Aigues-Mortes

(8 400 Aigues-Mortais, 5 778 ha dont 570 de vignes,) est un ancien chef-lieu de canton du Gard dans l’arrondissement de Nîmes, 43 km au SO de la préfecture en bordure de la Camargue. Le nom est déjà attesté au 9e siècle, et évoque les étangs, non point la future déchéance du port. C’était un port connu bien avant que Louis IX ne s’empare de la contrée pour disposer d’une base en Méditerranée. Il s’est fait céder les lieux par les abbés de Psalmody, a fait aménager de 1244 à 1248, sur les terres des Templiers, un nouveau port d’où se sont lancés les Croisés à la fin d’août 1248, mobilisant 700 bateaux.

La forme actuelle de la ville date de cette époque: elle fut une bastide dotée de franchises dès 1246 pour attirer des habitants, construite sur un plan quadrillé dans les remparts rectangulaires de 550 m sur 330 m de côté qui l’enserrent encore, mais qui n’ont pas été achevés avant 1300. Peu à peu la mer s’éloigna et l’on entretint un canal d’accès qu’il fallut prolonger jusqu’au grau du Roi. Dans les années 1440, Jacques Cœur donna pourtant une nouvelle impulsion au port en l’élisant comme base d’entrepôts; mais le déclin était devenu sensible à la fin du 15e siècle; l’extraction du sel prit le relais. L’amélioration du canal maritime en 1835-1845 redonna un peu de trafic au milieu du 19e s., avant l’abandon définitif.

Muraille et forme ont été conservées, donnant à Aigues-Mortes sont étrange aspect de forteresse de plaine aux longs murs. La ville propose la promenade des remparts; la tour de Constance, longtemps une prison, à un angle des remparts; le logis du gouverneur (1662); un musée d’histoire locale. La ville est à 6 km de la mer, à laquelle elle est reliée par un embranchement du canal de Sète au Rhône, qui traverse la commune. Le finage s’étend à l’ouest jusqu’à l’étang de l’Or, dont il détient 80 ha. Limité au nord par le canal navigable, il englobe l’ensemble des marais salants de l’étang de la Ville et de l’étang du Roi, et touche à l’extrême SE au Petit Rhône; il n’atteint pas la mer, dont il est séparé par le territoire du Grau-du-Roi, qui a été détaché d’Aigues-Mortes en 1879. Un peu au sud de la ville, la presqu’île du Perrier a une exploitation de sel et un écomusée.

La commune a un collège public et un port de plaisance de 100 places; elle compte 10 hôtels (240 chambres) dont l’hôtel du Mas des Sables (35 sal.); deux campings de luxe (Petite Camargue, 45 sal.; Yelloh, 25 sal.), 700 résidences secondaires sur 4 400 logements. Les Salins du Midi emploient 150 personnes aux salines, le domaine viticole de Listel 20 (maintenant à la maison de champagne Vranken); cave coopérative Sabledoc; Intermarché (65 sal.), Super-U (45 sal.), informatique Sequoiasoft (50 sal.), aide à domicile AADL (60 sal.), négoce de matériel agricole Agri Négoce (35 sal.).

Aigues-Mortes avait 4 100 hab. en 1876 et sa population a fluctué depuis, mais modérément, avec des pics à 4 500 hab. en 1901, 4 350 en 1921, un creux à 3 700 en 1954; elle a repris une croissance sensible après 1985, et aurait gagné 2 320 hab. depuis 1999 (+38%). La ville est le siège de la communauté de communes Terre de Camargue (Camargue (Terre de)) (3 communes, 20 200 hab.) et le bureau du nouveau canton d’Aigues-Mortes (7 communes, 34 600 hab.).