Ger (plateau de)

vaste plan de cailloutis du piémont pyrénéen étalée à l’ancien débouché du Gave de Pau et entaillée par les vallées du piémont; longtemps couvert de landes (touya), il a fort longtemps été considéré comme assez stérile et servait de pacages et fournisseur de fougères. Or il est aujourd’hui à peu près entièrement cultivé, notamment en maïs. Le nom, assez fréquent dans les Pyrénées sous la forme ger ou gar, d’origine pré-indo-européenne, évoque rochers ou cailloux, surtout en hauteur. Le plateau, sur lequel se dispersent de nombreux tumuli, marque la limite entre les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées, qui y a conservé deux enclaves dans le précédent, à la faveur d’anciens accords pastoraux.


Ger (plateau de)

haut plateau couronné de dépôts étalés par un ancien gave de Pau à la sortie des Pyrénées, dans des conditions comparables à celles de la Neste pour le Lannemezan; il est toutefois moins entaillé par les rivières. Situé entre Pau et Tarbes, il est surtout dans les Pyrénées-Atlantiques mais son rebord oriental, boisé, domine la plaine de Tarbes à Ossun, Ibos, Bordères-sur-l’Échez et Oursbelille. Il porte les deux enclaves du département des Hautes-Pyrénées, divisées en cinq communes relevant de deux communautés différentes (Adour-Madiran et Tarbes-Lourdes-Pyrénées). Le village de Ger est en Pyrénées-Atlantiques, mais le terrain militaire de Ger est dans les Hautes-Pyrénées. Le nom a la même racine que gar, ker: le rocher, ici les cailloux.