Bourcefranc-le-Chapus

(3 5640 Bourcefrançais, 1 240 ha dont 435 de bois) est une commune de la Charente-Maritime, en bord de mer 5 km au NO de Marennes (Marennes (Bassin de)), dont elle s’est détachée en 1908 sous le nom de Bourcefranc, qui a été complété en 1970. La commune occupe l’extrémité de la presqu’île entre marais de la Seudre et de Brouage. Le bourg est sur le rivage nord, à l’extrémité du marais de Brouage; il offre un ensemble de commerces, services et petits ateliers liés à la pêche et aux transports, plus un lycée agricole de la mer assorti d’un centre de formation agricole. La pointe Chapus au sens strict s’avance en mer au-delà du bourg, prolongée par le fort Louvois, accessible par une chaussée submersible; construit en 1694, il gardait le détroit; dans son donjon de 24 m de haut a été aménagé un musée de l’huître. Juste au sud mais en retrait s’avance la pointe de l’Ascension, d’où part le viaduc routier d’Oléron. De grands marais avec parcs à huîtres occupent le nord et le nord-est du finage, jusqu’à la Côte Neuve que borde le canal de Mérignac. Des campings et une base de loisirs se tiennent au sud, à partir de la pointe de Bonnemort; huîtres Gillardeau (50 sal.), poissons et fruits de mer Roumégous (25 sal.). La commune avait 2 200 hab. à sa création et sa population est montée au-delà de 3 000 dans les années 1960, puis a oscillé; elle a gagné 450 hab. depuis 1999. En dépit de sa position littorale, elle n’est pas une station balnéaire et n’enregistre que 250 résidences secondaires.