (1 710 Saint-Fortais, 1 079 ha) est un simple village à 4 km au sud de Château-Gontier, mais dont le finage va jusqu’aux portes de la ville et inclut ainsi plusieurs de ses activités, notamment dans le quartier du Pendu: huiles végétales Cargill Oil Packers (30 sal.), magasin Intermarché (30 sal.), maison de retraite (la Girandière, 40 sal.); aide à domicile Hisia (25 sal.). Saint-Fort accueille aussi côté nord l’hippodrome et le château de la Maroutière (13-15) et le parc d’animaux du Refuge de l’Arche, sur 14 ha; le château de Gaudré y domine la rive droite de la Mayenne. La N162 traverse le finage du sud au nord. La commune n’avait que 430 hab. en 1968 et a crû rapidement, surtout après 1980; +100 hab. après 1999.

La communauté de communes du pays de Château-Gontier groupe 22 communes et 29 900 hab., 45 340 ha; v. Château-Gontier (Pays de). L’unité urbaine Insee est de 16 500 hab. (avec Azé et Saint-Fort), l’aire urbaine de 25 200 seulement pour 15 communes; l’arrondissement a 73 800 hab., 82 communes, 127 000 ha.

Le nouveau canton de Château-Gontier a 13 communes et 21 050 hab. Il existe aussi un nouveau canton d’Azé, de 16 260 hab., 19 communes.