Communauté de communes du Pays de la Châtaigneraie

Châtaigneraie (Pays de la)

Highslide JS

intercommunalité de la Vendée, rassemblant 18 communes 15 700 hab., 31 800 ha. Le siège est à La Tardière. Seule La Châtaigneraie a plus de 2 000 hab. Son territoire est limitrophe des Deux-Sèvres et aux sources de la Vendée; il est barré en son milieu par un alignement de crêtes de quartzites qui se suit de La Châtaigneraie à Mouilleron-en-Pareds; les reliefs du nord sont à 100 m au-dessus de ceux du sud.

Menomblet (670 Menomblais, 2 095 ha), 12 km au nord de La Châtaigneraie est, sur le haut plateau, la commune la plus septentrionale de l’intercommunalité, limitrophe des Deux-Sèvres. Elle a une intéressante église du 14e s., le château de la Fauconnière au sud, et de nombreux élevages de volailles. Le Grand Lay limite le finage au sud.

Saint-Pierre-du-Chemin (1 360 Pétroviciniens, 2 965 ha), 7 km au NE de La Châtaigneraie, limitrophe des Deux-Sèvres, conserve des ruines d’un château féodal et une église classée. Le village étale ses maisons aux abords de la D938ter; fabrique de matériels électriques Scheiber (40 sal.), centre d’accueil d’adultes handicapés; château de la Ménardière (15e s.) au NE, source du Grand Lay au nord. La population communale a tendance à diminuer depuis un siècle (2 200 hab. en 1901); elle a perdu 90 hab. depuis 1999.

Breuil-Barret (670 Barretois, 1 474 ha) est à 5 km à l’est de La Châtaigneraie, au pied du talus de faille, en terrain assez accidenté par les têtes de la Mère qui descend vers le sud; son finage, limitrophe des Deux-Sèvres, est traversé par le sentier de randonnée Mélusine et l’ancienne voie ferrée de Bressuire; transports Aubineau (50 sal.). Le finage atteint la vallée de la Vendée et le village de La Chapelle-aux-Lys au SE. La commune a perdu 40 hab. depuis 1999; elle en avait 1 200 en 1886.

La Chapelle-aux-Lys (250 Cappellausiens, 1 056 ha) est à 8 km ESE de La Châtaigneraie. le village domine le versant gauche de la Vendée, tout près de la limite départementale; hameaux de Salvaison et le Vivier au SE, GR du Pays de Mélusine.

Saint-Hilaire-de-Voust (630 Saint-Hilairois, 1 886 ha) est 10 km au SE du chef-lieu sur le tracé de la Vendée; usine de mécanique de précision J.C. Bouy (250 sal.), travaillant pour l’aéronautique; château de la Bodinatière à l’est, refait au 19e s.; château renaissance de la Chesnelière (16e s.) au NO.

Loge-Fougereuse (390 Fougereusiens, 1 037 ha) est à 6 km SE de La Châtaigneraie; son finage est limité à l’est par le cours de la Vendée.

La Tardière (1 340 Tardiérois, 2 048 ha), 2 km au nord de La Châtaigneraie sur la D938, prolonge quelques activités de la ville: atelier de confection SCT (30 sal.), métallerie CMB (40 sal.), menuiserie Marquis (20 sal.); base de loisirs de l’Étruyère avec étang au SE, rocade est du chef-lieu, château Ferret aux abords de La Châtaigneraie. La commune a gagné 130 hab. depuis 1999.

Cheffois (1 000 Cheffoisiens, 1 863 ha), à 5 km ONO de La Châtaigneraie, a une église fortifiée du 13e s. (classée), et 150 hab. de plus qu’en 1999. Au NE du finage à 5 km du bourg, campe la ferme fortifiée de la Girardière (16e s.), près de laquelle est une roche ornée à cupules, classée; dans la commune vers le nord sont aussi un dolmen (la Pierre-qui-Vire) et un polissoir (à la Vésinière), classés aussi; pépinières Ripaud (80 sal., sur 100 ha), Vendéenne de chaudronnerie (65 sal.), métallerie ODS (Ouest Découpe Soudure, 20 sal.). Le Loing limite le finage au sud.

Saint-Maurice-le-Girard (610 Girardiens, 1 142 ha) est à 5 km OSO de La Châtaigneraie sur le bas plateau de terrains anciens; le Loing fixe la limite nord du finage; hameau de la Briderie au SO, maison de retraite, +70 hab. depuis 1999.

Mouilleron-Saint-Germain (1 930 hab., 2 840 ha) est une commune nouvelle de Vendée, issue d’une fusion de 2016 entre Mouilleron-en-Pareds et Saint-Germain-l’Aiguiller. Mouilleron-en-Pareds (1 450 Mouilleronnais, 1 997 ha), 9 km ONO de La Châtaigneraie, était l’une des communes les plus connues de Vendée, en tant que lieu de naissance à la fois de Georges Clemenceau (1841-1929) et du maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1951); un musée national des Deux Victoires a été ouvert en 1959; clocher du 15e s. À l’est du bourg, la butte des Deux Moulins, qui monte à 184 m, porte des moulins à vent entretenus. Mouilleron a une maison familiale rurale et accueille une grosse fabrique de Fleury-Michon-Traiteur (570 sal., plats cuisinés et surimi) et une production de dindonneaux STAM (Poiraud, 140 sal.); mécanique Altema (30 sal.), routage Ouest-Lilas (20 sal.); maison de retraite médicalisée (25 sal.). La population s’est accrue de 190 hab. depuis 1999. Saint-Germain-l’Aiguiller (480 Germinois, 843 ha), 3 km au nord de Mouilleron, a gagné 160 hab. depuis 1999 (+44%); château du Vigneau (17e s.) au sud vers Moulleron.

