Floirac

(17 370 Floiracais, 859 ha) est un ancien chef-lieu de canton et une commune industrielle de banlieue face à Bordeaux sur la rive droite de la Garonne, membre d ela Métropole (Bordeaux Métropole); deux collèges publics et un privé; arènes de Bordeaux; sur le plateau, observatoire de l’Université de Bordeaux-1. Le finage se partage entre basse plaine de la Garonne et plateau, bordé par un vigoureux coteau ouvert par un vallon profond. Au sud dans la plaine de la Garonne, station électrique EDF de la Souys et échangeur de la rocade bordelaise. Au nord passe la pénétrante Est de Bordeaux, en provenance de Bergerac, qui croise la rocade par le grand échangeur de la Gardelle. La commune avait 2 600 hab. en 1900, 7 200 en 1931, 8 200 en 1968 et 14 500 en 1982. Elle a augmenté de 1 030 hab. depuis 1999.

Cette banlieue plutôt ouvrière a de nombreux ateliers et entrepôts mais de petite taille; fabriques de médicaments Sanofi (130 sal.), de gaz industriels Air Liquide (55 sal.), de produits chimiques Biolaffort (35 sal.), d’extraits alimentaires Laffort (50 sal.), analyses œnologique Sarco (30 sal.). Les activités de service et bâtiment sont plus présentes: travaux publics Colas (240 sal.), Somopa (55 sal.), installations électriques Chatenet (Opteor, 70 sal.) et CEME (30 sal.), thermiques UFA (40 sal.), étanchéité Sarec (45 sal.), maçonneries Secma (35 sal.) et Dune (30 sal.), plâtrerie Garabos (30 sal.), revêtements CB Carrelage (35 sal.). En outre, négoces d’articles médicaux SOS Oxygène (45 sal.) et Vitalaire (70 sal.), de matériaux Panofrance (30 sal.) et BMSO (Point P, 25 sal.); centre d’appels Ityka (40 sal.); transports Chalavan et Duc (100 sal.), transport d’électricité RTE (95 sal.), collecte de déchets Veolia (50 sal.), La Poste (40 sal.), nettoyage Ultraprop (70 sal.).


Floirac

v. Royan Atlantique


Floirac

v. Causses et Vallée de la Dordogne