Communauté de communes Orée de Bercé-Belinois

Orée de Bercé-Bélinois (Communauté de communes de l’)

Highslide JS

intercommunalité au centre-sud de la Sarthe, siégeant à Écommoy; 8 communes, 19 400 hab., 14 800 ha. Outre Écommoy, Laigné-en-Belin, Moncé-en-Belin, Saint-Gervais-en-Belin et Teloché ont plus de 2 000 hab.

Marigné-Laillé (1 700 Marignéens, 3 273 ha dont 1 610 de bois), à 5 km à l’est d’Écommoy, occupe une clairière presque fermée de la forêt de Bercé, traversée par la vallée de l’Aune; elle accueille un atelier des Fimurex Mancelles (fers à béton, 100 sal.); base de loisirs avec étangs et camping au bord de l’Aune; château du Ronceray à l’est. La commune s’est nommée Marigné seulement jusqu’en 1933; Laillé est un gros hameau à l’extrême sud du finage, sur la D338. La population a augmenté de 170 hab. depuis 1999.

Saint-Biez-en-Belin (730 Biézois, 927 ha dont 166 de bois) est 3 km à à l’ouest d’Écommoy. Le sud du finage est dans les bois, avec l’étang du Moulin du Bois. Au SO, château de Chardonneux (refait au 19e s.) avec douves et jardin paysager. Saint-Biez a gagné 150 hab. depuis 1999.

Saint-Ouen-en-Belin (1 310 Audoniens, 1 514 ha dont 277 de bois), 6 km à l’ouest d’Écommoy, disperse son habitat le long de divers chemins à l’orée des bois; manoir de la Poissonnière au nord, avec douves (15e s., classé), étang de Clairefontaine au SO (site classé de 220 ha). La voie ferrée passe à l’est du finage, suscitant un ensemble de silos à l’Hôpiteau. La commune a gagné 250 hab. depuis 1999.


Écommoy

(4 710 Écomméens, 2 850 ha dont 754 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Sarthe dans l’arrondissement du Mans, 21 km au SSE de la préfecture dans la communauté de l’Orée de Bercé-Bélinois. La ville est sur la D338 (ex-N 38) Le Mans-Tours qui, au sud-est, croise l’A28 avec un échangeur à péage (n°25). C’est une «station verte de vacances» dotée d’un hippodrome, d’un collège public, d’un musée des outils et objets d’autrefois, d’un village de vacances et d’un camping, d’une gare sur la voie Tours-Le Mans. Au SE du bourg, château de Fontenaille et plusieurs hameaux au bord de la forêt; au SO, château de Bezonnais; couvent de Béthanie (17e s.) à l’ouest du bourg; grands bois au SO et au NE, menhir de Rhonne au NE.

La principale entreprise (meubles et panneaux de bois Belipa, 170 sal.) a fermé en 2016; emballages de carton MSTC (35 sal.), jeux et jouets Cijep (30 sal.), maçonnerie Leguillon (25 sal.); Crédit mutuel (30 sal.), restauration collective API (130 sal.), hypermarché U (170 sal.), La Poste (45 sal.), garages; clinique de convalescence du château de Segrais (Fac, 30 sal.). La population croît lentement depuis les années 1930 où elle était de 3 400 hab. (+350 hab. depuis 1999).

Écommoy est le siège de la communauté de communes Orée de Bercé-Belinois (8 communes, 19 400 hab., 14 820 ha) et le bureau du nouveau canton d’Écommoy (10 communes, 28 100 hab.).


Laigné-en-Belin

(2 420 Laignéens, 1 272 ha) est à 9 km NNO d’Écommoy dans l’Orée de Bercé-Bélinois. L’habitat est continu avec celui de Saint-Gervais-en-Belin. Les communes partagent un ensemble de sports et loisirs, arboretum, école de musique. Laigné accueille des petites entreprises: Prestalim (restauration collective, 40 sal.), ingénierie B3E (25 sal.). La D338 traverse la partie NE du finage; qui accueille aussi une grosse station électrique au NE. La D338 traverse le finage à l’est, la voie ferrée Le Mans-Tours à l’ouest. Au SO, le finage lance une longue queue, qui atteint le Bois de Saint-Hubert et la D307 aux Ardriers. Elle avait 1 000 hab. en 1962 et s’accroît depuis (+440 hab. après 1999).


Moncé-en-Belin

(3 710 Moncéens, 1 748 ha dont 366 de bois) est à 12 km au NO d’Écommoy et 13 km au sud du Mans, dont elle est devenue une banlieue tout en faisant partie de la communauté Orée de Bercé-Bélinois. Elle avait 800 hab. en 1931, 1 200 en 1968 et croît depuis: elle a gagné 1 210 hab. depuis 1999, soit +48%. La commune comprend le bois de Moncé au SO, où se dressent les buttes de Monnoyer et du Vieux Mans, celle-ci dominant le château de la Beaussonnière et le hameau de la Janverie. La D307 et la voie ferrée traversent l’agglomération. L’extrémité NO du finage est traversé par la D323 et occupée par le gros hameau du Veau, avec zone d’activités; cartonnages CPL (Cartonnerie des pays de la Loire, 40 sal.), imprimerie IPS (55 sal.); entrepôts et services logistiques Stef (Prestafroid, 40 sal.), nettoyage Clean (30 sal.). Au SE, château de la Gourdinière et motte féodale des Vaux; quelques bois au NE du finage, où se tient dans la campagne l’imprimerie IPS ex-Rotosud.


Saint-Gervais-en-Belin

(2 160 Gervaisiens, 953 ha dont 289 de bois) est à 9 km NO d’Écommoy, 17 km au sud du Mans (en Orée de Bercé-Bélinois), à la limite orientale de son finage juste à l’est de la voie ferrée de Tours (arrêt); l’habitat est continu avec celui de Laigné-en-Belin, avec qui elle partage un ensemble de sports et loisirs; lycée agricole privé. La commune avait de 600 à 700 hab. entre 1830 et 1954 et a crû surtout après 1970; mais le mouvement s’est un peu ralenti: elle a cependant gagné 310 hab. depuis 1999. De nombreux pavillons se dispersent dans toute la partie orientale du finage, la partie occidentale étant dans les bois, où s’abrite le dépôt pétrolier du Rasnay (Total, 65 000 m3).


Teloché

(3 100 Télochéens, 2 279 ha), 8 km au nord d’Écommoy et 14 km au SSE du Mans, dont elle est de plus en plus une banlieue résidentielle, est dans l’Orée de Bercé-Bélinois. Le village est au bord du Rhonne; au sud, château et collège privé du Ranché ouvert en 1875 par les Frères des écoles chrétiennes; étang de pêche des Chères au SO, où la limite du finage suit la D338. L’A28 longe le finage au NE. Teloché avait 1 600 à 1 700 hab. entre 1870 et 1970 et s’est mise à croître ensuite, disséminant son habitat dans tout son finage. La commune a gagné 400 hab. depuis 1999.