Bazoges-en-Pareds (1 190 Bazogeais, 3 383 ha), 18 km à l’ouest de La Châtaigneraie domine la vallée du Loing, affluent du Grand Lay, à 6 km OSO de Mouilleron. Le village s’orne d’un château du 12e s. avec donjon rectangulaire du 15e s. à puissants machicoulis et galerie couverte, avec un musée des arts et traditions populaires et un «jardin médiéval» à pigeonnier. À l’ouest du village, site archéologique avec deux dolmens de la Pierre des Cous et de la Ciste des Cous. La commune s’étend vers l’ouest jusqu’au barrage de Rochereau, dont le lac couvre 127 ha et stocke 5,1 Mm3 d’eau; hameaux de Velaudin et de la Fambretière aux environs, allée couverte de la Pierre Levée aux Landes; motte et enceinte médiévale du Plessis-Bouchard au nord. Au SE, gros hameau de Pulteau (=le Puy) avec Logis (manoir à éléments du 18e s.); la commune a gagné 120 hab. depuis 1999.

Thouarsais-Bouildroux (780 Thouarsaisiens, 1 737 ha), 12 km OSO de La Châtaigneraie, est issue d’une fusion de 1827 et s’est dépeuplée depuis le maximum à 1 300 hab. dans les années 1840, du moins jusqu’en 1999; elle a gagné 130 hab. depuis. Le finage est divisé entre le fossé de terrains secondaires au nord et le plateau du massif ancien au sud, qui le domine par un puissant talus de faille portant divers hameaux bocagers comme la Franche Buchère à l’ouest, le Purdeau au SE.

Saint-Sulpice-en-Pareds (440 Sulpiciens, 1 333 ha) est à 10 km SO de La Châtaigneraie; château de la Motte au village. Tout le finage est dans le fossé de terrains secondaires. La population a crû de 50 hab. depuis 1999.

Antigny (1 080 Antignolais, 2 217 ha) est à 4 km SO de La Châtaigneraie. Le village domine le versant gauche de la Mère. Au NE, la zone d’activités de la Lévraudière prolonge l’agglomération de La Châtaigneraie; fabriques de portes et fenêtres en plastique FPV (Bremaud, 140 sal.), de composants magnétiques de moteurs électriques Exxelia NErgy (90 sal.), matériel agricole Cartel (20 sal.), de meubles (Couture, 70 sal.), d’aliments du bétail (Antigny Nutrition, 25 sal.); service des eaux de la Lyonnaise (20 sal.), négoce de matériel agricole (Ouvrard, 55 sal.), ramassage de volailles Magalydie (25 sal.); maison de retraite (Le Bocage, 40 sal.), église du 12e s., château du Breuil au sud, où le finage atteint Vouvant. La population communale avait légèrement remonté depuis un minimum à 930 hab. en 1975, mais a reperdu 80 hab. depuis 1999.

Cezais (310 Cezaisiens, 1 222 ha), 9 km SO de La Châtaigneraie abrite une église du 12e s. et le beau château de la Cressonnière, de 1560, et a gagné 50 hab. depuis 1999. Le village est dans le fossé secondaire, le sud du finage sur le plateau cristallin, où est la grosse ferme avicole de la Devaudière.

Saint-Maurice-des-Noues (670 Mauriciens, 2 142 ha) est à 7 km SSE de La Châtaigneraie; au sud, Logis du Fief Mignoux (16e s.), hameau de la Devière et ancien chevalement minier Saint-Michel et hameaux d’Épagne; +80 hab. depuis 1999.


Châtaigneraie (La)

(2 580 Châtaigneraisiens, 794 ha) est un ancien chef-lieu de canton de la Vendée dans l’arrondissement de Fontenay-le-Comte, 23 km au nord de Fontenay. Le bourg a un collège public et un privé; hôpital local, avec section pour handicapés; magasins Super-U (120 sal.) et Intermarché (70 sal.); fabrique et négoce d’équipements de sport et de jardin EGT (375 sal. en trois sites), née d’une ancienne corderie Soulet; meubles Artcopi (Couture, 40 sal.); viandes du groupe Charal (125 sal.), charcuterie Bioporc (70 sal.), négoce de surgelés Raison (200 sal.), finitions de bâtiment Bétard (35 sal.).

Le finage est petit, débordé à l’est par l’urbanisation, limité au sud par le cours encaissé de la Mère, affluent de la Vendée; l’agglomération est entourée d’une rocade sauf au nord-ouest; château au bourg, maison du peintre Félix Lionnet, château du Châtenay à l’ouest. La population communale a augmenté entre 1950 (1 800 hab.) et 1982 (3 100 sdc); elle baisse depuis et a perdu 260 habitants depuis 1999. Le commune est le siège de la communauté de communes qui porte son nom (18 communes, 15 700 hab.; v. Châtaigneraie (Pays de la). Le nouveau canton de La Châtaigneraie a 39 communes, 31 100 hab.