Gruissan

(5 080 Gruissanais, 4 365 ha dont 445 de bois et 380 de vignes) est une commune du département de l’Aude, 12 km au SE de Narbonne (Narbonne (le Grand)). Le bourg originel est tassé en cercle quasi parfait autour de son château ruiné portant encore la tour dite de Barberousse. Il est au bord d’un petit étang, à 2,5 km de la mer à laquelle il tourne le dos mais en lui étant relié par un canal. Il occupe un site très intéressant, qui associe plusieurs étangs, les salines de Reprise, et les reliefs de l’île Saint-Martin au milieu.

Le port de pêche, animé par une vingtaine de familles, se maintient au village; mais on élève huîtres et moules en mer. Les Salins du Midi exploitent 392 ha, produisant 30 000 t de sel par an. La partie méridionale de la commune englobe tout l’étang de l’Ayrolle. La partie nord monte parmi les vignobles sur la montagne de la Clape et y atteint 172 m près du site de dévotion marine de la chapelle des Auzils, qui accueillait jadis les naufragés, et auprès de laquelle se trouve un cimetière marin. Côté est, la commune offre 10 km de côte sableuse; mais le littoral est réduit à un mince cordon au sud, tandis que les plages s’élargissent au nord.

L’urbanisation balnéaire de Gruissan-Plage a succédé aux cabanes qu’avaient édifiées des vacanciers narbonnais et toulousains à partir des années 1930. Détruites par les Allemands pendant l’Occupation, elles ont été reconstruites en dix rangées bien alignées dans les années 1950; leur modèle sur pilotis a inspiré les urbanisations récentes: la station dit offrir 1 300 chalets sur les plages. La commune a 6 hôtels (200 chambres), 5 campings (900 places) et 10 300 résidences secondaires (82% des logements).

D’amples aménagements, depuis, ont transformé la station en misant sur port de plaisance (1 000 places) et marinas. Plusieurs villages de vacances ont suivi. La commune s’est équipée d’un palais des congrès, d’un musée de la vigne et du vin, de l’Espace botanique du Pech Maynaud (8 ha, au port); nombreux sentiers balisés, voies d’escalade, manades; Centre européen des métiers d’art contemporains, casino du groupe SFC avec ensemble de loisirs le Phoebus (70 sal.), restaurants. De plus de 2 500 hab. vers 1870, la population communale s’était abaissée à 1 200 en 1962; elle a augmenté lentement ensuite jusque vers 1985 puis accéléré sa croissance; elle s’est accrue de 1 980 hab. depuis 1999, un gain de 64%.