Cherves-Richemont

(2 490 Chervaist, 3 794 ha dont 748 de bois) est une commune de la Charente à 5 km au NO de Cognac dans les Borderies, sur le plateau de l’Antenne. C’est l’une des plus grandes communes viticoles du Cognaçais, avec 1 060 ha de vignes cultivés. Le château de Chanteloup y est un domaine viticole du cognac Martell; le château de Chesnel, au nord de Cherves, a sa distillerie; le Logis de Boussac, folie du 17e s., est devenu distillerie, chai et hôtellerie de la société de cognac Agrigest. Au nord, la petite butte ronde de la Motte, montant à 50 m, fut un site castral. Un Ireo (Institut rural d’éducation et d’orientation) a organisé un conservatoire du patrimoine viticole.

La vallée sinueuse et verte de l’Antenne traverse le finage. Au sud, elle est flanquée à l’ouest par le village de Richemont, tandis qu’à l’est une zone d’activités occupe un promontoire de méandre près de la D731, du hameau de Fontenille et du château de Chanteloup. La commune est le site principal de la famille Garandeau, spécialiste de carrières et de bétons, qui possède aussi la société DMR et emploie en tout 450 personnes, dont ici Garandeau Bétons (55 sal.) et la carrière Calcaires et diorites du Moulin Roc (DMR, 20 sal.). À l’est de la commune sont le gros hameau d’Orlut et les carrières et les mares du site de Champblanc, où travaille aussi l’usine Placoplâtre du groupe Lambert (150 sal.); site des Transports Cognaçais (140 sal.) et Ambazac Transports (20 sal.). Jadis la commune se nommait Cherves; elle est devenue Cherves-de-Cognac en 1956 puis a pris son nom actuel en 1972 lorsqu’elle a fusionné avec Richemont (270 hab.). Cherves a eu 2 400 hab. en 1901, puis moins de 1 600 en 1936; sa population a augmenté ensuite, jusqu’en 1982 (2 670 hab.) avant de perdre 170 hab. depuis 1999.