Coulon

(2 340 Coulonnais, 2 979 ha) est une commune des Deux-Sèvres à 12 km NO de Frontenay et 10 km à l’ouest de la préfecture au bord de la Sèvre niortaise et à l’extrémité du Marais Poitevin, membre de l’agglomération du Niortais. Elle s’est fait une réputation de chef-lieu des marais mouillés de la «Venise verte» et propose tout un ensemble d’équipements: un port et des locations de barques, un petit train, une Maison du Marais poitevin. Coulon, qui a aussi une maison familiale rurale, figure parmi les «stations vertes de vacances» et les «villages de charme», et même les «plus beaux villages de France»; deux hôtels, deux campings (180 places) dont un de luxe (140 places), un village de vacances; maison de retraite Medica (20 sal.).

Le village est à la limite sud du finage, qui n’empiète sur le marais qu’au SO (Marais de Balanger et d’Assailly, canal du Grand Coin): les promenades en barque se font surtout dans les marais de Magné et de Sansais. Au nord-est, le relief monte sur le bas plateau dans un paysage bocager de plaine où s’est diffusé l’habitat, dont les hameaux du Fief Pâtissier, de Glandé et de Sainte-Catherine; on y atteint la limite de la Vendée. Le cours de la Sèvre fixe la limite sud de la commune; à l’est, le petit marais des Abîmes dessine une échancrure dans les collines. La commune avait fusionné en 1973 avec sa voisine du sud Sansais, mais elles se sont séparées dès 1980. Coulon avait eu 1 800 hab. entre 1850 et 1900 puis sa population était descendue à 1 400 en 1960; elle croît depuis et a encore gagné 180 hab. après 1999.


Coulon

v. Fléchois